Mon père, ma mère, mes tremblements de terre – Julien Dufresne-Lamy

Dufresne-Lamy Julien - Éditions : Belfond
9.5 / 10
19 septembre 2020
1Commentaires

Quatrième de couverture :

Est-ce que, sur la table de chirurgie, mon père ressent le chaud, le froid ? Allez savoir. Dans la salle d’attente, ma mère porte sa chemise saharienne et le soleil blanc tape doucement sur les fenêtres. L’air est doux. Un air qui n’a rien à voir avec la mort, les drames. Ici, ce n’est pas un drame. C’est autre chose qui se passe.
Dans cette salle, Charlie, quinze ans, patiente avec sa mère. Bientôt, son père sortira du bloc. Elle s’appellera Alice. Durant ce temps suspendu, Charlie se souvient des deux dernières années d’une vie de famille terrassée. Deux années de métamorphose, d’émoi et de rejet, de grands doutes et de petites euphories. Deux années sismiques que Charlie cherche à comprendre à jamais. Tandis que les longues minutes s’écoulent, nerveuses, avant l’arrivée d’Alice, Charlie raconte la transition de son père. Sans rien cacher de ce parcours plus monumental qu’un voyage dans l’espace, depuis le jour de Pâques où son père s’est révélée. Où, pour Charlie, la terre s’est mise à trembler.

Julien Dufresne-Lamy signe un cinquième roman doux et audacieux, profondément juste, sur la transidentité et la famille. La bouleversante histoire d’amour d’un clan uni qui apprend le courage d’être soi.

 

“Dans quatre heures, Papa aura disparu. Une mort, pas vraiment. Une absence pour toujours. Quatre heures, comme le temps d’un pique-nique. C’est court. Parfois long, comme un film hongkongais primé à Venise ou un repas chez les grands-parents une fin de dimanche, quand la carcasse du poulet gît dans l’huile. Mais parfois, paf ça va vite. […] Papa. Est-ce que je pourrai encore l’appeler comme ça ?”

 

Mon avis :

Touchée au cœur l’an dernier par son roman Jolis jolis monstres, je guettais avec impatience la parution de Mon père, ma mère, mes tremblements de terre de Julien Dufresne-Lamy en cette rentrée littéraire. Par chance, les éditions Belfond m’ont fait le cadeau de me l’envoyer en avant-première. Je n’en ai fait qu’une bouchée !

Au côté de sa mère, Charlie égrène les minutes dans la salle d’attente de l’hôpital. Quatre heures d’opération pour que son père se transforme en Alice. Ce changement, cela fait deux ans que Charlie y est confronté chaque jour. Après le choc de l’annonce, sont venus l’acceptation et le soutien. Mais tout cela ne s’est pas fait sans tremblement de terre…

Éveillée récemment par une tenace insomnie, j’en ai profité pour ouvrir le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy. L’histoire poignante de Charlie et l’écriture enflammée de l’auteur ne m’ont pas aidée à fermer l’œil ! L’information, si percutante soit-elle pour certains, est lancée d’un jet : le père de Charlie, 15 ans, veut changer de sexe et c’est ensemble, avec sa mère, qu’ils ont décidé d’affronter ce combat. L’adolescent, durant les quatre heures d’opération, se remémore le chemin familial parcouru.

 

 

Qu’aurais-je fait à la place du jeune garçon ? Comment aurais-je réagi si c’était mon père et non, celui fictif, imaginé par l’écrivain ? Ces questions m’ont traversé l’esprit durant toute ma lecture. Julien Dusfrene-Lamy est percutant, dénonciateur, et bienveillant dans ce récit. Le point de vue de l’enfant est confronté à celui de la mère, du père, de l’entourage, des amis, etc. Si Alice a la chance d’avoir le soutien de sa famille, le rejet et le jugement sont monnaie courante dans ce genre de situation. Il est important de le rappeler.

Julien Dusfrene-Lamy nous offre un jeune narrateur intelligent, ouvert, qui force au respect et au questionnement. Lorsque la transformation a commencé deux ans plus tôt, à coup de cachets, traitements et métamorphose physique, Charlie a pris note, chaque jour, du comportement de son père. Un journal de bord, report du climat quotidien.

Vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman, que j’ai regretté terminer en une seule matinée. La plume incisive et survoltée de Julien Dufresne-Lamy ne se lâche pas. Son texte m’a bouleversée, émue et beaucoup interrogée. Un ouvrage chouchou en cette rentrée, qui j’espère aura toute sa place sur vos étagères.

 

L’avez-vous lu ?

Commentaires (1)
Samantha2020-09-19 09:42:22Répondre

Il me faisait déjà de l’œil et ton article me donne encore plus envie. Je l'ajoute à ma PAL!

Répondre




Ajouter un commentaire