Les exilés meurent aussi d’amour – Abnousse Shalmani

Shalmani Abnousse - Éditions : Grasset
7.5 / 10
25 janvier 2021
6Commentaires

Quatrième de couverture :

Shirin a huit ans quand, au lendemain de la révolution islamique en Iran, elle s’installe à Paris avec ses parents pour y retrouver sa famille maternelle. Dans cette tribu de réfugiés communistes, le quotidien n’a plus grand-chose à voir avec les fastes de Téhéran. Shirin découvre que les idéaux mentent et tuent ; elle tombe amoureuse d’un homme cynique ; s’inquiète de l’arrivée d’un petit frère oedipien et empoisonneur ; admire sa mère magicienne autant qu’elle la méprise de se laisser humilier par ses redoutables soeurs ; tente de comprendre l’effacement de son père… et se lie d’amitié avec une survivante de la Shoah pour qui seul le rire sauve de la folie des hommes. Ce premier roman teinté de réalisme magique nous plonge au coeur d’une communauté fantasque, sous l’oeil drôle, tendre, insolent et cocasse d’une Zazie persane qui, au lieu de céder aux passions nostalgiques, préfère suivre la voie que son désir lui dicte. L’exil oserait-il être heureux ?

Cette histoire débute un jour où un avion décolle de Téhéran pour atterrir à Paris. Dans cet avion, il y a une majorité d’Iraniens. […] Ils quittent leur pays de naissance, le pays où ils ont vécu jusqu’alors, ils partent en abandonnant presque tout, et en n’espérant presque rien. Ils sont des exilés comme les autres, tourmentés par les mêmes questions, étouffés par les mêmes doutes, assommés par l’Histoire.”

 

Mon avis :

Il existe mille façons de rencontrer un livre. Tomber sur une interview de l’auteur et courir en librairie ; se le faire prêter par une amie, qui est persuadée que c’est LE livre de l’année ; être fidèle à son écrivain chouchou qui publie à chaque rentrée un nouvel opus ; ou être abonné à la Kube et aimer les surprises… Les exilés meurent aussi d’amour d’Abnousse Shalmani était glissé dans ma box littéraire ce mois-ci, sans quoi il ne m’aurait probablement pas interpellé en librairie.

Shirin et sa famille quittent l’Iran dans les années 80 pour rejoindre la France, synonyme de paix et d’espoir pour ceux qui fuient la révolution islamique. Ce changement de pays enclenche une autre révolution pour la petite fille de huit ans. La découverte d’une nouvelle langue, d’une culture différente, un toit plus petit où la promiscuité est de mise. Shirin grandit entre les disputes familiales, les trahisons, les jalousies et les secrets. En devenant jeune femme, elle apprend l’indépendance, se forge ses propres convictions et rêve de liberté.

 

 

Dans un premier roman emprunt de vécu, Abnousse Shalmani nous mène sur les traces de l’exil. Son héroïne, Shirin, doit apprendre la vie en communauté à son arrivée dans la capitale française. Entre son grand-père un peu louche, sa tante mesquine, sa mère trop docile, et son père silencieux, la petite fille trouve sa place sous le canapé, où elle observe les mouvements de ces adultes hypocrites.

C’est dans les yeux d’Omid que l’adolescente va grandir. Le petit ami de sa tante prend Shirin sous son aile et lui fait découvrir la culture française : le Louvre, les expositions, l’art. Avec ces balades parisiennes, c’est une langue que Shirin apprivoise également. Et quand les années passent, et que les souvenirs de l’Iran se dispersent, la place de l’identité devient capitale.

Si l’auteure m’a parfois perdue dans son récit empli de parenthèses, de digressions et de mélanges chronologiques, j’ai été touchée par la voix de cette petite fille. Je me suis attachée à son personnage – identifiant peut-être son histoire à la mienne après avoir vécu six ans à l’étranger – et j’ai aimé le panel loufoque et farfelu des protagonistes du roman. Aux passages politiques moins percutants, sont mêlés cette quête d’identité, les conséquences de l’exil, le questionnement sur sa place dans une société et les coups bas familiaux.

C’est un avis en demi-teinte que je dresse aujourd’hui, ayant adoré certains chapitres, et subi la lecture d’autres passages moins accessibles. Un premier roman néanmoins vibrant de sincérité, et très émouvant.

Commentaires (3)
Sylvie2021-01-26 00:59:17Répondre

Ton article me tente bien !

Répondre



mademoisellelit2021-01-26 09:23:09Répondre

C'est clairement un livre pour toi Sylvie, j'en suis sûre !

Répondre



Carole2021-01-25 20:07:45Répondre

Chouette découverte, ça change de ce que j'ai l'habitude de lire ! Merci

Répondre



mademoisellelit2021-01-26 09:20:39Répondre

Et je suis sûre que ça peut te plaire ;)

Répondre



Audrey2021-01-25 20:01:28Répondre

Merci pour cette découverte
Sujet intéressant !

Répondre



mademoisellelit2021-01-25 20:04:25Répondre

Si tu n'as pas peur des parenthèses, tu peux te lancer ;)

Répondre




Ajouter un commentaire