Les Graciées, Kiran Millwood Hargrave : Mon avis

Millwood Hargrave Kiran - Éditions : Robert Laffont
10 / 10
16Commentaires

Quatrième de couverture :

1617, Vardo, au nord du cercle polaire, en Norvège. Maren Magnusdatter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s’abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardo qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie. Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d’Ecosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorcières. Il est accompagné de sa jeune épouse norvégienne, Ursa. Enivrée et terrifiée par l’autorité de son mari, elle se lie d’amitié avec Maren et découvre que les femmes peuvent être indépendantes. Absalom, lui, ne voit en Vardo qu’un endroit où Dieu n’a pas sa place, un endroit hanté par un puissant démon. Inspiré de faits réels, Les Graciées captive par sa prose, viscérale et immersive. Sous la plume de Kiran Millwood Hargrave, ce village de pêcheurs froid et boueux prend vie.

 

Un hommage vibrant aux femmes.

Les surprises les plus inattendues sont parfois les plus belles. J’ai reçu Les Graciées à sa sortie en poche, sans accord préalable auprès de l’éditeur. Je pensais m’en séparer, croulant déjà sous une pile à lire monumentale. Le roman de Kiran Millwood Hargrave était toujours présent sur l’étagère lorsqu’une copine blogueuse – Aurélie, pour ne pas la nommer – m’a proposé une lecture commune. C’est ainsi que Maren, Diinna, Ursa et les autres sont entrées dans ma vie.

Lorsque la tempête prend les hommes de Vardø en cette veille de Noël 1617, leurs veuves s’entraident. Quelles que soient les raisons du naufrage, il faut aller pêcher pour continuer à vivre. Mais l’arrivée d’un nouveau pasteur écossais risque de désolidariser le groupe… Absalom Cornet est accompagné de sa jeune épouse et a pour mission de purifier le village des éventuelles sorcières. Quelques mois plus tôt, le gouvernement norvégien a voté un décret interdisant tout acte de sorcellerie et condamnant les coupables à la peine de mort.

Maren n’a que vingt ans lorsqu’elle voit son père et son frère mourir en mer. Alors que sa belle-sœur s’apprête à donner naissance à son premier enfant, que sa mère refuse la solidarité naissante entre voisines, la jeune fille prend tous les risques en défiant l’océan auprès d’autres courageuses villageoises. D’un côté, le clan des pratiquantes se soude, priant le Seigneur de leur apporter rapidement un pasteur. En face, l’équipe de Maren mène la barque pour survivre.

 

 

“La tempête arrive en un claquement de doigts. C’est ainsi qu’ils en parleront, des mois, des années après, quand cela aura cessé de n’être qu’une douleur derrière les yeux et une boule dans la gorge. Quand ils pourront enfin raconter. Mais même à ce moment-là, les mots ne diront pas comment les choses se sont réellement passées. Car les mots ne sont pas toujours fiables : ils donnent trop facilement, trop superficiellement. Et ce que Maren avait vu ne renfermait aucune légèreté, aucune grâce.”

 

Si Ursa a été mariée de force à ce pasteur étranger, elle ne partage pas ses convictions et forge dès son arrivée une fidèle amitié avec Maren. Malgré les mises en garde des deux jeunes femmes, leur amie Diinna refuse d’aller à l’Église chaque semaine et perpétue ses rites…

Inspirée de faits réels, l’histoire de ces héroïnes prend une tout autre dimension à la lecture du texte. Roman féministe et engagé, Les Graciées met en lumière le destin brisé de ces Norvégiennes du XXVIIe siècle. Dans un récit puissant, Kiran Millwood Hargrave nous interpelle sur notre sort de femme, sur l’évolution de la société et des mentalités. Qu’aurais-je fait à leur place ? A quel prix doit-on être solidaire ?

J’ai perçu ce livre comme une claque. En le refermant, gratitude et colère se sont mêlées. Je remerciais le hasard de me faire vivre en Europe au XXIe siècle. Mais la découverte de ce triste pan de l’Histoire a fait naître une profonde rage intérieure. Les Graciées rappelle l’intensité de Filles de la mer de Mary Lynn Bracht, l’immensité de Bakhita de Véronique Olmi ou la réalité de L’événement d’Annie Ernaux. Un coup de cœur à ne pas laisser passer.

