Quand tu écouteras cette chanson, Lola Lafon : Mon avis

Lafon Lola - Éditions : Stock
10 / 10
13Commentaires

Quatrième de couverture :

“Le 18 août 2021, j’ai passé la nuit au Musée Anne Frank, dans l’Annexe. Anne Frank, que tout le monde connaît tellement qu’il n’en sait pas grand-chose. Comment l’appeler, son célèbre journal, que tous les écoliers ont lu et dont aucun adulte ne se souvient vraiment. Est-ce un témoignage, un testament, une œuvre ? Celle d’une jeune fille, qui n’aura pour tout voyage qu’un escalier à monter et à descendre, moins d’une quarantaine de mètres carrés à arpenter, sept cent soixante jours durant. La nuit, je l’imaginais semblable à un recueillement, à un silence. J’imaginais la nuit propice à accueillir l’absence d’Anne Frank. Mais je me suis trompée. La nuit s’est habitée, éclairée de reflets ; au cœur de l’Annexe, une urgence se tenait tapie encore, à retrouver.”

 

Mon avis :

Les doigts tremblants, j’approche le clavier, craintive d’écorcher le récit offert par Lola Lafon. Évoquer Quand tu écouteras cette chanson, c’est vous parler de ma plus grosse claque littéraire de l’année. Si j’hésite sur les mots à employer, je suis sûre d’une chose : l’émotion ressentie à sa lecture le mois dernier reste intacte. J’espère maintenant vous la communiquer…

Dans la continuité de la collection Ma nuit au musée initiée par les éditions Stock en 2018, Lola Lafon s’est rendue à L’Annexe, le musée Anne Franck, à Amsterdam. Un lieu choisi, qui n’a rien du hasard et qui fait écho à sa trajectoire personnelle. Cette nuit est l’occasion pour l’écrivaine de revenir sur la parution du Journal d’Anne Frank et l’histoire de sa propre famille.

Comment appréhender un tel moment ? Comment apprivoiser un lieu comme celui-ci ? Que sait-on aujourd’hui des carnets de l’adolescente ? Que nous reste-t-il, de la lecture de son journal, à l’âge adulte ? A travers l’expérience de cette nuit blanche, unique et peut-être finalement, indescriptible, Lola Lafon revient sur le désir d’écriture d’Anne Frank. Aidée par le témoignage d’une ancienne voisine, l’autrice révèle certains faits méconnus autour de la parution du livre.

 

 

“Le 18 août 2021, j’ai passé la nuit au Musée Anne Frank, dans l’Annexe. Je suis venue en éprouver l’espace car on ne peut éprouver le temps. On ne peut pas se représenter la lourdeur des heures, l’épaisseur des semaines. Comment imaginer vingt-cinq mois de vie cachés à huit dans ces pièces exiguës ?”

 

Repoussant l’instant où elle entrerait dans la chambre d’Anne Frank, la romancière se remémore le destin tragique de ses ancêtres. Juifs et émigrés de Russie, ils n’ont pas échappé à la déportation. Un passé douloureux qui rend aujourd’hui le travail de mémoire essentiel.

Porté par une plume magistrale, Quand tu écouteras cette chanson est de ces instruments culturels nécessaires, pour ne jamais oublier. Un texte d’une beauté et d’une puissance inouïes, chef d’œuvre de cette rentrée littéraire. Un récit à découvrir et à transmettre, avant, pourquoi pas, de relire le Journal d’Anne Frank.

______________

Connaissiez-vous la collection Ma nuit au musée ?

______________

Commentaires (6)
Amandine2022-11-04 13:15:32Répondre

Dans ma wish list direct ! Je reviendrai bien sûr vers toi pour te donner mon avis ! Mais tes mots chargés d'émotions m'ont plus que convaincue !

Répondre



mademoisellelit2022-11-07 09:32:01Répondre

J'en suis plus que ravie Amandine !!!

Répondre



Delphine Laroche2022-10-30 10:26:16Répondre

Votre chronique a précipité l’achat et ma lecture de ce livre… bouleversant! Je n’ai lu aucun autre roman de cette écrivaine, mais cela sera bientôt du passé, quant à une re-lecture du Journal d’Anne Franck, avec un oeil d’adulte et ce nouveau regard, c’est pour bientôt.

Répondre



mademoisellelit2022-10-31 08:40:32Répondre

Merci de m'avoir fait confiance et de prendre aujourd'hui le temps de me faire un retour sur cette lecture. L'autrice sera présente au salon du livre de Brive et il me tarde de la rencontrer !

Répondre



Carole2022-10-29 11:07:46Répondre

Mais comment ne pas succomber à l'envie de lire ce livre !? Magnifique chronique Maïté, pleine d'émotion, ça promet! J'ai le souvenir d'avoir été très touchée par le journal d'Anne Franck, mais je n'étais qu'une jeune fille. J'ai hâte de re-découvrir son histoire à travers la plume de Lola Lafon. Je place le livre en haut de ma PAL

Répondre



mademoisellelit2022-10-31 08:33:54Répondre

Ravie de t'avoir convaincue ! J'ai hâte d'échanger avec toi lorsque tu l'auras lu.

Répondre



Sabrina2022-10-28 09:24:35Répondre

Quelle chronique ! Je vais me dépêcher d'aller acheter ce livre !!

Répondre



Stéphanie2022-10-25 21:12:04Répondre

Quelle magnifique chronique maïte! J'avais déjà mis sur ma wish list mais je vais l'acheter direct tellement tu me donnes envie de le lire. Faut il lire avant celui de Leila Slimani ?
Bisouussssss

Répondre



mademoisellelit2022-10-26 11:58:06Répondre

Merci beaucoup Stéphanie ! Tu peux les lire dans le sens que tu le souhaites. Les deux livres n'ont aucun rapport entre eux. ;) Ils font partie de la même collection éditoriale car la démarche pour les deux autrices est la même : passer une nuit dans un musée et en conter l'expérience. D'autres récits sont à retrouver dans cette collection d'ailleurs. ;)

Répondre



Stéphanie2022-10-26 20:45:00Répondre

Et tu en as lu d'autres de cette collection?

Répondre



mademoisellelit2022-10-27 09:32:26Répondre

Uniquement ces deux-là pour l'instant. ;)

Répondre



Véronique Julienne-Rambaud2022-10-25 19:37:37Répondre

Oui, j'avais énormément aimé celui de Leila Slimani, "le parfum des fleurs la nuit", où elle passe cette nuit-là dans un musée d'art contemporain alors qu'elle s'en dit insensible. Elle revient sur ses origines, le rapport à l'art, la culture, la beauté, elle déambule pour essayer de ressentir quelque chose face aux œuvres. Vraiment, je le recommande !

Répondre



mademoisellelit2022-10-26 11:59:16Répondre

J'en garde un magnifique souvenir également. Je l'avais chroniqué d'ailleurs par ici. Il me tarde de découvrir les autres titres de cette collection inspirante.

Répondre




Ajouter un commentaire