Le stradivarius de Goebbels – Yoann Iacono

Iacono Yoann - Éditions : Slatkine & Cie
9 / 10
7Commentaires

Quatrième de couverture :

Ce récit est le roman vrai de Nejiko Suwa, jeune virtuose japonaise à qui Joseph Goebbels offre un Stradivarius à Berlin en 1943, au nom du rapprochement entre l’Allemagne nazie et l’Empire du Japon. Le violon a été spolié à Lazare Braun un musicien juif assasiné par les nazis. Nejiko n’arrive d’abord pas à se servir de l’instrument. Le violon a une âme. Son histoire la hante. Après-guerre, Félix Sitterlin, le narrateur, musicien de la brigade de musique des Gardiens de la Paix de Paris est chargé par les autorités de la France Libre de reconstituer l’histoire du Stradivarius confisqué. Il rencontre Nejiko qui lui confie son journal intime.

 

Quand la réalité dépasse la fiction.

Offert par les éditions Slatkine & Cie, Le stradivarius de Goebbels de Yoann Iacono a d’abord conquis MonsieurLit (mon amoureux). Influencée ensuite par ses mots, je me suis plongé dans la lecture de ce premier roman, publié en début d’année.

Nejiko Suwa n’a que seize ans lorsqu’elle est envoyée en Europe pour parfaire sa maîtrise du violon. Jeune virtuose japonaise, sa famille lui apporte l’enseignement des meilleurs professeurs afin de lui garantir une très grande carrière. En 1943, lors d’une cérémonie honorant l’alliance Allemagne – Japon, la musicienne reçoit un Stradivarius des mains du ministre de la Propagande, Joseph Goebbels. Très vite, Nejiko rencontre des difficultés à se l’approprier. Elle aimerait retrouver l’ancien propriétaire du violon, pour connaître son passé.

 

 

“La femme qui m’écrit s’appelle Nejiko Suwa. Elle a quatre-vingt-deux ans et elle est la violoniste la plus célèbre du Japon. En France, personne ne la connaît. Je suis entré dans sa vie, j’ai passé des années à la suivre, j’ai voulu enquêter sur elle, sur son violon. Mais jusqu’à ce que je tienne ses carnets en main, je m’étais résigné à vivre avec son fantôme. J’ai essayé de broder les quelques fils que j’avais mis tant de temps à rassembler. Mais je ne suis que trompettiste de jazz, le langage des mots ne m’est pas familier, seule la musique me parler.”

 

Si Yoann Iacono a pris quelques libertés dans la retranscription de l’histoire de Nekijo, celle-ci est avant tout bien réelle. Le Stradivarius de Goebbels raconte la rencontre d’une musicienne surdouée, émigrée dans un pays en guerre, et d’un instrument volé. La jeune femme l’ignore au début, le violon reçu appartenait à Lazare Braun, Juif déporté et assassiné. Le poids du nazisme hante la musicienne.

L’auteur met en lumière le destin incroyable de cette star de la musique classique nippone, inconnue en France. Après les années passées dans notre capitale, Nejiko est capturée par les américains et envoyée à New York avec 145 autres concitoyens. Elle sera enfermée plusieurs mois dans un hôtel, avant d’être libérée et de retourner vivre, écœurée par ces tristes expériences, à Tokyo.

L’écrivain s’est appuyé sur les notes personnelles de la violoniste pour affiner son texte. Outre la mélancolie de la Japonaise, à ne pouvoir dompter son instrument, Yoann Iacono évoque un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale. Celui du pillage en masse des instruments de musique des Juifs déportés. Grâce à des recherches approfondies, il nous livre un roman passionnant et enrichissant.

J’ai été captivée par la biographie de Nejiko Suwa, et touchée par le caractère de cette jeune femme cultivée. Fan de littérature, munie d’une volonté de fer et prête à tout pour revendiquer ses opinions, Nejiko était aussi une amoureuse éperdue et un être fragile. Les mots de Yoann Ianoco la rendent véritablement attachante.

 

Connaissiez-vous Nejiko Suwa ?

 

Commentaires (3)
Valérie2021-08-02 08:43:16Répondre

J’ai lu ce roman qui m’a beaucoup plu.
Par contre je n’ai pas trouvé Nejiko Suwa aussi attachante.
Malgré ses recherches sur l’origine du violon, elle finira par se voiler la face y préférant la « grande vie » que lui confère sa notoriété. C’est justement ce tiraillement entre conscience et luxe qui en fait un livre intéressant.

Répondre



mademoisellelit2021-08-02 10:20:59Répondre

C'est intéressant car je n'ai pas ressenti la même chose. J'adore avoir ce genre de retour, différent du mien, ça m'interroge toujours beaucoup. C'est ce qui rend la littérature si passionnante. Merci pour ton retour.

Répondre



Valérie2021-08-03 11:36:11Répondre

Oui absolument. Merci pour cette chronique.

Répondre



Bernard2021-08-01 20:41:09Répondre

Hello Maïté, tu nous as prodigué un retour réellement très agréable à lire. J'ai eu cette étrange sensation de lire Ianoco à travers toi, c'est tout simplement fabuleux ! Merci pour ce partage de très grande qualité qui nous inspire tout simplement l'envie d'aller découvrir Nejiko, sans même plus attendre.

Bien à toi Maïté, Bernou !

Répondre



mademoisellelit2021-08-02 10:18:52Répondre

Merci beaucoup Bernard. Je suis très touchée par ces mots.

Répondre



Andrea2021-08-01 11:34:25Répondre

Bonjour Maïté,
Comme je suis ravie de (re)découvrir cette oeuvre sur ton blog que j'ai lu il y a quelques mois ; trouvé au hasard sur une étagère d'une bibliothèque solidaire. Merci d'en parler aussi bien et de permettre à d'autres lecteurs de découvrir ce destin de vie.

Répondre



mademoisellelit2021-08-02 10:16:13Répondre

Merci à toi pour ton retour :) J'espère avoir convaincu d'autres personnes de le lire.

Répondre




Ajouter un commentaire