Nouvelles

 

Quatrième de couverture :

L’AILLEURS… VASTE PROGRAMME ! Pour la deuxième année consécutive, onze écrivains explorent à travers de courts récits ce mot à géographie variable. Quand Le Clézio traverse la frontière qui sépare le Mexique de l’Arizona, Catherine Poulain imagine, à l’autre extrémité des États-Unis, un conte moderne à cheval entre le Maine et le Canada. Et la plume d’Erik Orsenna se laisse glisser, sous la neige, le long du Saint-Laurent. Ailleurs est un « mot blanc », dit Valentine Goby : il possède pour chacun une résonance intime mêlant beauté, rêves, désillusions. Natacha Appanah dépeint une jetée où se fracassent les vagues du Pacifique en même temps que l’avenir de trois amis, tandis que, chez Kenneth White comme chez Tonino Benacquista, le désir d’aller au-delà de soi rencontre ses limites dans la salle des pas perdus d’une gare ou d’un aéroport. Aussi, Lydie Salvayre et Véronique Ovaldé confessent avec humour leur goût de l’immobilité minérale et du voyage mental. Karine Tuil et Metin Arditi sondent quant à eux les mystères de l’existence et des liens familiaux.

À chacun son ailleurs, donc. Tant mieux ! Le 1 et La Grande Librairie vous souhaitent bons voyages !

Lire la suite

 

Quatrième de couverture :

Un colosse, vigile dans les salles de concert, et une strip-teaseuse, au ventre couturé de cicatrices, partagent une histoire d’amour…

L’employé d’un abattoir sauve un veau de la mort et le laisse seul dans l’usine fermée pour le week-end.

À sa sortie de l’hôpital, un homme part se reposer dans le Sud avec sa vieille maman.

Trois adolescents livrés à eux-mêmes entendent un bruit inconnu qui pourrait bien être celui de la fin du monde.

Tous ces personnages prennent vie en quelques phrases, suivent leur pente et se consument.

Il suffit d’un contact, peau contre peau, d’un regard, d’une caresse, pour racheter l’humanité.

Raphaël Haroche nous décrit dans un style fin et épuré les états d’âme d’êtres malmenés.

Les questions qu’il pose au lecteur sont profondes, inattendues, parfois drôles ; elles sont toutefois traitées de telle manière que l’étrangeté ou le tragique touchent au poétique, au sensoriel.

 

Lire la suite

Quatrième de couverture :

Les personnages d’Elwood Reid sont des hommes simples, qui gagnent leur vie sur les forages pétroliers ou les chantiers de l’Alaska, et se retrouvent le soir au bar, à moins qu’ils n’aillent goûter, au bord des rivières, les bonheurs de la pêche au saumon.

Les interrogations, les drames, les grandeurs inconnues qui marquent ces vies ordinaires : voilà ce qui nous est conté, dans une tonalité qui rappelle à la fois Jack London et John Steinbeck.

Il y a celui qui s’est vu contraint de faire des heures supplémentaires au lieu d’aller chercher sa fille, que l’on retrouvera assassinée ; celui qui tente de détourner un de ses compagnons de son penchant pour l’ivrognerie ; celui qui amène un gamin autiste admirer les bisons… Autant d’épisodes où l’amitié, la solidarité, la révolte ouvrent des brèches dans la dureté impitoyable de la vie.

Elwood Reid a mené la vie de ses personnages avant de se consacrer à l’écriture. D’où sans doute la force et l’empathie avec lesquelles il nous donne à voir une Amérique inconnue.

 

Lire la suite

 

Quatrième de couverture :

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : l’anniversaire.

Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l’apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie.

Treize bougies à souffler sans modération.

Françoise Bourdin – Maxime Chattam – François d’Epenoux – Caryl Férey – Karine Giébel – Alexandra Lapierre – Agnès Ledig – Marc Levy – Agnès Martin-Lugand – Bernard Minier – Romain Puértolas – Yann Queffélec – Franck Thilliez

Lire la suite