Les artilleuses – Pierre Pevel & Étienne Willem

Pevel Pierre & Willem Etienne - Éditions : Drakoo
8 / 10
15 mars 2020
0Commentaires

Note : 8/10

 

Quatrième de couverture :

Nous sommes en 1911, dans le Paris des Merveilles – un Paris qui n’est ni tout à fait le nôtre, ni tout à fait un autre. C’est en effet le Paris bien connu d’Arsène Lupin, de Fantomas et des Brigades du Tigre… mais où vivraient des fées, des enchanteurs, des gnomes et même quelques dragons – ce qui n’est pas sans conséquences. Entre autres merveilles, la Tour Eiffel est en bois blanc, les Champs Élysées sont bordés d’arbres dont les feuilles rendent de la lumière dès la nuit tombée, et une ligne de métro mène directement à Ambremer, capitale du Monde Féérique.

C’est dans ce décor que les Artilleuses font un retour fracassant en se livrant à l’une de leurs activités favorites : l’attaque de banque à main armée. Aventurières et hors-la-loi, elles sont trois : Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling. N’hésitant jamais à faire parler la poudre, elles sont connues de toutes les polices d’Europe. Ce coup, cependant, pourrait bien être leur dernier. Car le vol d’une mystérieuse relique – la Sigillaire – leur vaut d’être pourchassées non seulement par les Brigades du Tigre, mais également par les redoutables services secrets du Kaiser…

 

 

“- Il n’y a pas d’autre issue que la porte d’entrée, soyez raisonnables, mesdames ! Rendez-vous !

– Raisonnable, je ne l’ai été que rarement, au grand regret de mes chers parents et à la satisfaction de quelques prétendants.”

 

 

Mon avis :

Inspiré par Le Paris des merveilles de Pierre Pevel, Le vol de la Sigillaire est le premier tome de la bande dessinée Les artilleuses, paru aux éditions Drakoo en début de mois. Étienne Willem a rejoint Pierre Pevel dans ce beau projet.

Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling n’ont qu’un seul objectif : braquer la banque de Paris et de Brocéliande pour y récupérer la célèbre Sigillaire. Comment vont-elles s’y prendre et réussiront-elles leur coup ? Arriveront-elles à échapper à la Police ?

 

 

Paris, 1911. Nous sommes plongés en plein cœur de la capitale, durant cette période si inspirante qu’a été la Belle Epoque. La Tour Eiffel, les allumeurs de réverbère, les costumes d’époque, etc. Le décor est sublime et tellement bien représenté sous les traits de crayon du dessinateur. Les tons et couleurs de la bande dessinée apportent un réel atout à l’ouvrage.

Pierre Pevel et Étienne Willem nous livrent un premier volet prometteur. Si j’ai trouvé le scénario un peu court, je prendrai plaisir à retrouver les héroïnes dans un second opus sans hésiter. J’ai envie de replonger dans leurs aventures, en espérant que les auteurs développent l’intrigue et nous offrent quelques pages de plus à savourer.

 

 

Si vous aimez la BD, les histoires fantastiques, ou les récits qui mettent les femmes à l’honneur, Les artilleuses vous plaira ! Et si, comme moi, vous affectionnez particulièrement le début du XXe siècle en littérature, foncez 😉

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire