10 livres à offrir pour Noël

25 novembre 2021
0Commentaires

*

*

A un mois des fêtes de fin d’année, je vous propose ma traditionnelle sélection pour vos futurs cadeaux de Noël.

10 livres coups de cœur qui plairont aux lecteurs qui vous entourent.

*

*

 

 

 

 

1. Entre toutes les mères d’Ashley Audrain

A qui l’offrir ? J’aurai tendance à vous dire plutôt “à qui ne pas l’offrir ?” tant le sujet du livre est sensible et les mots de l’auteure parfois violents. Le roman d’Ashley Audrain s’adresse aux femmes je pense, aux mères de famille, et à tout ceux qui aiment les thrillers psychologiques et page turner. Mais évitez peut-être les personnes fragiles, dont le récit peut choquer.

Résumé : Blythe Connor n’a qu’une seule idée en tête : ne pas reproduire ce qu’elle a vécu. Lorsque sa fille, Violet, naît, elle sait qu’elle lui donnera tout l’amour qu’elle mérite. Tout l’amour dont sa propre mère l’a privée. Mais les nouveau-nés ne se révèlent pas forcément être le fantasme qu’on s’est imaginé. Violet est un bébé agité, qui ne sourit jamais. Très vite, Blythe se demande ce qui ne va pas. Ce qu’elle fait mal. Si le problème, c’est sa fille. Ou elle.
Puisque Violet se comporte différemment avec son père, ce dernier met les doutes de sa femme sur le compte de l’épuisement. Sûrement parce qu’il ne peut imaginer ce qu’elle a vécu enfant. Peut-être parce que personne ne peut l’imaginer.

Éditeur : JC Lattès

Prix : 21.90€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

2. Une rose seule de Muriel Barbery

A qui l’offrir ? Aux amoureux du Japon et de la culture asiatique. A ceux qui aiment les fleurs, les parcs et jardins et les paysages relaxants. A votre amie divorcée en mal de reconstruction, à votre maman envoûtée par l’odeur des roses de son jardin l’été, à votre voisin fleuriste et/ou voyageur. Aux passionnés de “beau”, sensibles à la poésie des mots.

Résumé : Rose arrive au Japon pour la première fois. Son père, qu’elle n’a jamais connu, est mort en laissant une lettre à son intention, et l’idée lui semble assez improbable pour qu’elle entreprenne, à l’appel d’un notaire, un si lointain voyage. Accueillie à Kyoto, elle est conduite dans la demeure de celui qui fut, lui dit-on, un marchand d’art contemporain. Et dans cette proximité soudaine avec un passé confisqué, la jeune femme ressent tout d’abord amertume et colère. Mais Kyoto l’apprivoise et, chaque jour, guidée par Paul, l’assistant de son père, elle est invitée à découvrir une étrange cartographie, un itinéraire imaginé par le défunt, semé de temples et de jardins, d’émotions et de rencontres qui vont l’amener aux confins d’elle-même.

Éditeur : Actes Sud

Prix : 17.50€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

3. La papeterie Tsubaki d’Ito Ogawa

A qui l’offrir ? Aux fans de la littérature japonaise et à ceux qui n’attendent pas 1000 rebondissements dans une histoire ! Avec son récit contemplatif, Ito Ogawa peut déstabiliser. Mais si on aime prendre le temps et apprécier les petites choses de la vie, ce livre se déguste comme un bonbon acidulé. Avis aussi aux fins gourmets de cuisine japonaise.

Résumé : Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres. Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.

Éditeur : Philippe Picquier

Prix : 9€ en format poche

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

4. Tout ce que dit Manon est vrai de Manon Fargetton

A qui l’offrir ? Manon Fargetton a publié une vingtaine d’ouvrages jeunesse et de l’imaginaire. Mais avec cette auto-fiction, elle s’adresse aux jeunes comme aux adultes et traite d’un sujet plus que jamais d’actualité. Ce livre est à mettre sous le sapin de tous, pour informer, sensibiliser et faire avancer les consciences.

Résumé : Au centre, Manon. Autour, une ronde de personnages, qui projettent sur elle leurs peurs, leurs insécurités et leurs fantasmes. Ils croient la connaître mieux que personne. Ce sont ses parents, ses frères, son amie au lycée, l’homme qu’elle aime. Et ce sont eux qui vont raconter cette année où tout bascule parce que Manon, seize ans, entame une relation avec un éditeur de bande-dessinée de trente ans son aîné. Elle a du talent. Il va la publier. Ils s’aiment. La femme de l’éditeur aussi l’aime. Les lignes se brouillent, tout se mélange : l’histoire qu’ils vivent et l’écriture de la bande-dessinée, l’admiration, l’amour. Et le passé ressurgit soudain dans le présent. Rapidement, la mère de Manon refuse ce prétendu amour, cherche à protéger sa fille par tous les moyens, s’expose à la colère adolescente de celle-ci. Deux visions du monde s’affrontent. Deux visions de l’amour. Deux visions de ce que signifie être adulte. Et entre elles, d’autres voix, qui chacune renferme un morceau de la vérité. Et au centre, Manon.

