Le dernier dîner, Camille Lesur : Mon avis

Lesur Camille - Éditions : Jouvence
0Commentaires

Quatrième de couverture :

Pierre et Jeanne forment un couple usé. Ils sont invités chez Marie, nouvelle amie de Jeanne, et son époux Marc. A son arrivée, Pierre reconnaît immédiatement la femme dont il a été follement amoureux dix ans plus tôt et qui a disparu sans laisser de trace. Marie ne semble pas se rappeler de lui mais Pierre décide de profiter de ce dîner pour réveiller ses souvenirs à n’importe quel prix.

 

 

 

 

Changement de cap pour Camille Lesur.

Au printemps 2020, lors d’un confinement interminable, Camille Lesur m’offrait l’un des plus beaux moments de lecture de ces semaines suspendues. Avec son premier roman, Le chant des cigales après la pluie, l’autrice déployait une bulle de douceur et d’évasion, nécessaires en ces longues journées d’enfermement.

Deux ans plus tard, l’écrivaine sort des sentiers battus en publiant Le dernier dîneraux éditions Jouvence. Un thriller psychologique à retrouver dès aujourd’hui en librairie.

Il a suffit d’un quart de seconde pour que Pierre la reconnaissance. Dix ans n’effacent pas un amour aussi vibrant. Elle, a semble-t-il, tout oublié. Fait-elle semblant ? Joue-t-elle la comédie forcée, face à son mari présent et qui ignore cette partie de l’histoire ? Ces retrouvailles inattendues plongent Pierre dans des souvenirs pas toujours joyeux… Aura-t-il enfin le courage de se confronter à ses démons ?

 

 

Après deux ouvrages feel good, il fallait oser ! Camille Lesur ne manque pas d’audace et elle nous le prouve avec cette proposition originale. Dès les premières lignes, le ton surprend, sombre et inquiétant. La trame se met en place, l’intrigue se déroule, apportant rapidement matière à se questionner. Qui est Marie, chez qui Pierre et sa femme Jeanne, sont invités à dîner ? Quel est l’objet de cette mystérieuse soirée ? Et qui sont les fantômes dont Pierre est entouré depuis des années ?

Un huis-clos troublant s’installe, parsemé par les pensées de notre héros. Pierre se rappelle son enfance, entre une mère détestable et un père absent. Passé et présent se relayent. Les maillons s’assemblent, révélant un secret insoupçonné. Comme à son habitude, Camille use d’une plume entraînante et dresse un scénario bien ficelé. J’ai été transportée et surprise par ce final renversant.

Le dernier dîner a tout d’un bon roman d’été. Ses ingrédients sont justement dosés pour une lecture à dévorer le temps d’une soirée !

 

Connaissez-vous les romans de Camille Lesur ? Ce livre vous tente-t-il ?

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire