« Arrête avec tes mensonges » – Philippe Besson

Besson Philippe - Éditions : Julliard
1Commentaires

Quatrième de couverture :

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.

Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.

Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.

Mais un amour quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.

Mon avis :

Ce livre est d’une beauté !

J’ai découvert avec « Arrête avec tes mensonges » l’auteur Philippe Besson. Je suis tombée par hasard sur une interview de lui à la télévision et les critiques faites au roman m’ont données envie de le lire. Je savais qu’il allait être présent au Salon du livre de Paris donc j’ai attendu l’occasion pour le rencontrer et acheter le roman.

Après ma lecture, je suis ravie d’avoir été le rencontrer ! Ce récit a été un énorme coup de cœur.

Philippe Besson retrace, en première partie de son livre, sa rencontre avec Thomas Andrieu, en 1984, sur les bancs du lycée. Je ne vous apprends rien en vous disant qu’il s’agit d’un amour impossible et éphémère (la quatrième de couverture l’indique). En deuxième partie, nous sommes plongés en 2007 où le passé va ressurgir. Puis, en dernière partie, nous nous retrouvons en 2016…

Il s’agit d’un texte autobiographique et je vous avoue que c’est le style de lecture que je préfère. L’auteur est vrai, honnête, sincère, sans filtre tout au long de son roman. J’ai aimé lire ses faiblesses, ses doutes, ses espérances aussi. Le thème principal est l’homosexualité et je pense que Philippe Besson a toujours su poser les mots tels qu’ils sont dans son œuvre littéraire. Il ne s’est jamais caché derrière des mauvaises métaphores. J’ai trouvé cela courageux car, même en 2017, ce sujet reste parfois tabou et difficile à faire comprendre à certains.

L’écriture est incisive, dynamique, poétique, harmonieuse, fluide :

J’ai dix-sept ans. Je ne sais pas que je n’aurai plus jamais dix-sept ans, je ne sais pas que la jeunesse, ça ne dure pas, que ça n’est qu’un instant, que ça disparaît et quand on s’en rend compte il est trop tard, c’est fini, elle s’est volatilisée, on l’a perdue, certains autour de moi le pressentent et le disent pourtant, les adultes le répètent, mais je ne les écoute pas, leurs paroles roulent sur moi, ne s’accrochent pas, de l’eau sur les plumes d’un canard, je suis un idiot, un idiot insouciant.

Quant à la fin du roman, j’en ai été bouleversée. J’ai refermé le livre avec le souffle coupé. La réalité dépasse la fiction. Philippe Besson écrit depuis des années des histoires inventées, il refuse d’écrire son histoire, il le dit dans le livre. Mais sa rencontre avec Thomas Andrieu en 1984 l’obligera à se démentir et à écrire sur lui. À la lecture des dernières pages, on comprend son geste, on comprend qu’il ne pouvait pas se taire. J’ai le sentiment que son témoignage était nécessaire et qu’il peut faire avancer les choses sur l’homosexualité.

La force avec laquelle l’auteur a écrit cette histoire d’amour est magnifique. Je vous conseille tous « Arrête avec tes mensonges » qui de mon côté me marquera encore longtemps…

 

Pour acheter le livre, cliquez sur la photo.

Commentaires (1)
mademoisellelit2017-04-05 20:34:09Répondre

Exactement ! Fonces ;)

Répondre




Ajouter un commentaire