Le réconciliateur – F. Scott Fitzgerald Scott Fitzgerald - Éditions : Gallimard - 1926

 

 

Quatrième de couverture :

New York, 1920. Au Ritz, à l’heure du thé, Luella Hemple explique à une amie combien son existence de femme au foyer l’ennuie: à vingt-trois ans, elle voudrait aller au théâtre, danser et boire des cocktails… Ailleurs, l’impatiente Gretchen Halsey, censée soutenir son mari qui s’astreint à un travail acharné, se laisse courtiser par un autre homme…

Parues en 1926 dans le recueil Tous les jeunes gens tristes, ces deux nouvelles sont traversées par l’un des grands thèmes de Fitzgerald: le couple, ici au bord du délitement.

Mon avis :

Comme vous avez pu le lire dans la quatrième de couverture, cet ouvrage est un recueil de nouvelles comprenant Le réconciliateur et Gretchen au bois dormant. Le livre fait moins de cent pages et pour une fois, j’aurais aimé avoir plus de contenu.

Le thème commun aux deux nouvelles est le suivant: le couple à la dérive. J’ai été plus touchée par Le réconciliateur que le deuxième récit mais je dois l’avouer, ce livre est une déception pour moi. Je me faisais une joie de découvrir la plume de F. Scott Fitzgerald et il va me falloir lire l’un de ses romans pour me faire une vraie opinion de cet auteur.

Les histoires sont bien trop courtes à mon sens pour y être plongé et s’attacher aux personnages. J’ai apprécié l’écriture du romancier mais je suis clairement restée sur ma faim avec ce recueil. J’ai trouvé cela très plat, comme si lire cet ouvrage ne m’avait rien apporté…

Si vous aimez F. Scott Fitzgerald, je suis preneuse de vos conseils pour en découvrir davantage avec la lecture d’un autre roman 😉 Dites-moi tout en commentaires 🙂

5 Comments, RSS

  1. Amélie 29 novembre 2017 @ 20 h 27 min

    Je viens de lire Gatsby et c’était la prémigré fois que je lisais un roman de Fitzgerald. J’ai eu un absolu coup de coeur mais si je t’écris ce commentaire c’est surtout pcq en annexe de ce livre figuraient des échanges épistolaires entre Fitzgerald et son éditeur et qu’il en ressort que l’écriture de nouvelles paraissait vraiment être un boulot alimentaire pour patienter entre deux romans (dont il parle de façon bcp plus passionnée et soignée). Du coup, effectivement lire un de ses romans pour affiner ton opinion sur son ecrituee me semble être une bonne idée.

  2. Amélie 29 novembre 2017 @ 20 h 31 min

    Et désolée pour les fautes, les aléas de l’écriture sur smartphone je n’ai pas relu avant d’envoyer.

  3. Cécile de Brest 1 décembre 2017 @ 15 h 57 min

    Gatsby le Magnifique, mais aussi et surtout Tendre est la nuit. J’adore Scott Fitzerald !

Your email address will not be published.