Le Chœur des femmes, Martin Winckler : Mon avis

Winckler Martin - Éditions : P.O.L
11Commentaires

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m’oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de “Médecine de La Femme”, dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue, mais généraliste ! S’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu’est-ce qu’il croit ? Qu’il va m’enseigner mon métier ? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur cœur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu’elles pourraient m’apprendre.

 

Espoir déchu.

Je le répète souvent, ce que je préfère dans la lecture, c’est la transmission. S’il s’agit d’une activité solitaire, tout lecteur aime partager ses coups de cœur avec son entourage. Je ne compte plus le nombre de fois où m’a été recommandé Le Chœur des femmes de Martin Winckler ! Quelle que soit sa forme (le texte d’origine, l’adaptation ciné ou le roman graphique), chaque club de lecture était prétexte à évoquer ce “classique” de la littérature contemporaine française. Ma déception est à la hauteur de ce qu’étaient mes espérances avant d’ouvrir le livre…

Lorsque Jean débarque dans l’unité 77 dirigée par le docteur Franz Karma, elle pense tout connaître. Contrainte d’assurer un stage de 6 mois dans un service généraliste, alors qu’elle se prédestine à devenir chirurgienne gynécologique, la jeune femme subit sa condition d’étudiante. Dès son arrivée, la confrontation avec le personnel soignant et les patientes est ardue. A la fin de la première journée, le médecin lui propose un deal : si Jean accepte d’écouter et d’apprendre de son expérience le temps d’une semaine, il valide son stage et elle est libre de quitter l’hôpital…

 

 

“Qu’est-ce qu’on m’avait raconté, déjà ? J’ai du mal à m’en souvenir parce que ça m’avait semblé incroyable, alors, et ça me semble risible aujourd’hui… Ah, oui. Que j’allais souffrir. Parce qu’il voulait toujours avoir le dernier mot. Que si je lui tenais tête, il m’écraserait. Que si au contraire je faisais mine de m’intéresser à ce qu’il raconte, il allait m’assommer, tant il s’écoutait parler. Que tout plein de femmes – infirmières, externes, internes – étaient passées dans son lit, un jour ou l’autre.”

 

Très vite dérangée par le style “parlé” de l’auteur, l’abondance de parenthèses et une écriture peu travaillée, j’ai peiné à accrocher au récit. Malgré un texte fluide, léger et une dynamique entraînante, l’histoire s’essouffle à cause d’une mécanique de répétition. La narration se décompose en sept jours. L’héroïne décrit le déroulement de ses journées de travail au côté du docteur Karma.

Peu satisfaite de la forme, j’ai également éprouvé quelques difficultés avec le fond. L’écrivain se laisse aller aux clichés et aux caricatures. Porté par deux personnages surjoués, le roman perd en crédibilité.

Ces défauts mis de côté, l’aspect médical est intéressant et instructif. Martin Winckler, lui-même médecin, déploie une fiction féministe et engagée. Le Chœur des femmes a été publié en 2009. La parole des hommes étant encore assez discrète sur le sujet à cette époque, je ne peux que reconnaître la sincérité de son engagement et me féliciter de sa démarche.

 

___________

Et vous, avez-vous aimé ce roman ?

___________

Commentaires (5)
Sophie Ma2022-10-31 12:19:47Répondre

Je ne sais plus si je l'ai lu en anglais ou en français, mais j'avais adoré et l'avais recommandé à mes amies et élèves (adultes).

Répondre



mademoisellelit2022-11-01 08:45:47Répondre

Il a été traduit en anglais ? Je ne trouve pas le traduction sur Internet.

Répondre



Sabrina2022-10-28 09:27:11Répondre

J'ai beaucoup entendu parler de ce roman mais en bien d'habitude. Merci pour ta franchise. C'est toujours appréciable.

Répondre



mademoisellelit2022-10-31 08:42:07Répondre

C'est tout l'intérêt de ce blog. ;)

Répondre



Chouette Lilie2022-10-23 14:31:29Répondre

J'avoue ne pas "connaître" cet auteur.
Merci pour ton avis
Et je me répète la photo, mise en scène est sublime !

Répondre



mademoisellelit2022-10-24 10:09:04Répondre

Merci beaucoup ! Il est médecin avant tout, et a publié quelques romans. ;)

Répondre



Isabelle Marsay2022-10-23 13:17:35Répondre

Très déçue par ce roman artificiel, au style en effet négligé, moins intéressant que la premier roman de cet auteur - La maladie de Sachs - au succès mérité.

Répondre



mademoisellelit2022-10-24 10:06:52Répondre

J'aurais peut-être dû commencer par celui-ci...

Répondre



Cathfd2022-10-22 23:28:11Répondre

Adoré ! Martin Winckler a toujours prôné une médecine humaine, à l'écoute et respectueuse des patients et particulièrement des patientes, bien avant qu'on en parle dans les médias...
Je l'ai lu il y a tellement longtemps que je ne me souviens plus précisément du style et de la construction du roman. Dommage... parfois attendre beaucoup d'un roman est le plus sûr moyen de passer à côté...

Répondre



mademoisellelit2022-10-24 10:06:34Répondre

Je reconnais son regard avant-gardiste et humain sur le métier. Je n'ai pas réussi à surmonter les défauts trouvés dans l'écriture et le scénario pour apprécier ma lecture.

Répondre



Sophie Ma2022-10-31 12:21:21Répondre

De mon côté, je l'avais trouvé par hasard, il ne m'avait pas été recommandé. Et j'avais été agréablement surprise. C'était encore mieux que ce que j'attendais. Cela fait plus de 6 ans que je l'ai lu.

Répondre




Ajouter un commentaire