Paradis perdus – Eric-Emmanuel Schmitt

Schmitt Eric-Emmanuel - Éditions : Albin Michel
10 / 10
16Commentaires

Quatrième de couverture :

Cette Traversée des temps affronte un prodigieux défi : raconter l’histoire de l’humanité sous la forme d’un roman. Faire défiler les siècles, en embrasser les âges, en sentir les bouleversements, comme si Yuval Noah Harari avait croisé Alexandre Dumas. Depuis plus de trente ans, ce projet titanesque occupe Eric-Emmanuel Schmitt. Accumulant connaissances scientifiques, médicales, religieuses, philosophiques, créant des personnages forts, touchants, vivants, il lui donne aujourd’hui naissance et nous propulse d’un monde à l’autre, de la préhistoire à nos jours, d’évolutions en révolutions, tandis que le passé éclaire le présent.
Paradis perdus lance cette aventure unique. Noam en est le héros. Né il y a 8000 ans dans un village lacustre, au cœur d’une nature paradisiaque, il a affronté les drames de son clan le jour où il a rencontré Noura, une femme imprévisible et fascinante, qui le révèle à lui-même. Il s’est mesuré à une calamité célèbre : le Déluge. Non seulement le Déluge fit entrer Noam-Noé dans l’Histoire mais il détermina son destin. Serait-il le seul à parcourir les époques ?

 

“Je suis né il y a plusieurs milliers d’années, dans un pays de ruisseaux et de rivières, au bord d’un lac devenu une mer. Par modestie ou par prudence, j’aurais préféré ne jamais écrire cette phrase : elle ébruite un destin que j’ai tenu secret. Avec mille précautions, j’ai dissimulé ma vérité aux hommes ; je les ai évités, je leur ai menti ; j’ai fui, voyagé, erré, adopté de nouvelles langues ; je me suis caché, isolé, renommé, maquillé, déguisé, mutilé ; j’ai pourchassé l’anonymat, j’ai enduré des solitudes désertiques, parfois même j’ai pleuré. Peu importait. Ils devaient m’oublier, égarer ma trace.”

 

Mon avis :

Quelle émotion aujourd’hui de vous parler de ce titre ! Pour les gens de passage, Eric-Emmanuel Schmitt est l’auteur qui m’a initiée à la littérature il y a près de dix ans. Depuis, je ne fais l’impasse sur aucune de ses nouvelles parutions, attendant cela comme le “Messie” ! Après plusieurs œuvres courtes et au ton léger, l’écrivain s’est lancé dans une aventure démentielle : retracer l’Histoire de l’Humanité, du néolithique à nos jours. Une Traversée des temps de huit tomes dont le premier vient de paraître, Paradis perdus.

A sa naissance il y a huit mille ans, Noam ne pouvait s’imaginer sa future destinée : une immortalité qui le fera traverser toutes les époques et affronter plusieurs drames. Le premier, capital, le marquera éternellement. Son père Pannoam, chef du village, décide de prendre pour deuxième épouse la jeune Noura dont Noam est tombé follement amoureux. Avec cette trahison, le jeune garçon voit sa figure paternelle – dont il était totalement dévoué – s’effondrer. Et le village, déçu, risque de très vite réclamer un nouveau représentant…

 

 

Avec ce roman de plus de cinq cents pages, c’est une épopée magistrale que propose Eric-Emmanuel Schmitt. Et un pari osé ! Celui d’embarquer le lecteur dans cette épreuve littéraire longue et historique, loin de ses habitudes et ses plus gros succès. Le challenge est relevé ! L’auteur dessine une palette de protagonistes attachants et un récit des plus captivant. Noam est un héros comme on aime les vénérer en littérature : intelligent, doué, sensible et terriblement humain. Ses failles le rendent séduisant et ses victoires nous réjouissent. Derrière les traits de Noam, c’est évidemment la légende de Noé qui se devine. Eric-Emmanuel Schmitt utilise le Déluge comme trame principale à son récit. On apprend, on s’enrichit à la lecture du livre, sur cette partie néolithique et biblique de notre Histoire. Les dangers d’alors reflètent aussi une belle comparaison du monde contemporain.

