La poésie française au XXe siècle – Apollinaire, Aragon & Prévert

Apollinaire Guillaume - Éditions : Folio
8 / 10
12Commentaires

*

Inspirée par ma rencontre récente avec Adélaïde Simon de Bessac, passionnée de poésie, je me suis plongée dans les recueils de trois célèbres poètes français : Guillaume Apollinaire et son fameux Alcools, Louis Aragon avec Elsa et Paroles de Jacques Prévert.

Quel bonheur de découvrir ces mots ! Je vous en parle aujourd’hui avec les miens…

*

 

 

Changement de format pour vous parler – et c’est inédit – de poésie. Loin de mon univers habituel, je n’ai pas voulu faire une chronique sur chacun de ces trois ouvrages. J’ai préféré vous partager les mots de ces auteurs qui ont le plus raisonnés en moi et vous rédiger un bref ressenti. J’espère que si ce n’est pas déjà le cas, cela vous aura donné envie de les lire 🙂

Ma sélection s’est portée sur trois poètes contemporains français, un peu par hasard. J’attends maintenant tous vos conseils pour en découvrir d’autres.

 

 

“Les colchiques

Le pré est vénéneux mais joli en automne

Les vaches y paissant

Lentement s’empoisonnent

Le colchique couleur de cerne et de lilas

Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là

Violâtres comme leur cerne et comme cet automne

Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne

 

Les enfants de l’école viennent avec fracas

Vêtus de hoquetons et jouant de l’harmonica

Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères

Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières

Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

 

Le gardien du troupeau chante tout doucement

Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent

Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne”

 

J’aurais pu, c’est vrai, vous partager le poème le plus connu de Guillaume Apollinaire, Le pont Mirabeau, repris en chanson par Marc Lavoine. J’ai préféré vous offrir Les colchiques.

Des trois recueils que j’évoque, Alcools est sans conteste le plus complexe, édité d’ailleurs avec un lexique en fin d’ouvrage, pour aider à la compréhension de chacun. Les textes de Guillaume Apollinaire y sont chargés et le langage parfois très soutenu. J’ai aimé ses poèmes plus légers, comme Les fiançailles dédié à Pablo Picasso ou Automne.

L’écrivain traite avec beauté de la mort, de la nature ou encore des femmes.

 

 

“Tu m’as regardé de tes yeux jusqu’à l’horizon déserts

De tes yeux lavés du souvenir

Tu m’as regardé de tes yeux d’oubli pur

Tu m’as regardé par-dessus la mémoire

Par-dessus les refrains errants

Par-dessus les roses fanées

Par-dessus les bonheurs bernés

Par-dessus les jours abolis

Tu m’as regardé de tes yeux d’oubli bleu

Tu ne te rappelles rien de ce qui fut

Ô bien-aimée

Ni les gens ni les paysages

Tout est parti de toi comme les bras des fumées

Tu demeures

Et parcours le ciel pour la première fois

De tes yeux de lave et de lenteur

Les monde est devant toi comme si tu le pensais sous tes paupières

Comme s’il commençait avec toi devant toi

Jeune éternellement de ton regard paisible

Et je suis là jaloux de lui de sa beauté

Avec mes pauvres photos jaunies dont tu te détournes

Pour voir les nouvelles prairies

C’est promis je ne parlerai plus du passé

Tout part d’aujourd’hui sur tes pas

Ce qu’il me reste de vie est un pli de ta robe

Rien encore n’eut lieu je te rencontre enfin

Ô mon amour je crois en toi”

 

Quoi de plus beau en littérature que des poèmes d’amour ? Louis Aragon en a écrit des dizaines, dédiés à son épouse, Elsa Triolet. Ce sublime ouvrage réunit quelques uns de ses plus beaux textes. Il m’a été difficile de faire un choix sur celui que j’allais vous recopier. Tous m’ont touchée en plein cœur et auraient mérité leur place ici. L’amour transpire entre les lignes de l’auteur. Ses mots sont pudeur, adoration et sensualité.

Le recueil est court mais il est de loin mon préféré des trois. Il me tarde d’en lire davantage. Quel autre livre de Louis Aragon me conseillez-vous ?

