L’autre qu’on adorait, Catherine Cusset : Mon avis

Cusset Catherine - Éditions : Gallimard
10 / 10
8Commentaires

Quatrième de couverture :

“J’ai eu le temps de me rendre compte qu’il n’y avait aucun ami que j’aimais davantage, personne qui me fasse sentir plus vivante, et que cela était dû à quelque chose d’exceptionnel en toi qui t’illuminait. Le rire.”L’autre qu’on adorait fait revivre Thomas, un homme d’une vitalité exubérante, qui fut l’amant puis le proche ami de la narratrice. Brillant, charmeur, ce passionné de Proust et de cinéma vit ses amours, ses rêves et ses déceptions toujours plus intensément que les autres. Quelle malédiction a pu le conduire, d’abord en France puis dans l’impitoyable cercle universitaire américain, à enchaîner les maladresses et les échecs jusqu’à anéantir tout espoir d’avenir ?

 

Flamboyant.

Février 2022. En vacances chez des amis ardéchois, notre hôte décide de m’emmener voir la librairie qu’elle fréquente. Gênée par sa générosité, je n’ose lui dire que ma pile à lire déborde déjà et que ma valise ne peut accueillir d’autres livres. Sur place, je tombe sur ce roman de Catherine Cusset, me rappelant vaguement les mots de ma copine Lolita à son sujet. Je l’amène en caisse, peu convaincue mais rassurée par son petit format. Et le libraire d’acquiescer : c’est vachement bien ça !. Une fois rentrée, je dégaine mon appareil photo pour vous montrer le fameux achat en story. Les réactions ne se font pas attendre : “ce roman est incroyable“, “bouleversant“, “génialissime“… Je pensais lui laisser prendre la poussière sur mes étagères. Vous m’avez convaincue du contraire !

Il a vécu tel un tourbillon. Dans l’euphorie de la vie et dans l’espoir toujours d’un jour meilleur. Celle qui l’a rencontré à 18 ans le raconte. En 1986, Catherine est plus âgée que Thomas mais le désir s’installe entre eux. Les amants vivront quelques mois de passion, avant de devenir amis. Le jeune homme, doué et ambitieux, rêve d’une carrière d’universitaire aux États-Unis. Après de brillantes études, il guette les postes de professeurs de littérature dans les plus grandes facs américaines. Thomas vivote, en amour comme sur le plan professionnel. Et un mal-être s’installe, profond et abyssal…

 

 

“En trois pas elles sont arrivées au salon. Evelyn a vu la première ton corps renversé sur le futon, rigide, et le sac sur ta tête. Les copies des étudiants étaient répandues à tes pieds. Elle s’est retournée pour empêcher Nora d’avancer.”

 

Brûlant, incandescent, L’autre qu’on adorait est rythmé par le destin incroyable du héros et l’intensité de la plume de Catherine Cusset. Dès le prologue, l’écrivaine balance les faits, violents, implacables. Thomas s’est suicidé en 2008. Vivace et provocante, l’autrice interpelle ensuite son ami disparu. Pense-t-elle, en le tutoyant, pouvoir le faire revenir ? Nul doute que son personnage est bien vivant en tout cas. Le récit tient toute sa force dans cette tonalité.

Derrière les échecs récurrents du jeune Français, le défilé de petites amies, l’argent qu’il flambe, se cache la maladie. Catherine Cusset décrit un homme talentueux, intelligent, passionné de cinéma et de Marcel Proust dont la dépression viendra tout détruire. Avec justesse, l’autrice dépeint le point de bascule et la descente aux enfers. L’émotion est palpable.

Avec ce texte, Catherine Cusset rend un vibrant hommage à celui qui “la faisait rire”. Le temps de quelques heures, Thomas est présent, lumineux et inspirant. J’ai partagé ses doutes, ses attentes, ses folies et j’aurais aimé en lire davantage. L’autre qu’on adorait s’avale, à l’image de Thomas dévorant sa propre vie. Un coup de cœur à dévorer et à offrir.

 

Pour poursuivre le chemin avec Catherine Cusset, je vous invite aussi à découvrir mon avis sur Vie de David Hockney.

 

Vous l’avez lu ? Quel autre ouvrage de l’écrivaine me recommandez-vous ?

Commentaires (4)
Laurence-Marie2022-05-13 12:05:16Répondre

Bonjour ! J'ai adoré le livre de Catherine Cusset, j'ai également adoré votre post ! Votre style, votre mise en page aussi, bref l'ensemble de votre chronique me donne envie de mettre la barre plus haut pour mon propre blog (paronomasesethyperbates.fr). Une chose est sûre, vous figurez désormais dans mes favoris. A bientôt !

Répondre



mademoisellelit2022-05-16 09:56:46Répondre

C'est très gentil ! Merci beaucoup. Ce roman a marqué mon début d'année.

Répondre



Stéphanie2022-05-09 20:15:29Répondre

Celui la tu me donnes envie de l'acheter direct!!! Son histoire me fait penser a dalida et son amoureux amant ! Du coup ça m'interpelle.

Répondre



mademoisellelit2022-05-10 09:56:29Répondre

C'est très rythmé et on passe par tout un tas d'émotions différentes.

Répondre



Sabrina2022-05-02 09:40:07Répondre

Jamais lu mais tu nous donnes vraiment envie avec une chronique comme ça!

Répondre



mademoisellelit2022-05-02 14:43:47Répondre

Une vraie claque !

Répondre



Patounette2022-04-29 20:27:29Répondre

Cette chronique me donne une furieuse envie d'acheter ce roman Merci

Répondre



mademoisellelit2022-05-02 09:28:22Répondre

Fonce ! Il se dévore...

Répondre




Ajouter un commentaire