Degas – Bernd Growe

Growe Bernd - Éditions : Taschen
7 / 10
1 août 2020
0Commentaires

Quatrième de couverture :

Souvent associé à la naissance de l’impressionnisme dans le Paris du milieu du XIXe siècle, Edgar Degas (1834-1917) a en réalité échappé à toute catégorisation trop simpliste pour développer un style unique, profondément influencé par les grands maîtres, les corps en mouvement et la vie quotidienne urbaine.

Fils aîné d’une riche famille, Degas a participé à fonder la série d’expositions de l’art «impressionniste», mais s’en est rapidement dissocié pour adopter une approche plus réaliste. Ses sujets se sont portés vers les rues bondées et bruyantes de Paris et ses divertissements et plaisirs, tels que les courses de chevaux, les cabarets et surtout les ballets. Par leurs perspectives ambitieuses et décalées, ses représentations de ballerines, qui constituent près de 1500 œuvres, sont toutes très marquées par l’attention portée au corps et la rigueur de la danse.

À travers des œuvres comme Le Foyer de la danse à l’Opéra (1872) ou Musiciens à l’orchestre (1872) parmi d’autres, cet ouvrage offre une présentation incontournable de l’artiste qui a résisté aux catégories en créant la sienne propre, soit un monde mêlant résonance classique, compositions audacieuses et une fascination éternelle pour le mouvement, pour donner parmi les œuvres les plus saisissantes et influentes de l’époque.

 

“Aucun art n’est aussi peu spontané que le mien ; l’inspiration, la spontanéité, le tempérament me sont inconnus. Il faut refaire dix fois, cent fois le même sujet. Rien en art ne doit ressembler à un accident, même le mouvement.” Edgar Degas

 

 

Mon avis :

Repéré dans une librairie dédiée aux livres d’art sur la Place Bellecour de Lyon le mois dernier, je n’ai pu résister à ramener dans mes valises ce nouvel ouvrage de la Petite Collection de Taschen. Je connaissais surtout Degas pour ses peintures de danseuses. Ce livre signé Bernd Growe m’a enseigné beaucoup de choses au sujet du peintre.

L’auteur allemand prévient en préambule de son album : il n’est nul question ici de biographie ou d’histoire de l’art d’Edgar Degas. Bernd Growe offre une analyse détaillée de ses œuvres, et tente d’expliquer “l’unité à laquelle on songe” quand on parle de l’artiste.

Degas resta un partisan de l’art tout en suivant son propre chemin.” Bernd Growe

 

 

En effet, point de vie privée, de mariage, de guerre familiale ou d’amitié brisée dans le récit de Bernd Growe. Après avoir rapidement appris qu’Edgar Degas était issu d’une riche famille et qu’il ne souffrait pas de problèmes financiers (contrairement à nombre de ses comparses), la définition de ses tableaux prend toute la place. L’origine de sa peinture et les influences du peintre viennent de ses différents voyages en Italie. D’abord Naples en 1856 où il rejoint une partie de sa famille. Puis Rome en 57 et Florence en 58. Degas dira d’ailleurs que cette période fut la plus merveilleuse de sa vie.

En 1872, c’est à New York et à la Nouvelle Orléans que le peintre pose ses bagages. Une nouvelle source d’inspiration voit le jour.

 

 

Inspiré par de nombreux contemporains tels que Delacroix, Ingres ou encore Puvis de Chavannes, Edgar Degas a été dans un premier temps assimilé au mouvement impressionniste, avant de vouloir y être dissocié. Cela ne l’empêchera pas de participer aux expositions de la “Société anonyme coopérative des artistes peintres” lancée par Manet et Pissaro.

S’il est célèbre du grand public pour ses œuvres représentant les ballets parisiens, de nombreuses autres séries sont créées : celles sur les courses de chevaux ou les repasseuses par exemple. Enfin, la sculpture entre dans sa vie. Et c’est en 1918 qu’il verra sa première exposition consacrée à cet art au Petit Palais.

 

 

Une fois encore, le travail de cet historien de l’art est remarquable et la qualité de cette collection Taschen exceptionnelle. L’accès à la culture n’a jamais été aussi simple grâce à ce type d’albums. Néanmoins, l’auteur s’adresse à un public spécialisé, laissant les néophytes de côté. L’analyse artistique des œuvres étudiées est beaucoup trop poussée et technique pour les débutants comme moi dans le milieu de l’art.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire