Interview Shida Bazyar - Éditions : -

 

Bonjour à tous 🙂

La semaine dernière, les éditions Slatkine & Cie me proposaient de venir interviewer Shida Bazyar dans leurs locaux pour la sortie de son roman Les nuits sont calmes à Téhéran. J’ai accepté avec grand plaisir, même si l’anglais n’est pas forcément mon meilleur ami 😉

Moi : J’ai lu que votre livre était un roman, et non pas une autobiographie. Pouvez-vous me dire en quoi l’histoire de Laleh et sa famille ressemble à votre histoire ?

Shida Bazyar : Beaucoup de faits concrets ou d’éléments de l’histoire ressemblent à mon histoire ou à celle de ma famille. Mes parents aussi faisaient partie d’un mouvement politique en Iran et ils sont aussi partis en Allemagne à cause de cela dans les années 80. Ils ont aussi eu des enfants en Allemagne, la première, moi, qui est restée aussi peu de temps en Iran, mais maintenant ils sont en Allemagne depuis 31 ans. Ça c’est vraiment ressemblant au livre. Pour moi, tout était vraiment ressemblant au livre donc c’était important de créer le personnage de Laleh et non pas écrire sur mon père ou écrire sur moi-même, ça aurait pu être ennuyeux. Premièrement parce que je ne pense pas que ça soit intéressant, mais aussi parce que je ne veux pas que les gens se disent que Laleh soit comme moi. C’est cela mon travail, de créer des personnages et inventer des histoires. Donc j’ai juste gardé des faits concrets, réels et j’ai créé une histoire autour de cela. Je ne savais pas ce qui allait arriver avant même de commencer à écrire.

Moi : En quoi l’écriture de ce roman était importante pour vous ? Quel message vouliez-vous transmettre à vos lecteurs ?

Shida Bazyar : Je pense que j’ai toujours été impressionnée de voir comment un seul moment ou un seul événement peut influencer tellement de vies privées et tellement de personnes. C’est pour cela que j’aime les livres, pas seulement la fiction, j’aime quand il y a un quotidien, des événements de la vie de tous les jours, dans mon cas la révolution. C’est mon intérêt et mon point de vue en tant qu’écrivain. J’ai l”impression qu’il n’y a pas beaucoup de livres sur des familles comme la mienne. Je veux voir plus de livres sur les familles d’émigrés ou sur les réfugiés politiques.

Moi : Le récit est construit sur les personnages principaux, chacun devenant à son tour narrateur. Pourquoi ce choix ?

Shida Bazyar : Oui, peut-être parce ça me passionne beaucoup plus qu’un événement a des conséquences différentes dans des vies différentes. C’est une grande différence si vous arrivez dans un nouveau pays comme migrant en étant un homme ou en étant une femme. Je ne voulais pas que ce soit seulement un homme qui nous raconte son histoire. C’est aussi une question de génération, d’âge, de savoir comment les gens peuvent voir la révolution et comment ils évoluent ensuite. C’est pour ça que je voulais plusieurs narrateurs.

Moi : Comment voyez-vous l’Iran aujourd’hui ? Que pensez-vous de la situation politique en 2018?

Shida Bazyar : Je n’arrête pas d’y croire, tout peut aller mieux donc je n’attends pas de petits changements ou des réformes sans importance. J’attends le changement du système politique entier parce que je pense qu’il y a toujours une justice. Finalement, l’oppression est présente depuis 40 ans dans ce pays, c’est pour ça qu’il y a des mouvements et des manifestations. Je me dis toujours que cette fois-ci les choses vont changer, j’espère tellement. C’est horrible ce qui arrive et quelques fois je n’ai même plus les mots. Lorsque je fais une interview, je parle de cela et je n’ai pas assez de mots pour décrire à quel point c’est horrible.

Moi : Quels sont vos projets littéraires pour la suite ?

Shida Bazyar : J’écris de temps en temps pour la presse écrite ou pour mon blog sur la politique. Nous parlons beaucoup en Allemagne du sexisme par exemple. Je pense aussi bien sûr à écrire un nouveau roman. J’écris beaucoup, j’ai beaucoup d’idées mais pas de projet concret pour l’instant.

 

 

Je remercie les éditions Slatkine & Cie pour leur accueil et leur disponibilité. Si Shida vous a donné envie d’en savoir plus sur son roman, je vous invite à le lire et à venir m’en parler en commentaire 😉

 

4 commentaires, RSS

  1. Marie Françoise 10 février 2018 @ 12 h 57 min

    Le résumé et votre échange avec l’auteure me donne bien envie de lire ce livre. Je viens de m’inscrire à la bibliothèque. Il y a un cahier de souhaits. Je vais y inscrire ce livre.

    • mademoisellelit 10 février 2018 @ 13 h 32 min

      Je vous souhaite de le lire en effet, une très belle lecture, poignante et touchante !

  2. anne-laure 18 février 2018 @ 12 h 59 min

    très jolie rencontre et belle interview !

Your email address will not be published.