S’adapter, Clara Dupont-Monod : Mon avis

Dupont-Monod Clara - Éditions : Stock
6Commentaires

Quatrième de couverture :

C’est l’histoire d’un enfant aux yeux noirs qui flottent, et s’échappent dans le vague, un enfant toujours allongé, aux joues douces et rebondies, aux jambes translucides et veinées de bleu, au filet de voix haut, aux pieds recourbés et au palais creux, un bébé éternel, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres. C’est l’histoire de sa place dans la maison cévenole où il naît, au milieu de la nature puissante et des montagnes protectrices ; de sa place dans la fratrie et dans les enfances bouleversées. Celle de l’aîné qui fusionne avec l’enfant, qui, joue contre joue, attentionné et presque siamois, s’y attache, s’y abandonne et s’y perd. Celle de la cadette, en qui s’implante le dégoût et la colère, le rejet de l’enfant qui aspire la joie de ses parents et l’énergie de l’aîné. Celle du petit dernier qui vit dans l’ombre des fantômes familiaux tout en portant la renaissance d’un présent hors de la mémoire. Comme dans un conte, les pierres de la cour témoignent. Comme dans les contes, la force vient des enfants, de l’amour fou de l’aîné qui protège, de la cadette révoltée qui rejettera le chagrin pour sauver la famille à la dérive. Du dernier qui saura réconcilier les histoires. La naissance d’un enfant handicapé racontée par sa fratrie.

 

Lorsque les pierres racontent…

Il est de ces titres qui ont marqué l’actualité littéraire de ces derniers mois. Prix Femina, Prix Landerneau, Goncourt des Lycéens, S’adapter a convaincu les professionnels du livre comme les amateurs. Je ne pouvais passer à côté.

Comment recevoir la différence et l’accepter ? Comment faire face aux regards extérieurs ? C’est l’histoire d’un petit garçon inadapté, au corps de bébé, sans parole, sans mobilité. Celle racontée par les pierres, car l’humain se saisit d’autre chose. L’histoire d’une fratrie dans laquelle la position de chacun prend tout son sens face à l’adversité.

L’auteure décrit d’abord l’enfance de l’aîné et le bouleversement familial en découvrant que le petit dernier sort du moule. La relation de grand frère, son caractère aimant et l’attachement infaillible envers le petit garçon. Avec tendresse, elle écrit le soutien, l’amour, l’abnégation. Un don de soi total et infini, même après la mort.

 

 

“Un jour, dans une famille, est né un enfant inadapté. Malgré sa laideur un peu dégradante, ce mot dirait pourtant la réalité d’un corps mou, d’un regard mobile et vide. “Abîmé” serait déplacé, “inachevé” également, tant ces catégories évoquent un objet hors d’usage, bon pour la casse. “Inadapté” suppose précisément que l’enfant existait hors du cadre fonctionnel (une main sert à saisir, des jambes à avancer) et qu’il se tenait, néanmoins, au bord des autres vies, pas complètement intégré à elles mais y prenant part malgré tout, telle l’ombre au coin d’un tableau, à la fois intruse et pourtant volonté du peintre.”

 

Puis, Clara Dupont-Monod raconte sa place de cadette. Grande sœur d’un côté, petite sœur de l’autre. Elle explique la rage et l’incompréhension qui fut la sienne, en cohabitant avec ce frère handicapé. Les longs moments passés au côté de sa grand-mère adorée, pour fuir la réalité trop brutale.

Enfin vint le petit dernier. Né après les épreuves, après le drame, après la solidarité et la malchance. Celui qui apportera de nouveau espoir en la vie, redonnera le sourire aux parents et développera ainsi une relation fusionnelle avec eux. Il se posera des tonnes de questions : pourquoi suis-je arrivé après ? Comment vivaient-ils avant moi, et surtout, avec lui ? Comment était ce grand frère, aujourd’hui disparu ?

Avec justesse, l’écrivaine livre un texte empreint de douceur. Au-delà de l’étiquette et du rôle de chacun, elle offre une part de choix à la nature dans son roman. La montagne cévenole, majestueuse et grandiose, accompagne le récit de ces enfants déboussolés. Un roman magnifique sur la résilience et l’amour.

 

Avez-vous lu ce livre ?

Commentaires (3)
Laptitedrillon2022-01-22 18:27:52Répondre

J'ai beaucoup aimé ce livre, pudique, délicat mais qui évoque avec beaucoup de justesse ce qui peut se passer dans une famille quand un enfant lourdement handicapé arrive. J'ai eu la chance de travailler avec des adultes en situation de polyhandicap et, à la lecture de ce roman, des souvenirs liés à eux et à leur famille me sont revenus.

Répondre



mademoisellelit2022-01-24 09:31:55Répondre

Ça a dû particulièrement résonner en toi, je l'imagine.

Répondre



Sabrina2022-01-22 09:43:01Répondre

Lu aussi et beaucoup aimé. Un livre très touchant, positif et poétique.

Répondre



mademoisellelit2022-01-24 09:30:01Répondre

C'est tout à fait ça. Aucune noirceur malgré le thème délicat.

Répondre



Sylvie2022-01-21 16:48:13Répondre

Comme toi j’ai beaucoup aimé cette lecture . Malgré le drame ,cette famille reste lumineuse . L’ainé , la cadette , l’ Enfant et le petit dernier nous touchent incroyablement, avec pudeur . Comme s’ils ne voulaient pas nous déranger, on ne connaît même pas leurs prenons d’ailleurs…

Répondre



mademoisellelit2022-01-21 17:12:34Répondre

Oui, ce n'est pas un roman triste ou sombre. C'est beau, humain et lumineux comme tu le dis.

Répondre




Ajouter un commentaire