Le silence et la fureur – Natalie Carter & Nicolas d’Estienne d’Orves Carter Natalie - Éditions : XO Editions - 2018

 Note : 6.5/10

 

Quatrième de couverture :

Un lac perdu de l’Ontario, et au milieu, une petite île escarpée où souffle le vent mauvais du soupçon. Max King, pianiste adulé dans le monde entier, y vit reclus dans sa maison, prisonnier de ses obsessions et de ses cauchemars. Il y a dix ans, un drame l’a condamné au silence : la moindre note sur le clavier provoque en lui d’effrayantes douleurs. Pour cet immense artiste, la musique est devenue un bourreau. Mis à part sa gouvernante, Max King ne voit personne. Ni sa femme Fiona, ni son fils Luke, qui a quitté l’île et que tout le monde surnommait le « petit prince ». Un futur pianiste de génie, comme son père. Le retour de Luke résonnera comme un cataclysme sur cette terre maudite. Et du silence jaillira bientôt la fureur.

Il va sortir sur le porch, la terrasse couverte qui ceinture la maison, respirer l’air glacé, resserrer la ceinture de sa canadienne à s’en couper le souffle. Il restera un court moment immobile  et puis il s’en ira d’un pas vif, les épaules remontées, le corps penché en avant, sans se retourner. Il saura que je l’ai regardé partir.

 

Mon avis :

Me voici de retour après plusieurs jours d’absence pour vous parler thriller. J’ai reçu Le silence et la fureur par les éditions XO, que je remercie, qui me donnait très envie avec cette couverture si sombre et mystérieuse.

Quand je vois les éloges faites un peu partout sur les réseaux sociaux concernant ce livre, je me dis que je suis clairement passée à côté et je ne m’explique pas pourquoi. La critique est unanime, les blogueurs et lecteurs ont adoré ce thriller psychologique, ce n’est malheureusement pas mon cas…

Le roman de Natalie Carter et Nicolas d’Estienne d’Orves (mère et fils) se lit très vite. L’écriture est fluide, les chapitres s’enchaînent, et même s’il m’a manqué du suspense, j’avais envie de connaître la suite et d’avancer dans l’histoire. Ce n’est pas de la grande littérature mais c’est ce qu’on appelle un page turner.

En revanche, je n’ai pas spécialement accroché au récit et je n’ai pas aimé le personnage central, Max King, ancien musicien, qui fait face à ses démons depuis le fameux “accident”. Je crois que j’aurais aimé plus de description des personnages.

J’ai aussi trouvé qu’il y avait beaucoup de clichés. Je ne veux pas trop en dire par peur de spoiler mais certaines scènes sont déjà vues ( ou lues 😉 ). Deux semaines après ma lecture, je ne retiens que peu de détails du roman et j’en suis déçue.

Comme je le disais plus haut, je suis clairement passée à côté de ce livre mais je suis sûre qu’il réjouira un bon nombre d’entre vous, fans de thriller. Ce n’est pas mon style de prédilection mais j’ai voulu essayer pour changer 😉 N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en avez pensé si vous l’avez lu 🙂

Your email address will not be published.