Vingt-quatre heures de la vie d’une femme – Stefan Zweig

Zweig Stefan - Éditions : Stock
9 / 10
10 mai 2021
14Commentaires

Quatrième de couverture :

Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d’Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d’un des clients, s’est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n’avait passé là qu’une journée… Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l’aide inattendue d’une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle. Ce récit d’une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l’auteur d’Amok et du Joueur d’échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

 

“Dans la petite pension de la Riviera où je me trouvais alors (dix ans avant la guerre), avait éclaté à notre table une violente discussion qui brusquement menaça de tourner en altercation furieuse et fut même accompagnée de paroles haineuses et injurieuses. La plupart des gens n’ont qu’une imagination émoussée. Ce qui ne les touche pas directement, en leur enfonçant comme un coin aigu en plein cerveau, n’arrive guère à les émouvoir ; mais si devant leurs yeux, à portée immédiate de leur sensibilité, se produit quelque chose, même de peu d’importance, aussitôt bouillonne en eux une passion démesurée.”

 

Mon avis :

Avez-vous remarqué que dans chaque boîte à livres se cache un titre de Stefan Zweig ? Ouvrez l’œil la prochaine fois, vous constaterez que j’ai raison. J’ai trouvé Lettre d’une inconnue en début d’année dans celle de mon quartier. Plus tard, lors d’une balade dominicale, je tombais sur un ouvrage moins connu de l’auteur autrichien et je décidais de le laisser à d’autres passants. Le lendemain, découvrant une nouvelle boîte, je fouillais et aperçus rapidement Vingt-quatre heures de la vie d’une femme. Je glissais le récit dans mon sac.

Alors que le calme règne entre les sept pensionnaires de cette villa de la Côte d’Azur, l’arrivée d’un jeune Français va venir perturber le groupe. Quelques heures seulement après les présentations, Mme Henriette – l’épouse d’un résident – prend la fuite avec le bellâtre. Peut-on croire à un coup de foudre ?Était-ce prémédité ? Que peut justifier ce coup de folie de la part de la jeune femme ?

Tous vont s’interroger, sur les intentions du Français et sur celles de l’épouse disparue. Le narrateur, lui, ne veut tirer de conclusions hâtives. Une vieille dame anglaise, séjournant elle aussi dans la pension, ouvre son cœur à ce jeune homme, qu’elle sent à l’écoute et sans préjugé. Mais les mots prennent parfois plus de liberté à l’écrit. Mrs C… décide finalement de lui adresser ses confidences dans une lettre.

 

 

A sa façon de planter le décor, d’installer ses personnages et d’amorcer l’intrigue, le début du récit s’apparente aux romans d’Agatha Christie. Stefan Zweig ouvre sa nouvelle avec un huis clos, dans lequel l’ambiance laisse à penser que, très vite, un drame va se jouer. Le climat s’installe et la partition prend vie.

Puis, le texte bascule dans une autre dimension, loin du polar que l’on s’imaginait. Le narrateur – aux faux airs de Stefan Zweig – retranscrit d’un seul souffle le monologue déchirant de cette vieille dame. Telle une délivrance, Mrs C… noircit des pages de passion, de vive émotion et de sincérité. L’écrivain utilise ici les mêmes codes que dans Lettre d’une inconnue.

Stefan Zweig excelle dans l’art de la nouvelle. Sa plume est juste, précise et son scénario intelligent. Vingt-quatre heures de la vie d’une femme m’a faite rire, avant de m’émouvoir. Par un de ses thèmes, il m’a aussi ramenée à la lecture du Joueur d’échecs. Enfin, je souligne la très belle introduction qui ouvre le roman. Elle inclut la lettre d’adieu de l’auteur, datée du 22 février 1942, juste avant son suicide. Ses mots m’ont bouleversée.

 

Quel livre de Stefan Zweig me recommandez-vous ?

Commentaires (6)
Leno2021-05-13 18:48:35Répondre

Très jolie chronique sur cette nouvelle incontournable de Stéfan Zweig... De mon côté j'ai beaucoup de mal à faire une hiérarchie, tant son oeuvre est immense. Allez, "La confusion des sentiments" est particulièrement troublant, mais je trouve que tout le génie de Zweig s'exprime formidablement dans son seul et unique roman, "La pitié dangereuse"... Et puis "Ivresse de la métamorphose"... Ce style inimitable, ce don incroyable pour la description des sentiments et de l'âme humaine ; un régal !

