Toc toc toc… – Hélène Vasquez

Vasquez Hélène - Éditions : LC
8.5 / 10
25 février 2020
0Commentaires

Note : 8.5/10

 

Quatrième de couverture :

Tant que l’on reste à la surface des choses, ils font sourire. Ils ce sont ces troubles obsessionnels compulsifs, les TOC, ceux qui vous font vérifier si la cafetière est éteinte, si la porte est fermée, si vous avez bien appuyé trois fois sur le bouton pour éviter que l’ascenseur qui vous transporte ne tombe en panne. Mais pour celui qui les subit il n’y a pas de quoi sourire.
Véritables plaies du cerveau ils s’installent et gagnent en profondeur, en intensité. La souffrance grandit avec l’isolement et ronge l’esprit aussi sûrement que la gangrène ronge le membre malade.

Toc ! Toc ! Toc ! On frappe à votre porte. Laissez entrer Hélène Vasquez, car elle vient vous raconter l’histoire de Camille. Comment dès l’enfance le mal s’est installé. Comment la graine s’est enfouie, cachée aux yeux familiaux. Elle vous racontera comment cette graine gênante peut soudainement germer et prendre racine. Mais elle vous dira aussi que l’on peut s’en sortir. Éviter que la mauvaise herbe ne se répande.

Que vous soyez sous leur coupe ou que vous connaissiez quelqu’un qui subit leur dictature, vous pouvez apprendre ce qu’ils sont, ce qu’ils font, ce qu’ils risquent de faire. Apprenez de Camille. Apprenez de son entourage. Dites STOPP avec deux P ; Hélène Vasquez vous dira pourquoi.

 

 

“Pendant quelques longues minutes, j’essaye de retrouver mon calme, en vain. J’ai la désagréable impression d’être observée. Je décide de prendre sur moi et d’aller voir si la porte d’entrée est bien fermée à clé. Malgré l’angoisse qui me gagne, je sors de mon lit, j’enfile mon peignoir et après avoir allumé, je m’engage dans le couloir qui sépare ma chambre du salon. En passant devant la chambre de Léo, je décide de vérifier si ce n’est pas lui qui a fait du bruit. Je pousse doucement le battant de la porte, mon pouls s’accélère. Je passe la tête par l’ouverture pour avoir la vue sur son lit et je me fige. Un étau glacé me serre la poitrine. Le lit est vide.”

 

Mon avis :

J’ai découvert la plume d’Hélène Vasquez l’an dernier avec son roman La dernière lettre (chronique à lire ici). L’auteure m’a renouvelé sa confiance en m’envoyant son dernier ouvrage, Toc toc toc… Malgré une couverture beaucoup moins attrayante, j’ai accepté, connaissant la qualité de son écriture.

Sujet rare en littérature, Hélène Vasquez aborde dans ce nouveau roman les TOC, les troubles obsessionnels compulsifs. Camille y a été confrontée durant de nombreuses années dans son enfance, avant de voir la maladie s’effacer à l’âge adulte. Des événements tragiques pourraient bien faire renaître ses troubles…

 

 

Que connaît-on de ce qu’on appelle communément les TOC ? Des gestes répétitifs, comme se laver les mains à quinze reprises, avant de se calmer. Ou vérifier une dizaine de fois que la porte de la maison est bien verrouillée avant de partir. C’est à peu près l’image que je me faisais du quotidien des personnes atteintes de cette maladie. Avec son ouvrage, Hélène Vasquez met en lumière une autre réalité, bien plus cruelle et profonde, pour les malades.

Et c’est avec un texte fluide, dynamique et entraînant que nous emporte l’écrivaine dès les premières pages. La vie paisible de Camille va être malmenée par l’arrivée imprévue de sa cadette, lui apportant une “surprise”. Si tout semble pour le mieux, l’ambiance pesante du récit laisse à penser qu’un drame est sur le point de naître. Un vrai roman noir se dessine peu à peu derrière les mots de la romancière.

Toc toc toc… réunit tous les ingrédients d’un bon page turner : des personnages attachants, un suspense qui monte en puissance au fil de la lecture et une plume légère et vivante. Hélène Vasquez nous livre un scénario intéressant sur un thème grave et méconnu. Je recommande !

 

En achetant ce roman, le lecteur contribue en faveur de l’association MEDIAGORA qui a pour objet de permettre le mi eux-être des personnes qui souffrent de phobie et d’anxiété handicapante.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire