Les variations sentimentales – André Aciman

Aciman André - Éditions : Grasset
10 / 10
6Commentaires

Note : 10/10

 

Quatrième de couverture :

Paul est encore adolescent quand il s’éprend de Giovanni, le menuisier de ses parents, pendant des vacances estivales sur une petite île italienne. Premier amour. Plus tard, à New York, c’est avec la belle Maud qu’il pense construire une vie de couple. Il l’aime et la jalouse fiévreusement. Trop peut-être. Manfred, lui, est d’abord une silhouette aperçue sur un court de tennis à Central Park, avant d’obséder Paul, corps et âme. Il finira par vivre avec lui. Puis Chloé revient dans sa vie et tous deux retournent sur le campus en Nouvelle-Angleterre où ils se sont rencontrés étudiants, pour faire le bilan de leurs vies. Trop tard ? Et lorsque Heidi, une jeune musicologue, lui envoie un article pour sa revue, Paul tombe sous le charme. Ce jeu de séduction intellectuelle permettra-t-il à Paul d’être à nouveau amoureux ?
À travers le récit d’une vie où les êtres aimés se suivent, se rencontrent ou s’entrechoquent parfois – comme autant de variations sur un thème – André Aciman nous interroge sur l’énigme de nos désirs, de nos amours, de nos vies. Son écriture est sensuelle, mais aussi porteuse d’une mélancolie profonde. Car si son narrateur, Paul, observe et évoque les corps avec minutie, il se fait aussi le chroniqueur du temps qui passe, et du désir qui naît, s’étiole puis s’éteint. Lorsqu’il réfléchit aux rêves avortés de nos existences, difficile ne pas céder à l’émotion.

 

“Je suis revenu pour lui. Ce sont les mots que j’ai écrits dans mon carnet en apercevant enfin San-Giustiniano depuis le pont du ferry. Rien que pour lui. Pas pour notre maison, ni pour l’île, ni pour mon père, ni pour la vue du continent quand je m’asseyais dans la chapelle normande abandonnée, aux derniers jours de notre dernier été chez nous, me demandant pourquoi j’étais l’être le plus malheureux sur Terre.”

 

Mon avis :

 

J’ai lu Les variations sentimentales d’André Aciman dans le cadre du partenariat “En lettres d’ancre” que nous avons plusieurs blogueurs et moi-même avec les éditions Grasset pour l’année 2019. Le but de ce projet est de recevoir un livre par mois dans la section “littérature étrangère” et de partager notre avis (positif ou négatif) sur les réseaux sociaux.

Pour janvier, j’ai préféré m’abstenir car je n’avais pas accroché du tout au style d’écriture du roman reçu, au point d’abandonner ma lecture. Les mois se suivent mais ne se ressemblent pas car pour février, ce fut un véritable coup de cœur ! Les variations sentimentales est sans conteste ma meilleure lecture de l’année pour l’instant !

L’auteur américain s’est fait connaître en 2007 avec son premier roman, Appelle-moi par ton nom, adapté récemment au cinéma. Je n’ai ni lu le livre, ni vu le film mais je n’étais pas passée à côté des critiques élogieuses du film lors de sa sortie. J’étais donc ravie de cette découverte le mois dernier.

Dans ce nouveau récit, l’écrivain signe un véritable roman d’amour, où Paul, le personnage principal et narrateur, nous dévoile ses passions et déceptions amoureuses. Cinq grandes histoires d’amour depuis son adolescence en Italie, jusqu’à la maturité et l’affirmation de son identité à New York. Relations homosexuelles, hétérosexuelles, platoniques ou à distance… Paul joue avec les sentiments tout au long de sa vie.

Ce livre est un vrai petit bijou ! J’ai été complètement embarquée dès les premières pages en Italie, où la plume de l’auteur et le très grand travail de la traductrice m’ont fait penser à l’écriture d’Elena Ferrante que j’aime tant. Le texte est d’une beauté et d’un romantisme fou.

André Aciman dépeint les sentiments amoureux comme personne d’autre. La tromperie, l’amour platonique, la trahison, le mensonge, l’admiration… Paul se cherche, s’égare, se contrôle, les mots choisis par l’auteur pour nous décrire tout cela sont bouleversants.

J’ai voyagé durant plus de 350 pages, j’ai été passionnée grâce à ce personnage principal à diverses facettes, j’ai admirée la plume de l’auteur et je n’ai pas voulu refermer cet ouvrage magnifique, de peur de ne pas retrouver un texte aussi beau à l’avenir. Merci aux éditions Grasset pour cette poignante découverte et merci André Aciman pour ce si grand talent ! A lire de toute urgence !

Commentaires (3)
ceciloule2019-05-19 18:05:13Répondre

Je partage complètement ton avis. L'écriture d'André Aciman parvient à donner corps aux sentiments amoureux, à les rendre presque tangibles et dansants sous nos yeux ébahis. Tantôt poétique, tantôt cru et dur, mais toujours empreint de nostalgie et de finesse, ce roman est effectivement une pépite ! (mon avis ici d'ailleurs : https://pamolico.wordpress.com/2019/05/19/lamour-les-remords-et-les-regrets-les-variations-sentimentales-andre-aciman/ ;) )

Répondre



L.ivre.de.vie2019-03-10 18:10:37Répondre

Merci à toi pour ce résumé de ton ressenti. Je poursuis avec tes mots en tête ma lecture. Un vrai beau moment de lecture

Répondre



mademoisellelit2019-03-11 10:47:39Répondre

Merci à toi et bonne lecture :)

Répondre



Cyrille avec deux ailes2019-03-10 12:02:55Répondre

Salut,
Je serai curieux d'avoir ton avis sur le roman et le film "call me by your name" car il paraît que le film est meilleur que le roman. J'hésite à lire le livre car j'ai adoré le film...et à présent ta critique des variations sentimentales me fait changer d'avis! A suivre...

Répondre



mademoisellelit2019-03-10 13:38:54Répondre

Merci pour ton commentaire :) J'espère le lire un jour moi aussi. Je ne manquerais pas d'en faire un article si tel est le cas ;)

Répondre



ceciloule (https://pamolico.wordpress.com/)2019-05-19 18:07:28Répondre

J'ai moi aussi trouvé que le film était meilleur que le roman... Elio est plus attachant, moins obsessionnel et bourrin. Timothée Chalamet réussit à lui conférer plus de nuances que n'y est parvenu André Aciman.

Répondre




Ajouter un commentaire