Outre le pan historique repris dans Paradis perdus, le texte romanesque est d’une inventivité surprenante. La créativité spécifique bien souvent aux nouvelles d’Eric-Emmanuel Schmitt se distingue ici aussi. L’auteur fait foi d’une imagination dévorante et stupéfie jusqu’à la dernière page. Les épreuves de Noam et ses proches nous tiennent en haleine.

Les mots de l’auteur, sa langue viennent sublimer l’ensemble pour offrir un chef d’œuvre littéraire, d’une qualité et puissance rares. Gare à ceux qui oseraient prétendre qu’Eric-Emmanuel Schmitt devient “commercial”. Il nous démontre par son verbe travaillé le contraire ! Le dramaturge initie sans aucune hésitation le plus bel acte de sa vie. La Traversée des temps est l’aboutissement de plus de trente ans de réflexion et de documentation. Paradis perdus en est une sublime introduction et mise en bouche. Maintenant, vite, la suite M. Schmitt ! La suite !

 

Commentaires (7)
Lore2021-02-24 20:34:30Répondre

Une thématique originale, je n'avais pas entendu parler de ce projet fou mais c'est hyper intriguant. Et ta chronique donne forcément envie, je vais aller regarder ça de plus près !

Répondre



mademoisellelit2021-02-25 15:10:59Répondre

C'est sorti en début de mois, et ça commence à faire le tour des médias ;) Hâte de découvrir les prochains tomes.

Répondre



Sylvie2021-02-22 19:17:50Répondre

Une future saga sur les rayons de ma bibliothèque,c’est certain !
Très curieuse de lire ce nouveau roman ,ça a l’air très abouti

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 21:35:12Répondre

C'est ça, abouti, fourni, documenté ;)

Répondre



Marié Céline de Laporterie2021-02-21 06:59:55Répondre

Je suis entrain de le lire ! Magique !
Non de le dévorer à lire !

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 09:42:04Répondre

Bonne lecture ! :D

Répondre



Stéphanie2021-02-19 16:02:47Répondre

Magnifique chronique maïte.. que ca à l'air passionnant. Je regarde toujours la grande librairie et avant hier non.. si j'avais su qu'il y passé. Vive le replay :).. trop envie de le lire et de le partager.

Répondre



mademoisellelit2021-02-20 11:57:22Répondre

Merci beaucoup ! C'était super intéressant cette interview à La Grande Librairie ;)

Répondre



marie françoise SCHMITT2021-02-19 10:21:22Répondre

bonjour et merci pour votre enthousiame. Je n'ai jamais lu cet auteur et votre commentaire me séduit : je me laisserai probablement tentée. Si je ne dois lire qu'un seul livre de cet auteur quel est-il ? Quel est celui qui me donnera envie de lire les autres ?

Répondre



mademoisellelit2021-02-19 10:41:47Répondre

Sans aucune hésitation : Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran ! 80 pages délicieuses, que vous lirez d'une traite et qui vous donnera envie de courir en librairie pour vous procurer les autres ;)

Répondre



marie françoise SCHMITT2021-02-19 12:09:38Répondre

je vais suivre votre conseil. merci.

Répondre



mademoisellelit2021-02-19 13:43:25Répondre

Vous me direz si vous avez aimé ;)

Répondre



PomponGirl2021-02-18 22:06:08Répondre

Je me réjouis de m'y plonger.
Ce nouvel Opus de Schmitt me fait penser au livre "la mémoire du monde# de Stéphanie Janicot préfacé par le Clézio. 1600 pages passionnantes de la vie d'une femme née en Egypte en 1360 av. JC jusque dans les années 1960. Le pari de Stéphanie Janicot, expliquer l'homme contemporain grâce à la mixité des cultures au travers des âges. Erudit, passionnant et très bien écrit. Un des mes coups de cœur de 2020.

Répondre



mademoisellelit2021-02-19 09:18:34Répondre

Tes mots me font penser à l'interview d'Eric-Emmanuel Schmitt dans La Grande Librairie cette semaine. Il expliquait justement qu'il avait écrit cette histoire pour expliquer l'homme d'aujourd'hui. Bonne lecture !

Répondre



Carole2021-02-18 21:29:18Répondre

Encore un roman qui a l'air superbe! En même temps c'était previsible avec cet auteur!

Répondre



mademoisellelit2021-02-19 09:16:48Répondre

Un vrai récit d'aventure, une plongée historique captivante, à ne pas louper ;)

Répondre




Ajouter un commentaire