Le pays des autres, Leïla Slimani : Mon avis

Slimani Leïla - Éditions : Gallimard
11Commentaires

Quatrième de couverture :

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s’éprend d’Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l’armée française. Après la Libération, le couple s’installe au Maroc à Meknès, ville de garnison et de colons. Tandis qu’Amine tente de mettre en valeur un domaine constitué de terres rocailleuses et ingrates, Mathilde se sent vite étouffée par le climat rigoriste du Maroc. Seule et isolée à la ferme avec ses deux enfants, elle souffre de la méfiance qu’elle inspire en tant qu’étrangère et du manque d’argent. Le travail acharné du couple portera-t-il ses fruits ? Les dix années que couvre le roman sont aussi celles d’une montée inéluctable des tensions et des violences qui aboutiront en 1956 à l’indépendance de l’ancien protectorat. Tous les personnages de ce roman vivent dans “le pays des autres” : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes, surtout, vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation.

 

Timide début

Premier opus d’une saga en trois volumes – le dernier volet reste à paraître -, Le pays des autres a été publié en 2020 aux éditions Gallimard. Leïla Slimani a confié s’être inspirée de l’histoire de ses grands-parents pour développer cette fiction. Récit ou roman, les racines familiales de l’autrice sont omniprésentes dans ses écrits…

Mathilde a rencontré Amine dans son Alsace natale, où il fut militaire pour l’armée française durant la guerre. Très amoureuse, rêvant de soleil et de liberté, la jeune épouse suit son mari pour une nouvelle vie au Maroc. A son arrivée, la réalité est moins belle et glamour que la Française ne l’espérait. L’argent manque et le couple habite une ferme retirée du bruit et de la ferveur de la ville. Mathilde peine à exister face aux regards des autres femmes et un mari traditionaliste…

 

 

“Aïcha connaissait ces femmes aux visages bleus,. Elle en avait vu souvent, des mères aux yeux mi-clos, à la joue violette, des mères aux lèvres fendues. A l’époque, elle croyait même que c’était pour cela qu’on avait inventé le maquillage. Pour masquer les coups des hommes.”

 

Dans une fresque familiales de dix ans, Leïla Slimani déploie un roman de quatre cents pages sur le Maroc d’après-guerre. A travers cette héroïne qui cherche à s’affirmer, l’écrivaine raconte la désillusion, le choc des cultures, le déracinement ou encore le rapport à la terre.

Si je considère Leïla Slimani comme l’une des autrices contemporaines les plus inspirantes de notre époque, j’ai trouvé ce début tiède et peu accrocheur. Le talent d’écriture de l’autrice est là mais le texte souffre de quelques longueurs. Perdue à plusieurs reprises dans la chronologie, j’ai peiné à suivre l’intrigue et à m’attacher à Mathilde et ses comparses.

Malgré ce bilan mitigé, ma curiosité de lectrice m’amènera à coup sûr à lire le reste de la trilogie, dans l’espoir d’être réellement emportée la prochaine fois. Je reviendrai vous en parler…

 

A lire aussi : sans savoir comment l’expliquer, Le pays des autres m’a rappelé le best-seller d’Alice Zeniter, L’art de perdre. Je l’ai lu et chroniqué l’an dernier juste ici.

 

___________

Avez-vous déjà lu cette écrivaine ?

___________

Commentaires (6)
Mamou Antoine2024-07-06 18:50:52Répondre

J ai adoré ;)

Répondre




Sylvie2024-06-27 13:36:52Répondre

Lu il y’a un moment…mais je me souviens que j’avais eu du mail à reconnaître le style de l’autrice - Une écriture plus narrative , mais on ne comprend pas très bien l’enjeu exact du livre , peut-être plus dans la suite que je n’ai pas lu

Répondre




mademoisellelit2024-07-02 09:56:49Répondre

Oui, plus de descriptions, plus de longueurs. Je verrais si je me lance...

Répondre




Anaëlle2024-06-27 12:58:28Répondre

J’ai lu le second tome et je suis également restée sur ma faim, nous verrons le troisième.

Répondre




mademoisellelit2024-07-02 09:55:48Répondre

Voilà qui ne me donne pas envie de m'embarquer dans la suite...!

Répondre




Agnès2024-06-25 14:22:15Répondre

J'ai aimé ce livre qui met en scène la confrontation des cultures et des mentalités, la difficulté à s'adapter, à être admise, à s'imposer... un thème très actuel, car de plus en plus de personnes épousent des étrangers/ères et moi même vivant dans le pays de mon mari j'ai été sensible au sujet... L'écriture de Leila Slimani est toujours aussi limpide et agréable

Répondre




mademoisellelit2024-06-26 10:31:18Répondre

Je comprends. J'aurais aimé qu'il en soit de même pour moi, ayant vécu six ans à l'étranger également.

Répondre




Floriane2024-06-24 20:34:30Répondre

Oh c'est drôle car j'ai eu un peu le même ressenti ! J'adore Leïla Slimani, Dans le jardin de l'ogre, Le parfum des fleurs la nuit... Mais je ne me suis pas sentie emportée par ce roman ci ^^
Merci pour ton retour

Répondre




mademoisellelit2024-06-25 11:50:39Répondre

Me voilà rassurée ! Le parfum des fleurs la nuit reste mon préféré à ce jour.

Répondre




Françoise Ploquin2024-06-24 20:12:41Répondre

Comme vous j'ai eu un peu de mal, j'ai trouvé cet opus un peu ennuyeux mais sans doute comme la vie de Mathilde

Répondre




mademoisellelit2024-06-25 11:49:56Répondre

C'est sûrement cela finalement. Espérons que le second tome soit plus palpitant...

Répondre





Ajouter un commentaire