Elle, par bonheur, et toujours nue – Guy Goffette

Goffette Guy - Éditions : Gallimard
10 / 10
12Commentaires

Note : 10/10

 

Quatrième de couverture :

« Entre la beauté que vous, Pierre Bonnard, m’avez jetée dans les bras, sans le savoir, et celle que vous avez aimée au long de quarante-neuf années, il y a un monde, ou ce n’est pas de la peinture. Il y a un monde et c’est l’aventure du regard, avec ses ombres, ses lumières, ses accidents et ses bonheurs. Un monde en apparence ouvert et pourtant fermé comme une vie d’homme. Les clés pour y pénétrer ne sont pas dans les livres, pas dans la nature, mais très loin derrière nos yeux, dans ce jardin où l’enfance s’est un jour assise, le coeur battant, pour attendre la mer. C’est là qu’il faut aller. C’est là que Marthe m’a rejoint dans le musée à colonnade et m’a sauvé de la solitude et de l’ennui où je mourais. »

 

“Un pas en avant, deux en arrière, elle tente de traverser le boulevard Hausmann, véritable champ de courses à l’heure de pointe, comme si fiacres, trolley, omnibus à impériale, toutes les voitures à chevaux de Paris s’étaient rassemblés là et, prises de folie, cherchaient à se disputer le pavé comme une botte de foin emportée à la tempête.

Un pas en avant, deux en arrière, c’est déjà Marthe et c’est encore Marie.”

 

Mon avis :

C’est au détour des allées de la foire de Bruxelles que j’ai fait connaissance avec Guy Goffette. Me baladant avec ma copine blogueuse Adélaïde (@amour.des.mots), nous sommes tombées par hasard sur ses ouvrages au format poche. Adélaïde s’est empressée de me conseiller de lire ce titre qu’elle avait trouvé si poétique. La faiblesse a eu raison de moi, je me suis procurée le livre dans la foulée.

Elle, par bonheur, et toujours nue présente l’œuvre du peintre Pierre Bonnard, et son histoire d’amour avec Marthe, son épouse. Guy Goffette relate près de cinquante ans de passion et l’influence de cette adoration dans les tableaux de l’artiste.

 

 

Un récit court, un texte proche de la prose, des sentiments, un peintre emblématique et une muse secrète. Le roman de Guy Goffette pourrait se résumer en ces quelques mots. Mais l’écrivain nous offre bien plus que cela avec ce livre. Un petit bijou de finesse et de poésie, qui éclaire le travail de Pierre Bonnard, en nous plongeant au cœur du milieu artistique parisien de l’époque. Pierre Bonnard côtoie Toulouse-Lautrec, Vuillard ou encore Braque.

Et derrière la peinture de Pierre, se cache le personnage de Marthe, sa source d’inspiration première. Marthe, qu’il dessinera toujours nue, comme d’autres ensuite. Marthe, dont la véritable identité lui aura été cachée pendant des années, pour protéger cet amour. Guy Goffette décrit avec justesse le désir, la confiance absolue, l’admiration.

Elle, par bonheur, et toujours nue m’a rappelé Gabriële, le chef d’œuvre des sœurs Berest, ou encore Rien n’est noir, sur Frida Kahlo. L’art, et la peinture plus précisément, sont une source inépuisable pour nos contemporains. Guy Goffette met en lumière et en beauté l’œuvre de Pierre Bonnard. A lire et à relire, avec délice.

 

Vous qui avez lu cette chronique, avez-vous un roman sur l’art à me conseiller ?

Commentaires (6)
LNA2020-05-04 20:52:04Répondre

Hé bien moi j'ai découvert Guy gofette le jour de l'oral de mon CAPES (concours pour être prof), avec un sonnet sans rimes...

Répondre



mademoisellelit2020-05-04 22:07:18Répondre

Et tu en gardes un bon souvenir ?

Répondre



Lore2020-04-23 22:22:13Répondre

Après la lecture de cette chronique et étant en train de lire Gabriële j'ai bien envie de découvrir celui-ci ! Merci !

Répondre



mademoisellelit2020-04-23 23:07:21Répondre

Oh quelle chance de découvrir Gabriële ! Tu aimes ?

Répondre



Clairemamaya2020-04-19 10:15:51Répondre

Dans la magnifique librairie "le trait d'union" de Noirmoutier, un livre portait le commentaire de la libraire " je vous envie de ne pas encore l'avoir lu". Ca a piqué ma curiosité. L'histoire d'une femme islandaise tiraillée entre son envie (besoin) de peindre et sa vie de femme et de mère attendue d'elle. Avec elle on vit dans les paysages islandais, on traverse le 20e siècle notamment le Paris artistique de l'après-guerre et l'influence de Simone de Beauvoir : "l'esquisse d'un rêve" de Kristin Baldursdottir.

Répondre



mademoisellelit2020-04-19 13:58:40Répondre

Oh ça me tente bien ça ! Merci pour ce conseil.

Répondre



Amandine2020-04-11 14:37:24Répondre

Bonjour, je viens de découvrir votre site via instagram. Une belle découverte.
Vous m'avez donne l'envie de lire ce livre, merci, un de plus dans ma liste! :)

Répondre



mademoisellelit2020-04-11 16:13:15Répondre

Merci à vous :)

Répondre



Sab2020-03-31 20:55:41Répondre

Très belle chronique.
"Vers la beauté" de Foenkinos, magnifique !

Répondre



mademoisellelit2020-03-31 22:11:23Répondre

Il est dans ma wishlist ce livre-là :D

Répondre



Coralie2020-03-31 18:20:35Répondre

Superbe chronique ! Je l'ajoute à ma liste d'envies de suite.

Répondre



mademoisellelit2020-03-31 18:21:27Répondre

MERCI :)

Répondre




Ajouter un commentaire