Simone et moi – Simone F. Baumann

Baumann Simone F. - Éditions : Martin de Halleux
9 / 10
12 septembre 2021
0Commentaires

Quatrième de couverture :

Une introspection rare et précieuse, témoignage d’une jeunesse qui doit vivre coûte que coûte… en peu de mots et une multitude de traits à l’encre noire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un dessin à fleur de peau

En me contactant pour m’informer de la parution de Simone et moi, l’éditeur de Simone F. Baumann m’avait prévenue : l’objet est unique, atypique, plein d’émotion mais à l’univers très spécial. Autrement dit… “ça passe ou ça casse” ! Question de sensibilité sûrement. Résultat, Simone et moi, ça a matché !

Si le roman graphique édité chez Martin de Halleux contient 348 pages, le projet initial de la jeune auteure suisse est bien plus conséquent. Depuis 2015, Simone F. Baumann raconte en dessin son quotidien dans un fanzine auto-édité tous les deux mois. En six ans, cela représente plus de 1600 illustrations, réalisées à l’aide d’une plume métallique et de l’encre de chine. Simone et moi reprend donc une infime partie du travail de la dessinatrice, pour en faire un roman graphique autobiographique émouvant.

 

 

Très peu de texte, des croquis sombres en noir et blanc uniquement, et des planches d’une page ou d’une double page travaillées en détail, Simone F. Baumann livre une œuvre personnelle touchante, et très esthétique. A l’aide de son encre noire, elle évoque l’isolement, des séances chez le psychologue, les médicaments qu’elle ingère ou encore la relation compliquée qu’elle entretient avec ses parents. Sans mots mais par la force de son trait, l’artiste transmet ses doutes, ses craintes et sa souffrance.

Outre l’objet magnifique et de grande qualité qu’est l’ouvrage, l’univers de Simone, l’ambiance de ses dessins, m’ont rappelé les tableaux de Frida Kahlo. Comme la peintre mexicaine avant elle, derrière son histoire personnelle, l’auteure dénonce. On devine ses questionnements sur le capitalisme, l’industrie pharmaceutique ou la médecine. C’est fait de façon décalé, parfois en opposition aux sujets graves évoqués dans ses ébauches.

 

 

Après le Prix Fumetto en 2017, le prix culturel de la ville de Zurich en 2019, la bande dessinée de Simone F. Baumann s’est vu décerner le Label découverte jeune talent de France Inter. Un joli coup de projecteur pour un ovni littéraire remarquable, à découvrir et à offrir ! Je recommande.

 

Êtes-vous tenté par la lecture de cet album ?

 

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire