Soumission – Michel Houellebecq

Houellebecq Michel - Éditions : Flammarion
8 octobre 2017
4Commentaires

 

Quatrième de couverture :

Dans une France assez proche de la nôtre, un homme s’engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l’enseignement, il s’attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le système politique jusqu’à provoquer son effondrement. Cette implosion sans soubresauts, sans vraie révolution, se développe comme un mauvais rêve.

Le talent de l’auteur, sa force visionnaire nous entraînent sur un terrain ambigu et glissant ; son regard sur notre civilisation vieillissante fait coexister dans ce roman les intuitions politiques, les effets comiques, une mélancolie fataliste.

Ce livre est une saisissante fable politique et morale.

Mon avis :

Je me souviens avoir vu et lu de nombreuses interviews de Michel Houellebecq à la sortie de Soumission, beaucoup d’avis positifs et négatifs sur ce livre, je me rappelle d’une certaine polémique à son sujet. Tout cela m’avait laissé perplexe et ne m’avait pas donné envie de le lire. En en parlant avec une collègue, celle-ci m’a donné envie de le découvrir, me disant qu’elle avait adoré, mais qu’elle était incapable de me dire pourquoi.

Je me suis donc à mon tour lancé. Je ressors de cette lecture encore plus perplexe que je ne l’étais. Beaucoup de choses m’ont dérangées dans ce roman. J’ai apprécié la qualité d’écriture de l’auteur (bien qu’il abuse à mon sens des parenthèses !) mais le fond de l’histoire ne m’a pas plu.

Nous suivons les « aventures » de François, professeur à la Sorbonne, d’une quarantaine d’années. Nous sommes en 2022, à l’approche d’une élection présidentielle qui va opposer le Front National et la Fraternité musulmane, parti politique inventé par l’auteur.

Je ne comprends pas bien où Michel Houellebecq a voulu nous emmener dans ce livre. Dans la première partie, le narrateur nous raconte ses années universitaires, l’écriture de sa thèse sur l’écrivain Joris-Karl Huysmans, la relation avec ses collègues à la Sorbonne. Puis, il commence à évoquer les tensions en France suite au climat politique compliqué et inédit. Enfin, nous avons le droit à toute une partie sur sa relation amoureuse (et sexuelle) avec l’une de ses jeunes étudiantes. J’ai trouvé le récit extrêmement décousu et sans réelle corrélation entre les différents thèmes abordés.

Je pense que le personnage principal manque de caractère, de sentiments, je ne me suis pas du tout attaché à lui et cela m’a beaucoup manqué pour entrer dans l’histoire. Il nous raconte ce qu’il voit autour de lui en France dans cette ambiance tendue, sans jamais exprimer son ressenti personnel. Cela n’a pas fonctionné avec moi… 🙁

Après cet « échec », je ne suis pas vraiment tentée d’en savoir plus sur Michel Houellebecq. Peut-être avez-vous de bons conseils à me laisser en commentaire pour me faire changer d’avis ? 🙂

 

Pour acheter le livre, cliquez sur la photo.

 

 

Commentaires (4)
MonsieurSoleil2017-11-27 21:37:53Répondre

Je viens de finir ce bouquin et un sentiment vraiment étrange nage dans ma tête sans pouvoir encore expliquer pourquoi ; la fin du livre est le pire du tout le contenu, je crois. J’avais l’impression que la lecture allait vers un coté beaucoup plus polémique, mais le protagoniste me fait penser à un Mersault. Il explique bien le titre du roman vers la fin de l’histoire, détail pas très surprenant. Je vous recommande « La Carte et le territoire » ou bien « Poésie », où Houellebecq ne déçoit pas.

Répondre



Cécile de Brest2017-10-28 18:21:04Répondre

Je n'ai pas forcément "accroché " non plus. J'ai un peu l'impression que l'auteur est passé à côté de son sujet, qu'il aurait pu faire mieux mais je ne saurais pas expliquer pourquoi.
Et franchement, je n'ai pas vu l'intérêt de toutes ces scènes de sexe...

Répondre



Anonymous2017-10-11 14:41:48Répondre

Un peu comme toi je fais partie de celles qui trouvent les récits de Houellebecq quelque peu décousus. Si ça peut te rassurer c’est le moins pire que j’ai lu de lui... l’idée politique est pas mal et il essaie de faire passer un message fataliste. Mais je le trouve vraiment malsain j’ai du mal à comprendre qu’on parle de lui comme « le plus grand écrivain français contemporain »...

Répondre



mademoisellelit2017-10-08 21:45:09Répondre

Connaissant un peu tes goûts littéraires Catherine, je pense en effet qu'il est mieux pour toi de passer ton chemin ;) J'aurais dû faire de même :)

Répondre




Ajouter un commentaire