Blanc autour – Wilfrid Lupano & Stéphane Fert

Lupano Wilfrid & Fert Stéphane - Éditions : Dargaud
9 / 10
16 février 2021
8Commentaires

Quatrième de couverture :

1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.
La population blanche locale voit immédiatement cette “exception” comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d’une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l’école si la jeune Sarah reste admise.

 

 

“Votre école, là. Vous croyez qu’elle va faire de vous de bonnes petites blanches ! C’est ça, votre projet, et celui de vos parents ! Vous croyez que vous allez vous élever au-dessus de votre condition, parce que vous en saurez un peu plus que les autres ! Mais regardez votre peau ! Regardez-vous ! Hahaha ! Ca ne changera rien, cette école ! Cette école ne blanchit pas !”

 

Mon avis :

Celle qui a inondé les réseaux sociaux depuis sa sortie s’est retrouvée par hasard entre mes mains à la Saint-Valentin. Je lorgnais dessus chaque fois que je passais devant la vitrine de ma librairie de quartier et fus donc ravie de découvrir cette belle surprise. Et je n’ai fait qu’une bouchée de la bande-dessinée Blanc autourde Wilfrid Lupano et Stéphane Fert.

Quand Sarah, petite fille noire, demande à Mademoiselle Crandall d’intégrer son école, la maîtresse n’hésite pas un instant. Sa classe, initialement destinée aux enfants blancs, accueillera uniquement à présent des élèves de couleur. Le village s’indigne, la colère gronde. Les habitants n’ont pas l’intention de se laisser faire. Alors que les nouvelles pensionnaires arrivent une à une, la rébellion se prépare…

 

 

En préambule de leur ouvrage, les deux auteurs nous préviennent : le récit de Sarah et ses amies est inspiré de faits réel. Le contexte, le voici. En 1831, des émeutes entre esclaves noirs et de riches familles blanches éclatent dans le Sud des Etats-Unis. Des milliers de personnes sont abattues gratuitement. Un nom résonne parmi la foule, celui qui semble être à l’origine de cette fronde, Nat Turner, un jeune esclave noir. Un an plus tard, dans le Connecticut, ce nom est encore sur toutes les lèvres lorsque Sarah réclame un enseignement.

Le décor planté, la bande dessinée s’ouvre sur ce sujet grave mais dont le ton drôle et enjoué surprend de suite. Les auteurs ont fait le choix de raconter l’Histoire, avec humour et dynamisme. Leurs protagonistes ont une personnalité forte et un caractère bien trempé. Cette bande de jeunes adolescentes noires est prête à tout pour défendre leur maîtresse, Mademoiselle Crandall. Si leurs dialogues prêtent parfois à sourire, il ne faut pas pour autant oublier la situation dramatique. Les bulles sont peu nombreuses, le texte très court mais la puissance des mots suffit à rendre l’ensemble percutant.

 

 

Et l’ouvrage ne serait rien sans ses dessins. Le travail de Stéphane Fert sur les couleurs et le trait moderne de ses illustrations est magnifique. J’ai aimé ces coloris terracotta et ocre, ces pourpres, ces violets. L’objet livre est d’une grande qualité.

Près de deux siècles plus tard, les histoires de Nat Turner et de Sarah nous rappellent d’autres destins tragiques plus récents. Le racisme ambiant est malheureusement toujours présent. Bravo aux auteurs de dénoncer ces faits par leur œuvre. Blanc autour est très réussi, et deviendra, je l’espère un classique en bande dessinée.

 

Commentaires (4)
Lore2021-02-24 20:36:29Répondre

Je n'arrête pas de le voir passer avec d'excellents retours. Difficile de passer à côté !

Répondre



mademoisellelit2021-02-25 15:11:29Répondre

Oui, c'est la BD à succès de ce début d'année j'ai l'impression ;)

Répondre



Sylvie2021-02-22 19:20:30Répondre

Un sujet délicat ,sur lequel on a encore beaucoup à dire . Le format BD apporte sûrement un peu de légèreté à la gravité du sujet . J’ai envie de le lire !

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 21:36:27Répondre

Oui, l'humour glissé dans l'ouvrage aide aussi ;)

Répondre



Alexandra2021-02-17 23:15:55Répondre

Merci pour votre retour sur cette BD. Le récit/l’histoire me fait penser au livre et film « « La couleur des sentiments » que j’avais complètement adoré! J’espère aussi que cette œuvre sera un classique! :)

Répondre



mademoisellelit2021-02-18 13:47:00Répondre

Oui, on y pense forcément en lisant cette BD. Un roman inoubliable !

Répondre



Trouble Bibliomane2021-02-16 19:32:55Répondre

J’aime beaucoup le sujet. Je vais rajouter cette BD à ma PAL

Répondre



mademoisellelit2021-02-16 20:31:05Répondre

Tu me diras si tu as aimé Marie ;)

Répondre




Ajouter un commentaire