Les Artilleuses Le portrait de l’antiquaire – Pierre Pevel & Étienne Willem

Pevel Pierre - Éditions : Drakoo
7 / 10
17 mai 2021
0Commentaires

Quatrième de couverture :

Si rien n’explose, c’est qu’elles se sont trompées quelque part.Nous sommes en 1911, dans le Paris des Merveilles. Les Artilleuses – Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling – viennent de voler la Sigillaire, une bague mystérieuse qui leur vaut bien des ennuis avec la police, mais aussi avec les agents du Kaiser. Et voilà que le 2e Bureau entre dans la danse. Pour se sortir du pétrin, les Artilleuses n’ont pas le choix : elles doivent découvrir le secret de la Sigillaire et faire parler la poudre.

 

 

 

“Il s’est écoulé près d’un siècle depuis que la découverte de l’Outremonde a changé le cours de l’histoire et le visage de la capitale… et moins de trois jours depuis le début de ce qu’on appellera “L’affaire de la sagillaire” et dont, déjà, la presse se fait l’écho. Mais Paris, encore paisible, est loin d’en avoir fini avec Les Artilleuses…”

 

 

Mon avis :

Un an après le succès du premier tome (Les Artilleuses, Le vol de la Sigillaire, éd. Drakoo), Pierre Pevel et Étienne Willem font revivre la bande des artilleuses avec ce nouvel album intitulé Le portrait de l’Antiquaire. Une bande dessinée mise en couleurs par Tanja Wenisch.

Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling ont réussi leur coup : elles ont volé la mystérieuse Sigillaire et se sont échappées en beauté. Alors qu’elles ont les Allemands à leur trousse – qui tentent eux aussi de récupérer le magot – les trois jeunes femmes veulent découvrir le pouvoir de cette étrange bague et échapper à la police sans encombre…

Entre univers fantastique et enquête policière, les auteurs nous emmènent dans un récit d’aventure en plein Paris. Les Artilleuses sont astucieuses, solidaires et libres. Elles ne craignent pas les coups et forment une équipe de choc – soutenues par leur meilleur ami Hugo Barillet et leur chien Tiboulon.Vite retrouvées, elles vont devoir s’unir et se battre pour conserver la fameuse Sigillaire. En parallèle de leurs mésaventures, nous suivons les recherches des enquêteurs, prêts à tout pour obtenir gain de cause.

 

 

Comme dans le premier opus, j’ai pris plaisir à être transportée dans la capitale du début du XXe siècle. En dessins, l’ouvrage nous présente la Tour Eiffel, l’Opéra Garnier, l’Arc de Triomphe ou encore la gare de l’Est en 1911. Sans parler des costumes de l’époque, des transports ou des rues de Paris. Les couleurs et la précision des traits font toute la beauté de l’album.

J’ai aimé retrouver ces héroïnes et leurs aventures, à mon sens trop courtes. Le scénario se ferme sur une nouvelle intrigue, nous laissant dans l’attente d’un troisième et dernier volet. J’aurais préféré je crois trouver l’ensemble de l’enquête dans un même et unique ouvrage.

Rendez-vous dans quelques mois pour le tome 3…

 

Et vous, aimez-vous les bandes dessinées ?

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire