Ma wishlist de Noël – 2019

10 novembre 2019
2Commentaires

*

*

Noël, c’est dans moins de deux mois ! Alors, plutôt que d’attendre le 22 pour filer en librairie trouver LA perle rare qui fera mon bonheur, j’ai décidé cette année encore de rédiger ma petite liste d’envies pour aider mes proches à savoir quel livre glisser sous le sapin.

*

*

 

 

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois

Le résumé :

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Il y partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre. Retour en arrière: Hansen est super intendant à L’Excelsior, une résidence où il déploie ses talents de concierge, de gardien, de factotum, et – plus encore – de réparateur des âmes et consolateur des affligés. Lorsqu’il n’est pas occupé à venir en aide aux habitants de L’Excelsior ou à entretenir les bâtiments, il rejoint Winona, sa compagne. Aux commandes de son aéroplane, elle l’emmène en plein ciel, au-dessus des nuages. Mais bientôt tout change. Un nouveau gérant arrive à L’Excelsior, des conflits éclatent. Et l’inévitable se produit. Une église ensablée dans les dunes d’une plage, une mine d’amiante à ciel ouvert, les méandres d’un fleuve couleur argent, les ondes sonores d’un orgue composent les paysages variés où se déroule ce roman.

Qu’est-ce qui me donne envie de le lire ?

Jean-Paul Dubois vient de recevoir le prestigieux Prix Goncourt pour ce roman. En bonne blogueuse que je suis (ou pas), je me dois de lire le Prix Goncourt 2019 😉

 

 

Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena

Le résumé :

«Vicente Rosenberg est arrivé en Argentine en 1928. Il a rencontré Rosita Szapire cinq ans plus tard. Vicente et Rosita se sont aimés et ils ont eu trois enfants. Mais lorsque Vicente a su que sa mère allait mourir dans le ghetto de Varsovie, il a décidé de se taire. Ce roman raconte l’histoire de ce silence – qui est devenu le mien.»

Qu’est-ce qui me donne envie de le lire ?

J’ai lu un article très intéressant à son sujet le mois dernier dans le magazine Transfuge. Il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre. Pourtant, j’ai aussi vu l’auteur en interview chez Laurent Ruquier un samedi soir. Cela a confirmé mon envie de le lire.

 

 

De pierre et d’os de Bérangère Cournut

Le résumé :

Après le succès de son roman hopi Née contente à Oraibi, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d’une vision alternative du monde avec un roman inuit. Empreint à la fois d’écologie et de spiritualité, De pierre et d’os nous plonge dans le destin solaire d’une jeune femme eskimo. “ Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l’Arctique depuis un millier d’années. Jusqu’à très récemment, ils n’avaient d’autres ressources à leur survie que les animaux qu’ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d’animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L’eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu’accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. ” Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Qu’est-ce qui me donne envie de le lire ?

Après sa couverture magnifique, la très bonne critique de ma collègue blogueuse @loupbouquin parue cette semaine.

 

 

Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie

Le résumé :

Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.

O.L.

Qu’est-ce qui me donne envie de le lire ?

Les autobiographies, biographies ou histoires vraies me touchent toujours particulièrement en littérature. J’entends beaucoup de bien de ce livre et j’aimerais me faire mon propre avis.

 

 

Bibliothérapie de Tatiana Lenté et Héloïse Goy

Le résumé :

Et si les livres avaient de merveilleux pouvoirs magiques pour soigner vos chagrins et vos blessures ? Et si la littérature pouvait vous faire rire, voyager, aimer, pardonner ? Dans ce livre, Héloïse et Tatiana du blog Peanut Booker vous prescrivent:

• 500 livres qui font du bien pour guider vos humeurs grâce à des textes inspirants, drôles, apaisants, consolants.

• Près de 20 témoignages de personnalités qui ont accepté de partager avec vous les livres qui les ont le plus touchées.

Traitement garanti sans effet secondaires!

Qu’est-ce qui me donne envie de le lire ?

L’idée super originale et les mots d’ @agathe.the.book sur Instagram à son propos.

 

 

Il fallait que je vous le dise d’Aude Mermilliod

Le résumé :

Si elle donne le choix, l’IVG ne reste pas moins un événement traumatique dans une vie de femme. Et d’autant plus douloureux qu’on le garde pour soi, qu’on ne sait pas dire l’ambivalence des sentiments et des représentations qui l’accompagnent. L’angoisse, la culpabilité, la solitude, la souffrance physique, l’impossibilité surtout de pouvoir partager son expérience. Avec ce livre, Aude Mermilliod rompt le silence, mêlant son témoignage de patiente à celui du médecin Martin Winckler. Leur deux parcours se rejoignent et se répondent dans un livre fort, nécessaire et apaisé.

Qu’est-ce qui me donne envie de le lire ?

J’ai eu la chance de rencontrer l’auteure à la fête du livre de Saint-Etienne en octobre dernier. C’est elle, à travers ses mots et son trait de dessin, qui m’a donné envie de découvrir son ouvrage.

 

 

Et vous, quels sont les livres que vous aimeriez recevoir pendant ces fêtes ? Lesquels pensez-vous offrir à vos proches ? Avez-vous lu ces livres ?

Commentaires (1)
Isabelle2019-11-20 16:40:26Répondre

Très envie de lire le Prix Goncourt aussi.

Répondre



mademoisellelit2019-11-20 16:42:22Répondre

Tu me donneras ton avis si tu le lis ;)

Répondre




Ajouter un commentaire