Charlotte – David Foenkinos

Foenkinos David - Éditions : Gallimard
3Commentaires

 

Quatrième de couverture :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une œuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : « C’est toute ma vie. » Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Mon avis :

Un destin tragique.

Je me rappelle avoir vu et entendu beaucoup d’interviews de David Foenkinos à la sortie de Charlotte. Cela ne m’avait pas donné envie de le lire. J’ai lu son roman biographique Lennon sur le chanteur des Beatles, je n’avais pas spécialement accroché, et j’imaginais que ce récit serait similaire. C’est après vos nombreux conseils que je me suis décidée et je ne regrette pas de vous avoir fait confiance ! Je serais passée à côté du plus beau livre (pour moi) de l’auteur.

Comme l’indique la quatrième de couverture, le roman retrace la vie de Charlotte Salomon, jeune peintre allemande et juive durant la Seconde Guerre Mondiale. Son histoire m’a totalement bouleversée ! Cette jeune femme est, dès la naissance, baignée dans une ambiance familiale tragique. Le suicide l’entoure : son arrière grand-mère, son grand-oncle, sa grand-tante, sa tante, sa mère, sa grand-mère, etc… Charlotte en vient même à calculer que toutes les femmes de sa famille se suicident à 13 ans d’intervalle à chaque fois et que son tour viendra donc en 1953, si elle survit d’ici là. Sans parler du contexte de l’époque. Son père est envoyé dans un camp de concentration, dont il sera libéré. Charlotte est amenée à fuir l’Allemagne pour survivre en tant que juive.

David Foenkinos a décidé de construire son roman sous la forme d’une poésie. Les phrases sont très courtes, les unes en dessous des autres, le texte est très rythmé. Le style d’écriture apporte beaucoup au récit. Il y a quelques interventions de l’écrivain pour nous apporter des détails sur le déroulé de son enquête. Il nous explique tout au long du livre comment il est retourné sur les traces de la jeune peintre.

Ce roman est bouleversant, tragique, d’une tristesse absolue. L’épilogue m’a complètement retourné et j’ai du retenir mes larmes à plusieurs reprises. David Foenkinos signe là son plus beau roman, un chef d’œuvre.

 

Pour acheter le livre, cliquez sur la photo.

Commentaires (2)
LespassionsdEmile2018-02-18 18:35:12Répondre

J'avais quelques doutes sur la qualité de l'écriture de David Foenkinos, mais grâce à ton articles je découvre une histoire qui va sûrement beaucoup me plaire ! Merci pour tes chroniques et tes critiques littéraires qui nous font découvrir des pépites de lectures !

Répondre



mademoisellelit2018-02-18 18:57:32Répondre

Oh merci pour ce gentil commentaire :) Tu peux lire David Foenkinos sans hésiter, surtout Charlotte ;)

Répondre



Clarine2017-07-02 22:42:05Répondre

Quelle belle chronique. Elle me convainc définitivement de ne pas m'arrêter à ma seule lecture de Les souvenirs, qui m'avait refroidie. Je lirai ce livre, c'est certain. Merci !!! ;)

Répondre




Ajouter un commentaire