Beaux livres

 

Note : 7/10

 

Quatrième de couverture :

Les femmes qui écrivent vivent-elles dangereusement ? Certaines d’entre elles – pour qui l’écriture nécessite solitude, rupture du lien social, repli dans un cercle familial choisi, souffrances intérieures exacerbées, corps négligé, mais cerveau en ébullition – manquent de pitié pour elles-mêmes, meurent jeunes, en pleine lucidité, faisant face aux terreurs suprêmes. 

Laure Adler

Lire la suite

 

Quatrième de couverture :

Cinéaste et écrivain illustre, l’académicien Marcel Pagnol (1895 – 1974) est un auteur incontournable du 20ème siècle. Topaze, Marius, Fanny, La femme du boulanger ou encore Manon des sources et La fille du puisatier connaissent toujours un fort succès. Inspiré par son enfance dans les collines provençales, Marcel Pagnol a construit son oeuvre sur les caractères et les sentiments de ses personnages.

Pour la première fois, son petit-fils Nicolas Pagnol ouvre les archives privées de la famille : photographies, documents inédits, manuscrits et correspondances. Il fait revivre de grands moments du cinéma français et raconte avec tendresse l’histoire exceptionnelle de son grand-père, dont la vie privée fut jalonnée de joies mais aussi de drames. Marcel Pagnol l’écrivain, le cinéaste, le producteur, qui fut président du Festival de Cannes, fut aussi un chercheur solitaire passionné par les sciences et les inventions d’objets insolites.

Dans Marcel Pagnol, l’album d’une vie, Nicolas Pagnol nous livre, avec plus de quatre cents photographies, le parcours d’une personnalité hors du commun.

Lire la suite

 

Quatrième de couverture :

Dans quelles librairies se procurer des livres ? Dans quel bar, quel jardin aller bouquiner ? En chemin, quels lieux littéraires allez-vous rencontrer ? D’adresses insolites en coups de cœur confidentiels, François Busnel invite à la flânerie dans les rues de son Paris.

Les adresses sont classées par arrondissements et accompagnées de plan.

Lire la suite

 

Quatrième de couverture :

Comment vivaient les Parisiens au XVIIIe siècle ? Comment se logeaient-ils, s’habillaient-ils, se nourrissaient-ils, se divertissaient-ils, loin des fastes de la vie de cour ? Et quel français, au juste, parlaient-ils ?

Grâce à cette nouvelle façon d’écrire l’histoire, dans un style baigné des odeurs, des bruits et des couleurs de la vie populaire de l’époque, Arlette Farge nous transporte dans un Paris méconnu. Ici une lavandière des bords de Seine frappe son linge avec un battoir, là un cabaretier propose une chopine de vin pour trois sols.

Nous projetant dans notre réalité d’aujourd’hui, l’auteur décrit les lieux de sociabilité nés sur le pavé du XVIIIe siècle : les cafés, les restaurants, et raconte les émotions et les concepts qui ont façonné notre monde moderne : l’intimité, la séduction, l’opinion…

Ce livre est une plongée vertigineuse dans le dédale des rues de la capitale, ses lieux de vie bruyants, encombrés et envahis par les animaux, entrecoupés de majestueuses promenades : le Palais-Royal, les Tuileries, les Champs-Elysées, où se croisent alors toutes les classes sociales. C’est un envers du décor, qui nous livre une vision intime et humaine du XVIIIe siècle, à l’ombre des Lumières.

Lire la suite