 

 

“Alicante

Une orange sur la table

Ta robe sur le tapis

Et toi dans mon lit

Doux présent du présent

Fraîcheur de la nuit

Chaleur de ma vie.”

 

Jacques Prévert joue et s’amuse avec les mots. Si le poème choisi reflète plutôt une magnifique déclaration d’amour, ses textes sont surtout emplis de jeux de mots, de pirouettes avec la langue française et d’humour bien placé. Le poète ne s’économise pas. Ses œuvres sont longues et proches parfois du format de la nouvelle.

Prévert c’est l’enfance et les poèmes appris par cœur, puis récités dans la cour d’école. Une madeleine qui m’a fait du bien et que je recommande à tous.

 

Que pensez-vous de ce nouveau format ? Êtes-vous intéressés par d’autres articles sur la poésie ?

Commentaires (6)
Gwenola2020-07-26 15:48:01Répondre

Mon poète préféré ? Celui qui a bercé, bouleversé, apaisé mon adolescence : Alfred de Musset :
« Quelque soit le soucis que ta jeunesse endure
Laisse-la s’élargir cette sainte blessure
Que les Séraphins noirs t’ont faite au fond du cœur ;
Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur.
Mais pour en être atteint, ne crois pas, oh poète
Que ta voix ici bas doive rester muette.

Les chants désespérés sont les chants les plus beaux
Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d’un long voyage
Dans les brouillards du soir, retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s’abattre sur les eaux
[…] »
Je vous laisse découvrir la suite par vous-même, si ces quelques vers vous ont touché...

Répondre



mademoisellelit2020-07-26 17:13:44Répondre

Répondre



Yvaine (lesfilmsromantiques)2020-07-17 11:01:51Répondre

Ce nouveau format est très intéressant, il donne envie de tout lire ! Si tu écris d'autres articles sur la poésie, je les lirais avec plaisir.
J'ai adoré "Les Yeux d'Elsa" d'Aragon, qui m'a beaucoup émue. Je ne peux que te conseiller les merveilleux poèmes de Rupi Kaur, qui font passer amour, force et fierté ; et ceux d'Alain Duault, qui s'amuse lui aussi avec les mots et la langue dans des textes aponctués aux sens intéressants.

Répondre



mademoisellelit2020-07-17 11:56:21Répondre

Merci pour ces encouragements ! Je compte bien m'y atteler ;) Je note d'ailleurs ces deux auteurs, peu cités jusqu'à présent.

Répondre



Floriane Joseph2020-07-16 21:22:38Répondre

J'adore la poésie et j'adore ce nouveau format qui la dépoussière avec brio ! Merci ! Je recommande les classiques mais par petits bouts pour ne pas se laisser impressionner, j'ai découvert les poèmes d'Hugo en format BD ! Et puisque vous parlez espagnol, j'adore les poèmes de Ruben Dario ! Merci pour tout !

Répondre



mademoisellelit2020-07-16 22:23:29Répondre

Oh Ruben Dario! Je n’y avais pas pensé. Merci

Répondre



Lore2020-07-15 19:37:05Répondre

Très chouette ce nouveau format ! Ca donne envie de se replonger dans la poésie !
Pour ma part, j'avais adolescente un amour tendre pour la poésie de Musset. Il est souvent moqué pour son côté dramatique, qu'on ne peut nier, mais il a quelque chose de si beau... Le poème « Tristesse » m'a toujours touchée

Répondre



mademoisellelit2020-07-15 19:40:46Répondre

Et bien, je le note pour mes prochains achats poésie

Répondre



L’étagère biscornue2020-07-15 19:20:34Répondre

Très bel article !

Répondre



mademoisellelit2020-07-15 19:22:01Répondre

Oh merci !

Répondre



Véronique - En lisant En éditant2020-07-15 18:44:15Répondre

J’apprécie beaucoup ce nouveau format et j’aime aussi beaucoup les extraits que tu as choisis ! Les trois poèmes ont des styles différents, mais ont en commun de charmer nos cœurs et notre oreille par la musicalité de leurs vers et la beauté de leurs images.

Répondre



mademoisellelit2020-07-15 18:55:17Répondre

Merci beaucoup. Ça m’encourage à tenter de nouvelles choses.

Répondre




Ajouter un commentaire