Est-ce ainsi que les hommes jugent ? – Mathieu Menegaux Menegaux Mathieu - Éditions : Grasset - 2018

Note : 8,5/10

 

Quatrième de couverture :

Une journée particulière. Gustavo, père de famille, directeur financier, doit effectuer une présentation importante devant l’état-major de sa multinationale. Des mois de préparation, un tournant pour sa carrière.
Au lieu de l’heure de gloire espérée, la police faire irruption à son domicile, à l’aube. Perquisition, accusation d’homicide volontaire, indices concordants, Gustavo va être placé en garde à vue et traité sans ménagement. Heures sombres, qui vont déstabiliser un cadre supérieur sans histoires et le conduire à redouter le pire pour son avenir. Son épouse Sophie va mobiliser son réseau et son énergie pour démontrer l’innocence de son mari et préserver leurs deux garçons des conséquences dévastatrices de cette mise en cause. Mais comment rétablir la balance de la justice dans un univers gouverné par l’émotion et la recherche immédiate d’un coupable  ?
Avec un style direct et tendu, Mathieu Menegaux nous livre un roman haletant, une plongée en apnée dans le monde de l’injustice.

“Il était caché, derrière le panneau Decaux, elle n’aurait rien pu faire pour l’éviter. Un homme a essayé de lui voler son innocence, et vient de la priver de son père. Un grand, blond, avec une veste en jean.”

 

Mon avis :

Mathieu Menegaux m’a envoyé son dernier roman dédicacé par le biais des éditions Grasset, je les en remercie ! J’ai découvert sa plume avec Est-ce ainsi que les hommes jugent? et cela m’a donné envie d’en lire plus. Vous avez d’ailleurs été très nombreux à m’en conseiller d’autres, j’ai noté cela précieusement.

L’écrivain traite dans ce dernier ouvrage un sujet peu vu en littérature selon moi, l’erreur judiciaire. Gustavo Santini, bon père de famille, travailleur, honnête et sans histoire, va être réveillé un matin par la police pour l’arrêter dans l’affaire d’un meurtre qu’il n’a pas commis.

A l’heure de la surmédiatisation, Mathieu Menegaux nous fait prendre conscience de la place omniprésente des réseaux sociaux dans notre société.

Ce roman m’a beaucoup plu car il ne ressemble en rien à ce que j’ai déjà pu lire auparavant. Son sujet m’a beaucoup intéressé et j’ai trouvé l’intrigue très bien menée. Le récit est très bien écrit, l’auteur a une réelle signature, une vraie plume, un style reconnaissable.

J’ai été captivée et dérangée par la triste histoire de Gustavo. Comment peut-on à se point se tromper dans une enquête et être acteur de la vie d’une famille jusque là heureuse ? Le roman nous fait forcément penser à des erreurs judiciaires déjà commises dans le passé et nous prouve que personne n’est à l’abri. Je me suis demandée durant ma lecture comment je réagirais si cela arrivait à un de mes proches ou à moi-même. Est-ce que je me battrais pour faire éclater la vérité ? De quelle énergie je dispose au fond de moi pour supporter ce type de situation ?

Le livre de Mathieu Menegaux interroge, trouble, dérange et fait peur. Un vrai bon roman contemporain que je vous invite à lire rapidement !

2 commentaires, RSS

  1. Maya WAKED 4 septembre 2018 @ 22 h 01 min

    En effet, ce livre dérange et secoue positivement.
    Je l’avais lu en juin, en le refermant j’ai senti que quelque chose avait changé dans ma perception du monde. J’ai bien aimé comment l’auteur a raconté l’histoire sous les différents angles selon l’implication de chaque personne.
    Merci mademoiselle lit pour cette chronique.

  2. Marick 1 novembre 2018 @ 23 h 56 min

    Je me suis tue, de M Menegaux est un des livres les plus forts que j aie jamais lu

Your email address will not be published.