Des hommes sans femmes – Haruki Murakami Murakami Haruki - Éditions : Belfond - 2017

Note : 7/10

 

Quatrième de couverture :

«À ce que je sais, votre épouse était vraiment une femme merveilleuse […] vous devez vous sentir reconnaissant d’avoir vécu presque vingt ans auprès d’une femme comme elle. Je le crois profondément. Néanmoins, vous aurez beau penser que vous avez compris quelqu’un, que vous l’avez aimé, il n’en reste pas moins impossible de voir au plus profond de son cœur. Vous aurez pu vous y efforcer, mais vous n’aurez réussi qu’à vous faire du mal. Vous ne pouvez voir qu’au fond de votre propre cœur, et encore, seulement si vous le voulez vraiment, et si vous faites l’effort d’y parvenir. En fin de compte, notre seule prérogative est d’arriver à nous mettre d’accord avec nous-même, honnêtement, intelligemment. Si nous voulons vraiment voir l’autre, nous n’avons d’autre moyen que de plonger en nous-même. Telle est ma conviction.»
Neuf ans après Saules aveugles, femme endormie, le retour d’Haruki Murakami à la forme courte. Dans ce recueil comme un clin d’œil à Hemingway, des hommes cherchent des femmes qui les abandonnent ou qui sont sur le point de le faire. Musique, solitude, rêve et mélancolie, le maître au sommet de son art.

“Dans mes souvenirs, c’est ainsi que cela commençait, mais comme beaucoup de temps a passé, je n’en suis plus tout à fait certain.”

 

Mon avis :

Après avoir découvert la plume d’Haruki Murakami en 2017 avec le roman Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil et après l’avoir vraiment apprécié, je me suis plongée dans son recueil de nouvelles Des hommes sans femmes grâce aux éditions 10/18. Je les en remercie. Je ne suis habituellement pas une grande fan des nouvelles mais je reste toujours ouverte à de jolies découvertes 😉

Dans ce livre, le célèbre auteur japonais s’intéresse aux relations hommes/femmes, à la séparation ou à l’abandon des hommes par les femmes ou inversement. Sept nouvelles constituent ce recueil. Mon bilan après lecture est mitigé.

J’ai beaucoup aimé retrouver la touche personnelle de cet écrivain que j’avais su apprécier avec son roman. Il a selon moi une réelle qualité d’écriture, une plume reconnaissable, un don d’écrivain. Il raconte, récite, pose les mots avec précision et justesse.

J’ai été moins portée par le fonds des récits de ce livre. J’ai été touchée par quelques nouvelles, mais pas la totalité. Quelques semaines après avoir refermé le recueil, j’ai souvenir d’avoir abandonné une nouvelle, et d’avoir un peu peiné pour le terminer. J’avais beaucoup apprécié la toute première histoire et je crois que j’aurais aimé poursuivre avec ces personnages durant tout le livre. Le souci majeur ? Un manque de rapidité dans le récit, des lenteurs donc, et aucune chute.

J’aurais j’en suis sûre plaisir à retrouver cet auteur dans un prochain roman. Le format des nouvelles n’est pas adapté je pense à mes plaisirs de lectrice 😉

L’avez-vous lu? Qu’en avez-vous pensé?

5 commentaires, RSS

  1. Hambreellie 3 septembre 2018 @ 16 h 23 min

    Salut 🙋🏽 je n’ai jamais lu Murakami. As tu un livre à me conseiller pour une première lecture ?

    • mademoisellelit 4 septembre 2018 @ 12 h 19 min

      Je n’en ai lu que deux donc tu peux commencer par celui-ci 😉

    • Celine 8 septembre 2018 @ 20 h 25 min

      Hello, j’aime beaucoup Murakami et si je peux vous conseiller un premier livre de lui, ce serait peut-être Kafka sur le rivage. ^^ Bonne soirée !

    • Louise 9 septembre 2018 @ 9 h 54 min

      Moi je te conseille vraiment 1Q84! C’est une trilogie 😉

  2. Célia 19 septembre 2018 @ 10 h 23 min

    J’ai reçu des ouvrages de Murakami pour mon anniversaire : “Kafka sur le rivage”, “chroniques de l’oiseau à ressort”, “au sud de la frontière, à l’ouest du soleil”.

    J’avais lu la trilogie 1Q84 il y a deux ans, j’avais beaucoup aimé les deux premiers volumes, beaucoup moins le troisième tome. Des habitués de Murakami m’ont dit que cette trilogie n’était pas forcément la plus représentative de son oeuvre.

    Cet été, j’ai lu “La Ballade de l’Impossible” de lui et j’ai été bouleversée. Je te le recommande vraiment Maïté, il est sublime de poésie, de mélancolie et de musique.

    Je commence “Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil” ce midi justement ! j’ai terminé hier soir un thriller de Grangé (je n’avais jamais lu cet auteur) “La Ligne Noire”, ce n’était pas fantastique…

Your email address will not be published.