La nuit des pères, Gaëlle Josse : Mon avis

Josse Gaëlle - Éditions : Noir sur Blanc
10Commentaires

Quatrième de couverture :

Appelée par son frère Olivier, Isabelle rejoint le village des Alpes où ils sont nés. La santé de leur père, ancien guide de montagne, décline, il entre dans les brumes de l’oubli. Après de longues années d’absence, elle appréhende ce retour. C’est l’ultime possibilité, peut-être, de comprendre qui était ce père si destructeur, si difficile à aimer. Entre eux trois, pendant quelques jours, l’histoire familiale va se nouer et se dénouer. Sur eux, comme le vol des aigles au-dessus des sommets que ce père aimait par-dessus tout, plane l’ombre de la grande Histoire, du poison qu’elle infuse dans le sang par-delà les générations murées dans le silence. Les voix de cette famille meurtrie se succèdent pour dire l’ambivalence des sentiments filiaux et les violences invisibles, ces déchirures qui poursuivent un homme jusqu’à son crépuscule.

 

Retrouvailles apaisées.

Dans la grande jungle de la rentrée littéraire et ses 490 parutions*, il y a un titre dont j’attendais l’arrivée avec impatience. Avantage suprême de ma profession, l’ouvrage m’était livré un mois avant sa sortie en librairie. La nuit des pères,huitième roman de Gaëlle Josse, paraît aujourd’hui aux éditions Noir sur Blanc.

Il a fallu l’absence et le silence pour mieux revenir. La colère calmée, les rancœurs endormies, Isabelle peut réapparaître. Le présage d’un bouleversement, aussi, vient précipiter ce retour. Les mots de son frère Olivier, limpides, laissent deviner le pire. Isabelle doit accourir. Une discussion les attend au sujet de leur père…

Comment préparer des retrouvailles ? Comment appréhender la réconciliation ? Après des années d’éloignement, l’urgence de l’invitation d’Olivier prend Isabelle de court. Le temps semble compté. En ravivant son passé, la jeune femme prend la plume et interpelle ce père qu’elle s’apprête à retrouver.

 

 

“Son appel, c’était il y a deux mois, aux premiers jours de l’été, lorsque tout semble se figer pour toujours dans l’explosion de tous les verts de la création, dans cette exubérance du végétal à son apogée, dans l’ombre profonde des grands arbres, dans ces journées qui s’allongent sans vouloir finir. C’est ma saison préférée.”

 

Quand le dialogue est rompu, l’écriture soigne. Ainsi pourrions-nous interpréter les écrits de la narratrice. Au matin du 21 août 2020, à l’approche du domicile familial, Isabelle ouvre son journal intime. Elle, qui n’a pas échangé un mot avec son père depuis des années, revient sur les blessures de l’enfance et les vieilles querelles. Parmi les souvenirs, une douleur plus vive, plus récente, refait surface. Isabelle raconte Vincent. Son décès, brutal, et sa culpabilité personnelle, indélébile.

Évoquer les romans de Gaëlle Josse, c’est se confronter à une maîtrise parfaite de notre langue. Parler d’un style, travaillé et aiguisé. Raconter les textes courts et souligner l’art d’aller à l’essentiel. Ne pas oublier l’émotion et les forts caractères de ses héros. Se rappeler les relations familiales, le combat des femmes, l’Histoire, jamais très loin.

Il y a un peu de tout cela dans La nuit des pères. L’autrice dit aussi le pardon, la mémoire qui s’efface, l’amour des livres, l’Algérie, la résilience ou le deuil. Dans sa fugacité habituelle, elle dresse un récit fouillé et émouvant.

Alors, si je garde une affection particulière pour Une femme en contre-jour, ce roman vient sublimer cette rentrée littéraire.

 

_____________

Et vous, quel roman de Gaëlle Josse

me recommanderiez-vous ?

_____________

*sources : https://www.livreshebdo.fr/article/tout-sur-la-rentree-litteraire-2022
Commentaires (5)
Sylviev2022-09-17 01:14:52Répondre

Je termine tout juste cette lecture : j’ai beaucoup aimé . Une forte émotion en équilibre portée par les mots de Gaëlle Josse.

Répondre



mademoisellelit2022-09-19 10:28:42Répondre

Comme toujours avec cette autrice ;)

Répondre



MarieNoelle2022-08-29 15:32:14Répondre

Merci de ce retour. J'ai hâte de le découvrir celui-ci. Gaëlle Josse fait partie des rares auteurs dont j'ai quasiment tout lu. Mon préféré reste "Une longue impatience". J'ai beaucoup aimé "noces de neige" ainsi que "le dernier gardien d'Ellis Island".

Répondre



mademoisellelit2022-08-29 15:42:34Répondre

Je n'ai pas spécialement accroché avec Une longue impatience. Mais je note les deux autres titres ;)

Répondre



Delphine (delphpassionlivres)2022-08-29 10:07:52Répondre

J'ai fini ce week-end ce roman : décidément j'adore la plume de Gaëlle Josse ! Je te conseille "l'ombre de nos nuits" (centré sur Georges de La Tour) et aussi "ce matin-là". Je te j’apprécie avec cet autrice c'est qu'à chaque livre on plonge dans un univers très différent.

Répondre



mademoisellelit2022-08-29 14:50:41Répondre

Tu as raison. La plume est belle à chaque fois, mais le livre est toujours différent. Je note ces deux titres pour mes prochaines lectures Delphine. Merci d'avoir pris le temps de me faire un retour.

Répondre



Sylvie2022-08-22 17:40:17Répondre

Il est dans ma liste de cette rentrée 2022 !
Une femme en contre jour évidemment mais aussi les heures silencieuses

Répondre



mademoisellelit2022-08-23 09:40:08Répondre

Celui-ci est très différent tu verras.

Répondre



taloujazz2022-08-20 00:23:47Répondre

Nos vies désaccordées

Répondre



mademoisellelit2022-08-22 09:25:25Répondre

Je ne le connais pas celui-ci. Je le note précieusement. Merci :)

Répondre




Ajouter un commentaire