Spectacle, Julien Dufresne-Lamy : Mon avis

Dufresne-Lamy Julien - Éditions : JC Lattès
0Commentaires

Quatrième de couverture :

À Bangkok, Lalisa, passionnée de K-pop, rêve de devenir une idole. À la suite d’une audition, elle quitte pays et famille pour rejoindre à Séoul les rangs d’un label coréen. Cinq ans de sacrifice puis elle devient Lisa du groupe Blackpink, l’artiste la plus suivie au monde. Dans cette industrie unique et secrète, la vie entière de Lisa se transforme en spectacle. Quelque part en Corée, une autre femme est scrutée par webcam, sept jours sur sept. Cloîtrée dans sa chambre, Chip Chan s’ennuie, dort, écrit d’étranges pancartes à propos d’un mystérieux ravisseur. Devant leur écran, une poignée puis des milliers d’internautes se passionnent pour Chip Chan durant des années.

 

Loin des paillettes

Julien Dufresne-Lamy est un auteur que je suis assidument. Pour les thématiques qu’il aborde d’abord, et pour la vivacité de sa plume, qui m’emporte toujours. La parution de Spectacle en mai dernier aux éditions JC Lattès était gage de bonne nouvelle.

Fan de K-pop, Lalisa participe au casting d’une vie. Miraculeusement, elle est choisie pour intégrer un célèbre label coréen, en vue de devenir la future star du pays. La jeune fille quitte Bangkok et sa famille pour rejoindre Séoul, où l’attendent des années de sacrifice…

Pendant ce temps-là, des centaines d’internautes observent l’inquiétante et mystérieuse Chip Chan sur les plateformes en ligne. Cette jeune femme se filme 24h/24 et sept jours sur sept, stoïquement assise devant l’écran de son ordinateur. Aux côtés d’affiches appelant à l’aide, Chip Chan mange, patiente et surtout dort, de longues heures durant, recroquevillée sur la chaise de son bureau…

 

 

“Vous, spectateurs, allez lire un grand divertissement. Enfin non. Vous souhaiteriez lire un grand divertissement. Un roman loin d’ici, de destins et de femmes. Des femmes adorées, passionnées, enfermées, surveillées, vous préférez le mot idolâtrées.”

 

Au travers de ces deux portraits réels, dont l’histoire ne se rejoint jamais, je me suis demandée ce qu’avait voulu raconter l’auteur. Au-delà de l’exhibitionnisme des deux héroïnes, je cherche encore le message de ce roman. Je n’ai pas saisi le parallèle, et je suis restée en dehors du récit de ces deux destins pourtant intrigants.

Je n’ai pas retrouvé l’écriture animée et naturelle de Julien Dufresne-Lamy, si percutante dans Jolis jolis montres ou Mon père, ma mère, mes tremblements de terre. Toutefois, en traitant ces faits divers, l’auteur a éveillé ma curiosité. J’ai ainsi écouté, médusée, un épisode du podcast de France Culture sur celle qu’ils surnomment “la prisonnière du web”, Chip Chan.

Loin du spectacle promis par l’écrivain en prémices, je salue le travail de recherches et d’investigations qu’a dû nécessiter un tel livre. Si je n’ai pas été touchée ici, je continuerai de m’intéresser à ses publications.

 

A lire aussi : La plume de Julien Dusfrene-Lamy est éblouissante dans Les Bienheureux, paru aux éditions Plon en 2022. Ce livre a été un grand coup de cœur personnel, dont je vous parlais par ici.

 

______________

Avez-vous déjà lu cet écrivain ?

______________

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire