Lulu, Léna Paul-Le Garrec : Mon avis

Paul-Le Garrec Léna - Éditions : Buchet Chastel
6Commentaires

Quatrième de couverture :

Enfant singulier et solitaire, élevé par une mère maladroite, étouffante, malmené par ses camarades de classe, Lulu trouve refuge sur le littoral. Tour à tour naturaliste, collectionneur, chercheur de bouteilles, ramasseur de déchets, il fera l’expérience de la nature jusqu’à faire corps avec elle. Conte initiatique et poétique, Lulu, premier roman de Léna Paul-Le Garrec, interroge notre rapporte à la liberté et à la nature.

 

 

 

 

Lulu, ou le poids de la différence.

Je vais vous faire une confidence. Chaque année, dès la fin du printemps, les livres de la rentrée littéraire de septembre débarquent dans ma boîte aux lettres. Tout l’été, ce sont des dizaines d’ouvrages qui me sont envoyés par les éditeurs. Par manque de temps, je ne garde malheureusement que quelques titres. Lulu, de Léna Paul-Le Garrec, avait échappé à ma vigilance. Il avait été mis au rebut, avant que je ne découvre les mots élogieux d’une libraire* à son sujet…

Lulu est un enfant différent, élevé par une mère célibataire singulière. Maniaque, elle ne supporte pas la nouvelle addiction de son fils qui consiste à accumuler tous les objets trouvés sur la plage, pour ensuite les étudier. Souvent isolé et moqué par les autres élèves à l’école, le garçon oublie sa condition lorsqu’il ramasse ces déchets. Une bouteille, récupérée de la mer, vient finalement tout changer.

 

 

“Je n’aime pas mon prénom. Je ne l’ai jamais aimé, comme tous sans doute. Les parents veulent un prénom original, les enfants un prénom banal. On souffre souvent de ne pas être tout le monde, de ne pas être passe-partout, se fondre dans la masse. Surtout ne pas se faire remarquer, Nathan, Jules, Lucas, Louis, Léo, Hugo, Enzo… En latin, il signifie “lumière”. Un comble, je l’ai si peu vue. Maman dit que justement, je la porte en moi, pas besoin de tant la regarder.”

 

Comment un récit aussi court – le livre compte 175 pages – peut-il dégager autant de force ? Où Léna Paul-Le Garrec a-t-elle puisé son inspiration ? Derrière la voix d’un enfant, l’autrice livre une ode à la nature et à la différence. Avec réussite, elle se glisse dans la peau du petit narrateur, sans niaiserie ni caricatures.

Celui qui déteste son prénom, hommage à Serge Gainsbourg, et rêve d’ouvrir un cabinet de curiosités, dégage beaucoup de lucidité sur notre monde et l’humanité. Alors qu’en secret, il s’interroge sur l’existence de son père, on devine une souffrance et le poids de la solitude. L’autrice en fait un personnage touchant, tendre et dans le même temps si mature.

D’une écriture maîtrisée, Léna Paul-Le Garrec publie un premier roman initiatique profond et prometteur. Elle offre, avec les traits de Lulu, un héros intelligent et attachant, qu’on aimerait prendre sous son aile. J’ai admiré son courage, sa force et la passion qui l’anime.

Un livre puissant, dans l’air du temps.

*Léa, de la librairie Le Failler de Rennes, parle du roman par ici.

________________

Êtes-vous tenté par ce premier roman ?

________________

Commentaires (3)
Baganie2022-11-09 11:30:49Répondre

Merci pour vos retours littéraires
Et je vais le lire dès que possible

Répondre



mademoisellelit2022-11-15 09:06:03Répondre

Hâte d'avoir votre retour de lecture alors ;)

Répondre



Stéphanie2022-10-30 08:50:13Répondre

Ahhh trop bien ta chronique ! Je ne connaissais pas et ça me donne envie ca a l'air très touchant! Merciiiiii comme d'habitude

Répondre



mademoisellelit2022-10-31 08:38:50Répondre

Un livre qui aurait mérité une plus grande visibilité à la rentrée littéraire. ;)

Répondre



Sabine2022-10-10 18:18:38Répondre

Je suis toujours très touchée lorsqu'il s'agit d'enfants. Ton article à tout pour donner envie d'aller à la rencontre de l'autrice. Merci Maïté pour cette riche découverte...

Répondre



mademoisellelit2022-10-11 14:08:57Répondre

Ravie de t'avoir convaincue Sabine ! Je serais curieuse d'avoir ton avis de lecture. ;)

Répondre




Ajouter un commentaire