Écoute la pluie tomber, Olivia Ruiz : Mon avis

Ruiz Olivia - Éditions : JC Lattès
8Commentaires

Quatrième de couverture :

Marseillette, 1977. Dans le café qui l’a accueillie, étouffée, puis révélée, Carmen pleure sa nièce chérie. À plus de quarante ans, elle se rappelle les personnages qui ont changé sa vie.
Ceux qui l’ont fait plonger, l’ont remise dans le droit chemin. Ceux qui ont su percer ses failles et écouter ses désirs. Sans oublier ses sœurs, dont elle partage les stigmates de l’exil mais refuse de suivre la route.
Parce qu’après tant d’épreuves, Carmen aussi veut s’inventer un destin…

D’une hacienda près de Tolède à la prison madrilène de Ventas où le franquisme fait rage, en passant par un paquebot transatlantique, Olivia Ruiz nous embarque dans les tourments d’une histoire qui s’entremêle à la grande, où l’amour triomphe de la violence. Un nouveau roman chavirant.

 

Du sang espagnol dans les veines du roman.

Au réveil, quelques gouttes tapotent sur la vitre de la chambre. Je tire les rideaux, la pluie est là, rafraîchissante en cette semaine de mai. J’ouvre la fenêtre et le roman d’Olivia Ruiz apparaît comme une évidence. Écoute la pluie tomber me dit l’écrivaine. A la lecture des premiers mots, c’est surtout la musique espagnole qui résonne en moi…

Il a suffi d’un regard pour tout renverser. Les yeux fiévreux d’Antonio ont croisé ceux timides de Carmen. Le torero a le sang chaud. En une nuit, il s’embrase et invite sa belle à un aller simple pour Madrid. Marseillette, le café, ses sœurs, le ménage… La jeune fille en a marre et voit en cette proposition d’exil un véritable eldorado. La voiture démarre sans un au revoir pour Leonor et Rita, restées au comptoir.

Carmen déteste la tauromachie, mais elle aime follement cette nouvelle vie. La Casa Grande lui offre une liberté, financière surtout. Dans cette Espagne qui a vu naître ses parents, la jeune femme existe enfin. Elle retrouve du sens, loin des liens familiaux et des questionnements. Mais le bonheur est fragile et le genre humain révèle parfois le pire…

 

 

“J’ai longtemps nié mon existence. Aujourd’hui je regarde dans le rétroviseur ceux qui l’ont forgée. Ils sont tous là, se rappelant à mon souvenir d’un signe de la main, pour que je continue de la construire sans oublier chaque leçon qu’ils m’ont donnée.”

 

Du café de Marseillette, à la campagne castillane, en passant par la prison de Ventas, Olivia Ruiz déploie un récit captivant, où l’Histoire franquiste s’invite au roman. Plus fouillé et abouti que La commode aux tiroirs de couleurs (éd. JC Lattès, 2020), l’autrice traite ses thématiques favorites : l’Espagne, l’immigration, les racines. Son phrasé, parsemé de mots castillans, donne le ton juste aux aventures de Carmen, Leonor, Rita, Escouto et les autres. Autant de personnages hauts en couleur qui donnent leur titre aux chapitres.

Et qu’est-ce que je l’aime, cette langue ! Moi qui ai vécu six années à Madrid, impossible de ne pas être sensible à ce texte, à ce son et à la voix d’Olivia Ruiz chuchotant à mon oreille durant toute ma lecture. Écoute la pluie tomber vient confirmer le talent d’écrivaine de l’artiste. Il réchauffe, mais ne brûle pas, comme les rayons du soleil madrilène…

 

Le deuxième roman d’Olivia Ruiz est paru le 11 mai dernier aux éditions JC Lattès.

 

Avez-vous lu le premier roman de l’artiste ?

Commentaires (4)
Françoise Morat2022-06-28 15:07:04Répondre

Très belle histoire à multiples rebondissemnts. J'ai rencontré Olivia Ruiz lors de sa dédicace elle est géniale !

Répondre



mademoisellelit2022-07-04 08:45:45Répondre

Elle a l'air accessible et très sympathique en effet. Ça donne davantage envie de lire ses livres. ;)

Répondre



Sabrina2022-06-06 11:04:29Répondre

Je n'avais pas lu le premier mais tu donnes envie de découvrir les deux ! Encore une belle chronique. merci.

Répondre



mademoisellelit2022-06-06 14:32:42Répondre

J'ai clairement une préférence pour ce dernier mais je suis sûre que tu passeras aussi un bon moment avec le premier. ;)

Répondre



Stéphanie2022-06-02 08:31:23Répondre

Il est dans ma wishlist!! J'ai tellement aimé le 1er. J avoue être restée sur ma faim lors du 1er alors j'ai hâte !

Répondre



mademoisellelit2022-06-02 09:32:47Répondre

Alors tu vas encore passer un bon moment ! Tu me diras. :)

Répondre



Amandine2022-05-29 10:34:13Répondre

Dans ma wishlist ! :D Une belle chronique ! J'ai entendu beaucoup de bien de ces deux romans d'Olivia Ruiz, et de plus en plus je me sens attirée par son phrasé chaleureux et pétillant. Hâte de les lire !

Répondre



mademoisellelit2022-05-30 10:09:00Répondre

J'espère que ça te plaira si tu te lances. ;)

Répondre




Ajouter un commentaire