Une rose seule – Muriel Barbery

Barbery Muriel - Éditions : Actes Sud
10 / 10
25Commentaires

Quatrième de couverture :

Rose arrive au Japon pour la première fois. Son père, qu’elle n’a jamais connu, est mort en laissant une lettre à son intention, et l’idée lui semble assez improbable pour qu’elle entreprenne, à l’appel d’un notaire, un si lointain voyage. Accueillie à Kyoto, elle est conduite dans la demeure de celui qui fut, lui dit-on, un marchand d’art contemporain. Et dans cette proximité soudaine avec un passé confisqué, la jeune femme ressent tout d’abord amertume et colère. Mais Kyoto l’apprivoise et, chaque jour, guidée par Paul, l’assistant de son père, elle est invitée à découvrir une étrange cartographie, un itinéraire imaginé par le défunt, semé de temples et de jardins, d’émotions et de rencontres qui vont l’amener aux confi ns d’elle-même. Ce livre est celui de la métamorphose d’une femme placée au cœur du paysage des origines, dans un voyage qui l’emporte jusqu’à cet endroit unique où se produisent parfois les véritables histoires d’amour.

 

“Alors que Rose se réveillait et, regardant autour d’elle, ne comprenait pas où elle se trouvait, elle vit une pivoine rouge aux pétales renfrognés. Quelque chose passa en elle dans un parfum de regret ou de bonheur enfui. D’ordinaire, ces mouvements intérieurs griffent le coeur avant de s’évanouir comme un songe mais, parfois, le temps transfiguré offre à l’esprit une transparence nouvelle. C’est ce qu’éprouvait Rose, ce matin-là, dans le face à face avec la pivoine qui, de son vase exquis, dévoilait ses étamines dorées. Un instant durant, il lui parut qu’elle pouvait rester sans fin dans cette chambre nue, à contempler cette fleur, à se sentir exister comme jamais. Elle observa les tatamis, les parois de papier, la fenêtre ouverte sur des branchages dans le soleil, la pivoine froissée ; enfin, elle s’observa elle-même comme une inconnue rencontrée la veille.”

 

Mon avis :

Souvent interpellée par la couverture d’un livre, j’ai été happée par celle d’Une rose seule de Muriel Barbery. L’illustration d’Aniela Sobieski appelle au voyage, au calme et dégage quelque chose de très poétique. C’est ce qui m’a d’abord donné envie de lire ce roman. Je souhaitais également retrouver l’univers de l’auteure, découverte avec L’élégance du hérisson en 2006. Je n’ai pas regretté mon choix de lecture.

Lorsque Rose se rend pour la première fois au Japon, c’est pour prendre connaissance du testament de son père décédé. Celui qu’elle n’a jamais connu a tout organisé avant son départ. Son assistant, Paul, doit emmener la jeune femme visiter les plus beaux temples et jardins de Kyoto, en passant par la dégustation des meilleurs mets japonais. Un programme initiatique, que Rose va d’abord subir, avant d’en apprécier les bénéfices…

 

 

Véritable invitation à l’évasion, Une rose seule est un bijou à l’état pur, empli de poésie et de délicatesse. Dès les premiers mots, Muriel Barbery dessine ces jardins merveilleux, ces paysages fleuris, ces odeurs délicieuses. Sa langue nous emporte au plus près de Rose, dans la fraîcheur des parcs qu’elle sillonne, nous laissant jusqu’à ressentir les parfums de fleurs sous la mousson de Kyoto.

Une fois l’esprit transporté, l’auteure déploie toute la colère de sa protagoniste. Rose se sent ballotée, d’un temple à l’autre, par ce père marchand d’art, mort maintenant mais qui ne s’est jamais manifesté en quarante ans d’existence. La beauté des lieux n’y changera rien. La gentillesse de Paul non plus. La bienveillance de Sayoko ou de Kanto encore moins. Peu à peu, par les silences de son guide touristique (Paul), et la quiétude de ces décors majestueux, Rose va s’ouvrir et accepter le chemin qui lui est offert.

A ce magnifique récit, plein de sensibilité, l’écrivaine ajoute un conte imaginé de toute pièce pour chaque ouverture de chapitre. Une petite perle précieuse qui sublime l’ensemble du texte.

J’ai aimé ce roman élégant, à la plume si belle, écrit tout en pudeur. J’ai lu, avec émotion, et senti les effluves extraordinaires que les mots de Muriel Barbery renvoient. Une rose seule est un coup de cœur, une merveille littéraire, une incitation à la promenade, que je vous recommande à tous.

 

Avez-vous déjà lu Muriel Barbery ? Quel autre roman me conseillez-vous sur le Japon ?

 

Commentaires (12)
Sylvie2021-09-17 00:34:52Répondre

Ce livre attendait depuis quelques mois d’être ouvert : c’est fait !
Un très joli conte , qui se lit comme un poème. Des ressentis , de la colère à l’apaisement, de la découverte d’un pays à la renaissance de Rose :un bouquet de couleurs et d’émotions !

Répondre



SevTil2021-03-13 10:45:00Répondre

bonjour Maître. Merci pour toutes vos critiques qui ouvrent mes horizons et attisent ma curiosité ! J ai vraiment été très touchee par La voix des vagues, 1er roman de Jackie Copleton qui nous raconte une histoire d amour et les histoires d une famille déchirée par le drame de Nagazaki. Poignant poétique embarquant. Je vous le recommande vivement.

Répondre



mademoisellelit2021-03-13 11:28:21Répondre

Merci beaucoup ! J'en prends note pour mes prochaines envies de Japon.

Répondre



Isabelle2021-03-11 01:10:48Répondre

Je viens de finir ce petit roman où tous les sens y sont convoqués. L’histoire de la transformation de cette Rose est empreint de poésie et dévoile une atmosphère naturelle du Japon, loin, très loin des néons et ado en manquent de relation sociale. J’ai beaucoup aimé. Sa sensibilité m’a touchée. Je retiens une citation : « le plus dur, en réalité, ce n’est pas d’être heureux sans l’autre, c’est de changer, de ne plus être celui qu’on était avec l’autre. »

Répondre



mademoisellelit2021-03-11 08:35:53Répondre

Merci pour votre retour. Cette citation est très belle en effet !

Répondre



PomponGirl2021-02-24 20:38:03Répondre

Je recommande également de Ito Ogawa Le Ruban. Où quand une grand-mère met un oeuf à couver dans son chignon en racontant des histoires à sa petite-fille. Une histoire toute en poésie et en tendresse.
Et encore Durian Sukegawa Les délices de Tokyo. Un très beau roman dont un film a d'ailleurs été tiré, mais que je n'ai pas vu.

Répondre



mademoisellelit2021-02-25 15:12:22Répondre

Ce n'est pas la première fois qu'on me recommande Les délices de Tokyo :) Je le note précieusement.

Répondre



Lore2021-02-24 20:32:01Répondre

Très belle chronique ! L'idée d'une écriture poétique m'attire

Répondre



mademoisellelit2021-02-25 15:10:26Répondre

Merci Lore ! Je suis sûre que tu peux aimer ;)

Répondre



Stéphanie2021-02-22 21:25:02Répondre

Merci pour cette belle chronique, qui me donne envie de foncer en librairie :) Ce livre a l’air magnifique. Je rejoins le commentaire d’Audrey et conseille vraiment les livres d’Aki Shimazaki. Elle manie les mots avec finesse et élégance en traitant des sujets bouleversants, poignants. Émotions garanties! A lire sans modération! Belle soirée :)

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 21:40:29Répondre

Hâte de découvrir ça alors !

Répondre



Patounette2021-02-22 20:58:50Répondre

J'avais beaucoup aimé l'élégance du hérisson, et votre si belle chronique me donne envie de retrouver Muriel Barbery avec ce nouvel ouvrage ! Merci

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 21:39:29Répondre

Foncez, vous allez vous régaler ;)

Répondre



Sylvie2021-02-22 19:15:03Répondre

Très envie de découvrir ce roman ,et j’avais beaucoup aimé l’élégance du hérisson. A la lecture de ta chronique,un petit vent de voyage souffle sur les mots ,un petit
air d’autre chose dont on a besoin en ce moment , Je m’étais promis de de ne pas en rajouter sur la PAL mais là je suis tentée....!

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 21:34:46Répondre

On a vraiment tous envie et besoin de voyager en ce moment je crois, et ce livre en est une belle invitation ;)

Répondre



Audrey2021-02-22 18:13:20Répondre

Bonsoir Maïté
Merci pour cette découverte.
A mon tour, peut-être, de te faire découvrir des livres...je te conseille les livres d'Aki Shimazaki. Ce sont des séries de 5 livres qui décrivent un même événement mais vu par 5 personnes différentes. Parfois les sujets traités sont assez difficiles, mais avec cette douceur d'écriture, cela en vient à être beau. C souvent le cas avec la culture japonaise. J'apprécie les couvertures, les titres, le format, la qualité du papier...Bref si tu ne connais pas, je t'invite vivement à les découvrir...moi j'adore!
Bonne soirée

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 18:41:45Répondre

Merci pour cette recommandation précieuse Audrey ! Ce que tu en dis donne très envie :)

Répondre



PtitMog2021-02-21 22:27:45Répondre

Bonsoir,
Je vous recommande vivement Geisha d’Arthur Golden!
Moins onirique, mais le Japon, encore Kyoto, y tient un rôle majeur.
Et l’histoire est magnifique. ❤️

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 09:43:33Répondre

Merci pour cette recommandation ! Je ne connaissais ni le titre ni l'auteur.

Répondre



PtitMog2021-02-22 13:33:14Répondre

L'adaptation cinématographique vaut le coup également.
Le film est magnifique.

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 14:14:41Répondre

C'est bon à savoir ! Merci :)

Répondre



Carole2021-02-21 20:13:06Répondre

J'avais adoré l'élégance du hérisson ! Ce livre a l'air d'être une petite pépite qu'il me tarde de lire

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 09:43:10Répondre

C'est très court en plus, on aimerait que le plaisir dure encore ;)

Répondre



Severine2021-02-21 18:01:04Répondre

Je me suis mise à la littérature japonaise récemment avec Ito Ogawa . J’ai lu La papeterie Tsubaki et la République du bonheur (sa suite ) et j’ai adoré. On a l’impression d’y être , de respirer les fleurs ....
sinon pour Muriel Barbery j’ai seulement lu L’élégance du hérisson que j’avais adoré .

Répondre



mademoisellelit2021-02-22 09:42:36Répondre

Le livre que vous citez me fait très envie depuis sa sortie ! Sa couverture est aussi un petit bijou je trouve.

Répondre




Ajouter un commentaire