Répondre



mademoisellelit2021-05-17 09:01:25Répondre

Trois titres que je n'ai pas encore lus ! Je note ça précieusement, merci :)

Répondre



Leno Solveig2021-05-31 17:11:49Répondre

De rien ;-)

Répondre



Agnes W2021-05-12 16:09:17Répondre

Bonjour, un fameux écrivain. Je te conseillerais "le voyage dans le passé" , que de belles phrases sur l'amour. J'ai découvert l'auteur avec celui ci. J'ai été fortement touchée par ses mots.

Répondre



Leno2021-05-13 18:49:48Répondre

Ah ouiiiiii, ce voyage dans le passé est intense et déchirant !

Répondre



Agnes W2021-05-12 16:09:16Répondre

Bonjour, un fameux écrivain. Je te conseillerais "le voyage dans le passé" , que de belles phrases sur l'amour. J'ai découvert l'auteur avec celui ci. J'ai été fortement touchée par ses mots.

Répondre



mademoisellelit2021-05-17 08:58:39Répondre

Je note ce titre précieusement pour mon prochain passage en boîte à livres ;)

Répondre



Serialectrice.com2021-05-12 09:22:20Répondre

Si tu ne l'as pas encore lu, je te conseille vivement Le joueur d'échec, une nouvelle qui se lit en quelques heures seulement. Mais c'est un vrai chef d'oeuvre. Sinon, j'avais beaucoup aimé Clarissa.

Répondre



mademoisellelit2021-05-12 09:48:24Répondre

Je n'ai pas trop aimé Le joueur d'échec moi :(
Je note pour Clarissa ! Merci.

Répondre



Lucile2021-05-12 08:57:04Répondre

Bonjour Mademoisellelit :)

De Stephan Zweig je n'ai lu que la nouvelle " Le joueur d'échec" que j'ai beaucoup aimé. La folie permettant de sortir de la folie c'était intelligent.

Par contre j'ai vu le film "Vingt quatre heures de la vie d'une femme" avec Agnès Jaoui. Il date de 2003 j'étais encore très jeune adolescente mais j'en garde malgré tout un bon souvenir.
Il faudrait cependant que je le revois; peut être n'avais-je pas compris certaines choses étant encore trop jeune. Ma mère quant à elle avait été très touchée par le film.

Pour ma part je viens de finir " Les enfants sont rois" de Delphine de Vigan. C'était incroyable! Un vrai coup de coeur! J'ai tourné les pages partagée entre l'envie de dévorer le livre et l'envie de faire durer le plaisir. En tout cas c'était vraiment une lecture vertigineuse à laquelle je pense encore trois jours après l'avoir refermé...

Belle journée :)

Répondre



mademoisellelit2021-05-12 09:47:40Répondre

Je n'avais pas trop accroché avec Le joueur d'échec mais j'ai bien envie de découvrir ce film que je ne connais pas !
Quant à Delphine de Vigan, j'adore ses romans mais celui-ci m'attire moins que les autres. Peut-être que je finirais par me laisser tenter ;)

Répondre



Cathy2021-05-11 08:02:57Répondre

J’ai découvert Stefan Zweig avec ce livre il y a maintenant plusieurs décennies. Je me souviens avoir éprouvé beaucoup d’émotion à la lecture de cette nouvelle et j’avais été surprise par la capacité de cet homme à décrire aussi bien les émotions et sentiments d’une femme. J’ai lu beaucoup d’autres de ses nouvelles (Brulant Secret, Lettre d’une inconnue...) et je te conseille sa biographie de Marie-Antoinette

Répondre



mademoisellelit2021-05-11 14:50:46Répondre

Vous êtes nombreux à me parler de sa biographie sur Marie-Antoinette ! Elle est sur ma wislist :)

Répondre



Leno2021-05-13 18:51:13Répondre

"Brûlant secret" est effectivement formidable aussi ! Mais comment choisir avec Zweig ??? lol

Répondre




Ajouter un commentaire