Dans le jardin de l’ogre – Leïla Slimani

Slimani Leïla - Éditions : Gallimard
8.5 / 10
27 janvier 2019
3Commentaires

Note : 8.5/10

 

Quatrième de couverture :

«Une semaine qu’elle tient. Une semaine qu’elle n’a pas cédé. Mais cette nuit, elle en a rêvé et n’a pas pu se rendormir. Un rêve moite, interminable, qui s’est introduit en elle comme un souffle d’air chaud. Adèle ne peut plus penser qu’à ça.» Adèle semble heureuse avec Richard, le médecin qu’elle a épousé. Pourtant, elle ne peut s’empêcher de collectionner les conquêtes. Dans le jardin de l’ogre est l’histoire d’un corps esclave de ses pulsions que rien ne rassasie. Un roman féroce et viscéral sur l’addiction sexuelle et ses implacables conséquences.

Mon avis :

J’ai découvert la plume de Leïla Slimani en 2016 grâce au Prix Goncourt qu’elle a remporté pour Chanson Douce. J’avais été bouleversée par cette histoire sordide et j’avais très envie de lire Dans le jardin de l’ogre qui a également fait couler beaucoup d’encre.

Dans ce roman, le personnage principal, Adèle, une jeune femme mariée et mère de famille, est addicte au sexe. Elle trompe son mari toutes les nuits pour assouvir ses pulsions jusqu’à ce que tout dérape…

“Elle cogne son front contre le mur. Elle veut qu’on la saisisse, qu’on lui brise le crâne contre la vitre. Dès qu’elle ferme les yeux, elle entend les bruits, les soupirs, les hurlements, les coups. Un homme nu qui halète, une femme qui jouit.”

J’ai retrouvé le style d’écriture brute et violent de l’auteure que j’avais apprécié dans Chanson Douce. Leïla Slimani n’hésite pas à employer des mots qui choquent, un langage fort pour interpeller le lecteur.

Le thème qu’elle a choisi d’aborder est atypique en littérature. Cela peut déranger, surtout provenant d’une romancière marocaine comme elle. Mais je trouve que le sujet est très bien traité dans ce roman. J’ai été surprise par une scène spécialement violente qui m’a retourné l’estomac pendant quelques minutes.

Malgré cela, le récit manque selon moi d’actions et de suspens. J’ai passé un bon moment de lecture, sans pour autant être captivée par le livre et son intrigue. Je le recommande à tous ceux qui aimeraient découvrir la signature de cette écrivaine reconnue et qui n’oseraient pas se plonger dans Chanson Douce.

Commentaires (1)
Emma Blue2019-01-27 17:56:02Répondre

Merci pour cette chronique. Chanson Douce m'a marquée et ce roman n'a pas l'air de laisser le lecteur indifférent, j'espère pouvoir le lire bientôt !

Répondre



mademoisellelit2019-01-27 21:09:42Répondre

Merci pour ton commentaire ;)

Répondre



Justine Menard2019-11-24 17:11:51Répondre

avait suscite lors 4 de sa sortie marocaine debats, remous et confessions. Les Marocaines s’etaient reconnues dans le personnage d’Adele, une femme souffrant d’addiction au sexe : elles aussi sont frustrees et mentent pour sauver les apparences. Confortees dans leurs convictions par les propos de Leila Slimani et rassurees par sa personnalite solaire, ces femmes se sont instinctivement confiees a elle. Ces discussions ont ete assemblees et retranscrites dans

Répondre




Ajouter un commentaire