 

Quel autre roman féministe me conseillez-vous ?

Commentaires (8)
Florence2022-05-02 17:36:37Répondre

Bonjour, je compte lire ce livre après la lecture de ton article.
Je te conseille Mille femmes blanches.

Répondre



mademoisellelit2022-05-03 09:39:36Répondre

Tu me diras ce que tu en as pensé ! J'ajoute celui que tu cites à ma wishlist. :)

Répondre



Carole2022-02-12 19:25:16Répondre

J'ai découvert ce livre en lisant un post sur ton blog et à la lecture de ta chronique, il me fait très très envie. Je crois que je vais me le faire offrir par monsieur pour la Saint Valentin !

Répondre



mademoisellelit2022-02-14 09:14:44Répondre

Excellente idée ! Tu m'en diras des nouvelles.

Répondre



Lucile2022-01-14 23:01:52Répondre

J'avais adoré cette plongée ensorcelante, sans concession et cruelle au coeur du cercle polaire du XVII ème siècle.

Parfois un livre me plaît mais je me rends compte un peu plus tard que je n'en garde aucun souvenir. J'ai lu celui-ci il y a un an et demi et pourtant l'atmosphère, les paysages, les scènes et les personnages sont encore inscrits dans ma tête ...

Répondre



mademoisellelit2022-01-17 09:01:26Répondre

Il a une telle force que je comprends très bien pourquoi tu ne l'oublies pas. C'est un roman marquant.

Répondre



Stéphanie2022-01-12 14:53:55Répondre

Hello maïte. Encore un nouveau livre dans ma pal grâce a toi ;) ta chronique est géniale j'ai envie de découvrir leur histoire grâce à toi ! bisous et à bientôt

Répondre



mademoisellelit2022-01-12 16:03:58Répondre

Merci pour ta confiance Stéphanie ! J'ai hâte de connaître ton avis. Bises.

Répondre



Amandine2022-01-12 14:05:14Répondre

Il est dans ma wishlist grâce à toi ! La couverture, la force de ses personnages que tu décris si bien ... Futur craquage en vue !

Répondre



mademoisellelit2022-01-12 14:47:03Répondre

Eh bien j'ai hâte que tu m'en reparles une fois lu ! Peut-être lors d'un futur club de lecture. ;)

Répondre



Sabrina2022-01-12 13:19:10Répondre

Un roman magistral !

Répondre



mademoisellelit2022-01-12 14:47:12Répondre

Tout à fait !!!

Répondre



Manuela2022-01-12 10:52:43Répondre

Ce livre dont j'ai vu et revu la couverture sur les blogs littéraires et en magasin ne m'avait jamais fait tilter jusqu'à ce que je rentre dans un cycle de lecture autour des sorcières ou du moins des figures de femmes indépendantes de l'époque moderne ( XVI - XVIIIe siècles). J'ai notamment adoré les Sorcières de Pendle ou encore la Sorcière de Selsea. J'ajoute Les Graciées sur ma liste tout de suite ! Il me donne très très envie maintenant.

Répondre



mademoisellelit2022-01-12 10:56:55Répondre

Et moi, je note précieusement les deux titres que tu recommandes. L'univers des sorcières ne m'interpellait pas du tout en littérature. Maintenant que j'ai découvert Les Graciées, j'ai envie de m'y intéresser. :)

Répondre



Anne-Sophie2022-01-12 10:45:32Répondre

Une de mes lectures pour le mois de mars au féminin
Je sens que je vais être bouleversée par cette lecture - tu as bien fais de la sortir de ta PAL ☺️

Répondre



mademoisellelit2022-01-12 10:55:46Répondre

Reviens nous dire par ici ce que tu en as pensé après lecture ! Je suis curieuse de savoir si tu vas partager mon coup de cœur.

Répondre




Ajouter un commentaire