Lettre d’une inconnue – Stefan Zweig

Zweig Stefan - Éditions : Livre de poche
8.5 / 10
20Commentaires

Quatrième de couverture :

Un amour total, passionnel, désintéressé, tapi dans l’ombre, n’attendant rien en retour que de pouvoir le confesser. Une blessure vive, la perte d’un enfant, symbole de cet amour que le temps n’a su effacer ni entamer. L’être aimé objet d’une admiration infinie mais lucide. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine de tendresse et de folie. La voix d’une femme qui se meurt doucement, sans s’apitoyer sur elle-même, tout entière tournée vers celui qu’elle admire plus que tout. La voix d’une femme qui s’est donnée tout entière à un homme, qui jamais ne l’a reconnue.
Avec Lettre d’une inconnue, Stefan Zweig pousse plus loin encore l’analyse du sentiment amoureux et de ses ravages, en nous offrant un cri déchirant d’une profonde humanité. Ici nulle confusion des sentiments : la passion est absolue.

 

“Mon enfant est mort hier – trois jours et trois nuits, j’ai lutté avec la mort pour sauver cette petite et tendre existence ; pendant quarante heures je suis restée assise à son chevet, tandis que la grippe secouait son pauvre corps brûlant de fièvre. J’ai rafraîchi son front en feu ; j’ai tenu nuit et jour ses petites mains fébriles. Le troisième soir, j’étais à bout de forces. Mes yeux n’en pouvaient plus ; ils se fermaient d’eux-mêmes à mon insu. C’est ainsi que je suis restée trois ou quatre heures endormie sur ma pauvre chaise, et pendant ce temps, la mort a pris mon enfant.”

 

Mon avis :

De Stefan Zweig, je n’avais lu que Le joueur d’échecs et j’en garde un souvenir mitigé. Cette déception ne m’avait pas incitée à le découvrir davantage, jusqu’à ce qu’une amie nous parle de Lettre d’une inconnue lors d’un club de lecture sur les romans épistolaires. Il y a quelques semaines, à l’occasion de la Saint-Valentin et effectuant une commande de livres autour de l’amour, je me suis souvenue de ce titre et des mots de mon amie.

C’est à la mort de son fils et à l’aube de la sienne, qu’une jeune femme prend la plume pour écrire à celui qu’elle a tant aimé et lui livrer sa vérité. L’homme – un auteur viennois – séducteur, véritable Don Juan, n’a jamais eu connaissance de cette passion. Il découvre par cette lettre l’histoire de cette inconnue et apprend qu’elle a eu un enfant de lui. Sa mémoire va-t-elle se raviver à la lecture de ces mots ?

 

 

Dans cette courte nouvelle d’une cinquantaine de pages, l’auteur Autrichien dépeint l’amour passionnel, platonique, et inconditionnel. Lorsque la jeune adolescente de treize ans croise le regard de cet écrivain dans sa cage d’escalier, un coup de foudre la traverse, plus rien ne sera alors comme avant. Elle tombe amoureuse sur ces quelques secondes de vie. Sans jamais oser clamer son amour, l’inconnue observe de loin l’homme qu’elle admire. Quelques années plus tard, le destin les réunit le temps d’une nuit.

Cette lettre est un cri. Un cri de rage, un cri de colère, un cri de détresse, un cri d’amour. C’est l’aveu qui libère avant le grand départ. La tristesse est si grande qu’elle vaut bien cet abandon. La jeune femme avoue tout, sans blâmer, sans juger, sans culpabiliser non plus.

Le livre de Stefan Zweig bouleverse dès les premières lignes (reportées ci-dessus). A la fois court et intense, Lettre d’une inconnue se lit d’un jet, emporté par la puissance des mots et la force des sentiments de la protagoniste. L’auteur détaille avec précision cette folle adoration, ces gestes irrationnels. Brillamment, il décrit aussi l’abnégation, quand l’autre ne nous considère pas. Le don est total, quel qu’en soit le prix. J’ai aimé la profondeur du texte de Stefan Zweig, grâce également au travail de traduction effectuée par Alzir Hella. Un roman qui interpelle et marque définitivement.

 

Quel autre ouvrage de Stefan Zweig me recommandez-vous maintenant ?

Commentaires (10)
Mélissa2021-03-08 14:09:26Répondre

Je n’aime pas les nouvelles... C’est trop court, je n’ai pas le temps de plonger dans l’histoire ou de m’attacher aux personnages. Et j’aime encore moins ce qui traite de la mort d’un enfant. Mais encore une fois, une chronique de ton blog me donne envie de sortir de ma zone de confort alors je ne peux qu’ajouter ce titre à ma wishlist! D’autant que ce sera aussi pour moi une découverte de l’auteur ☺️

Et cette photo! Que dire hormi que je crois que c’est ma préférée de toutes sur Instagram (si on ne compte pas les photos d’un certain magnifique chat bien sûr ^^)

En tout cas merci pour cette nouvelle recommandation qui s’annonce encore être une belle lecture

Répondre



mademoisellelit2021-03-08 15:33:01Répondre

Oh comme ça me touche Mélissa ! J'ai eu peur en lisant les premières lignes de ton commentaire mais je suis ravie de voir que je t'ai convaincue de le découvrir. Il ne fait que 65 pages donc ça se lit très vite en plus. Tu m'en diras des nouvelles. Quant à tes mots concernant ma photo, MERCI, MERCI, MERCI !!!

Répondre



Serialectrice.com2021-03-03 11:16:51Répondre

Sans hésitation, ce serait le joueur d'échec ! Un petit chef d'oeuvre !

Répondre



mademoisellelit2021-03-03 11:25:38Répondre

Je suis passée à côté malheureusement. Mais tu me donnes presque envie de lui donner une seconde chance ;)

Répondre



dddelorme2021-03-03 08:36:41Répondre

Quel talent de photographe ! Effectivement je ne peux être que d'accord avec les autres commentaires. Je n'ai lu que le joueur d'échec. Ta chronique me donne envie de découvrir plus Stefan Zweig ; le souci c'est que depuis que je te suis ma PAL est de plus en plus longue. Après le dernier club de lecture en live j'ai été faire une commande chez recyc'livre !

Répondre



mademoisellelit2021-03-03 10:25:47Répondre

Ahaha je suis désolée Delphine ! Toi aussi tu m'incites à faire des achats livresques ;) Quels sont les livres que tu as commandé suite au club de lecture ?

Répondre



Usagi_1052021-03-02 20:21:28Répondre

Le seul livre que j'ai lu de cet auteur c'est Marie-Antoinette, je te le recommande

Répondre



mademoisellelit2021-03-03 10:23:49Répondre

On m'en a beaucoup parlé de cette biographie de Marie-Antoinette. J'ai très envie de la lire !

Répondre



Aurélie2021-03-02 12:14:48Répondre

Ce message simplement pour dire à quel point je trouve cette photographie sublime... C'est incroyable comme le livre est sublimé !
Un grand bravo pour tes photos qui parviennent chaque fois à accrocher le regard et à nous faire regarder de plus près la couverture du livre ! je suis fan ;)

Répondre



mademoisellelit2021-03-02 13:33:55Répondre

Moi qui trouvais qu'on ne voyait pas bien la couverture avec cette photo... Je suis si heureuse de lire ce genre de message ! Ma communauté sait à quel point le travail de photo est important pour moi donc recevoir des retours positifs est toujours encourageant. Merci !

Répondre



Estelle2021-03-02 11:17:52Répondre

Bonjour,
Je ne connais pas cet auteur mais j'aime suffisamment ta chronique pour me laisser tenter.
Merci

Répondre



mademoisellelit2021-03-02 13:32:26Répondre

Merci pour ta confiance ! Tu pourras revenir nous donner ton avis par ici ;)

Répondre



Nathyscarlett2021-03-02 10:55:40Répondre

Je n'ai pas lu celui ci encore mais en nouvelles mes préférées sont 24 h de la vie d'une femme, le joueur d'échecs, destruction d'un coeur, la peur, Amok, Le jeu dangereux, ivresse de la métamorphose. En roman La pitié dangereuse. En biographie celle de Marie Antoinette qui est passionnante.

Répondre



mademoisellelit2021-03-02 13:32:00Répondre

Merci pour cette sélection ! J'ai appris grâce à cette lecture que Zweig avait écrit beaucoup de biographies. J'aime particulièrement ça donc je pense me laisser tenter bientôt ;)

Répondre



Mathilde Gobs2021-03-01 23:06:33Répondre

Je découvre ton blog et ton compte Instagram... je suis tombée sur cette photo magnifique et je suis tout autant conquise par le visuel que par les textes, les avis, les conseils !! Je peux te conseiller “24 heures de la vie d’une femme” pour une autre lecture courte, intense et qui donne à réfléchir ...
à très vite !

Répondre



mademoisellelit2021-03-02 10:52:30Répondre

Merci pour ton passage et tes compliments ! J'espère t'avoir donné envie de revenir par ici ;) On m'a beaucoup recommandé le titre que tu cites. Nul doute que je le lirai un jour.

Répondre



Carole2021-03-01 19:29:37Répondre

Wow! Comme je suis tellement heureuse que mon avis sur ce livre t'ai donné envie de le lire! J'ai aussi beaucoup aimé "le voyage dans le passé " du même auteur

Répondre



mademoisellelit2021-03-02 10:51:45Répondre

C'est la première fois qu'on me cite ce titre de Zweig. Je le garde en tête pour la prochaine fois ;)

Répondre



Bat2021-03-01 18:59:55Répondre

Première fois que j'ai déjà lu un livre dont vous faites la chronique !! Mais savoir ce que vous pensez d'un livre que je connais déjà est tout aussi intéressant que découvrir un livre à travers vos mots. Sinon pour parler du livre je suis tout à fait d'accord avec vous, en seulement quelques pages Stefan Zweig fait de nous les témoins d'un amour puissant. Il nous montre l'intensité de l'amour, la fougue du désir et l'abnégation dont peut faire preuve l'amoureux transi. Si par le thème cette nouvelle est bien différente du joueur d'échec (que j'avais personnellement bien aimé) j'y ai retrouvé la plume efficace de l'auteur et le fait que plus que les personnages (sur lesquels on a très peu d'informations) ce sont leurs histoires qui nous intéressent.

Répondre



mademoisellelit2021-03-02 10:51:15Répondre

C'est exactement ça. Nous ne savons que très peu de choses sur les personnages, car là n'est pas le sujet. Ils laissent place à l'histoire.

Répondre




Ajouter un commentaire