Éditeur : Héloïse d’Ormesson

Prix : 21€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

5. N’oublie pas les fleurs de Genki Kawamura

A qui l’offrir ? Vous allez me dire “encore de la littérature japonaise !”. Oui, mais non. Contrairement au roman d’Ito Ogawa, la culture nipone est moins présente dans N’oublie pas les fleurs. Genki Kawamura nous parle d’Alzheimer, du temps qui passe, de transmission, et de la relation d’une mère envers son fils. Je l’offrirais à ceux qui aiment la douceur, aux parents ou grands-parents, à ceux qui n’ont pas peur de vieillir et aux lecteurs de son best-seller précédent Et si les chats disparaissaient du monde.

Résumé : Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la balançoire d’un parc voisin, où elle semble perdue. Cet évènement n’est que le premier signe de la maladie qui la ronge : quelques mois plus tard, il apprend qu’elle est atteinte d’Alzheimer. A mesure que les souvenirs de Yuriko s’estompent, ceux de l’enfance d’Izumi ressurgissent. En prenant soin de sa mère – au moment où lui-même s’apprête à devenir père – Izumi tente de comprendre ce qui l’a éloigné d’elle au fil du temps, s’interroge sur le sens de leur relation. Pour retrouver l’essentiel de ce qui leur reste à présent.

Éditeur : Fleuve

Prix : 18.90€

Mon avis est à retrouver ici.

 

 

6. La vérité sur la lumière d’Auður Ava Ólafsdóttir

A qui l’offrir ? Je ne vous présente plus Auður Ava Ólafsdóttir, auteure de mon plus grand coup de cœur littéraire, Miss Islande. Si, comme moi, vous avez fait mouche en l’offrant à l’un de vos proches, choisissez la même personne, sensible à la langue de cette auteure islandaise. Ce nouveau roman plaira aux mamans et futures mamans, aux sages-femmes, aux passionnés de nature et des paysages d’Islande, et sûrement aux amateurs de météorologie !

Résumé : Issue d’une lignée de sages-femmes, Dýja est à son tour « mère de la lumière ». Ses parents dirigent des pompes funèbres, sa sœur est météorologue : naître, mourir, et au milieu quelques tempêtes. Alors qu’un ouragan menace, Dýja aide à mettre au monde son 1922e bébé. Elle apprivoise l’appartement hérité de sa grand-tante, avec ses meubles vintage, ses ampoules qui clignotent et un carton à bananes rempli de manuscrits. Car tante Fífa a poursuivi l’œuvre de l’arrière-grand-mère, insérant les récits de ces femmes qui parcouraient la lande dans le blizzard à ses propres réflexions aussi fantasques que visionnaires sur la planète, la vie – et la lumière. Sous les combles, un touriste australien semble venu des antipodes simplement pour faire le point. Décidément, l’être humain est l’animal le plus vulnérable de la Terre, le fil ténu qui relie à la vie aussi fragile qu’une aurore boréale.

Éditeur : Zulma

Prix : 19.50€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

7. L’amour par temps de crise de Daniela Krien

A qui l’offrir ? A votre copine ou collègue féministe, à votre meilleure amie qui traverse votre vie depuis des années, à vous, grande lectrice, car il est aussi important de penser à soi, à ceux qui n’ont pas peur des fins malheureuses, à ceux qui cherchent l’amour, qui n’y croient plus, qui sont en couple ou séparés… aux amoureux de l’amour, tout simplement.

Résumé : Elles s’appellent Paula, Judith, Brida, Malika et Jorinde. Elles veulent tout, ont obtenu beaucoup, mais continuent de s’interroger sur des questions cruciales. Les rapports de force entre les sexes, la place de l’enfant et du travail, l’héritage familial, la fragilité de l’amour. La liberté qu’elles assument et revendiquent cache une autre forme de contrainte : elle oblige à choisir.

Éditeur : Albin Michel

Prix : 19.90€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

8. Ce que Frida m’a donné de Rosa Maria Unda Souki

A qui l’offrir ? Ce que Frida m’a donné est un objet insolite. Un beau cadeau original, qui surprendra celui qui le reçoit. Je l’offrirais aux amateurs d’art, d’Amérique Latine et de Frida Kahlo. A ceux qui déambulent dans les musées et expos partout dans le Monde. Et, pourquoi pas, aux personnes en quête de racine, immigrées ou émigrés, à ceux qui ont quitté leur pays, dont la culture natale a tout forgé.

Résumé : Dans la chaleur de l’été 2019, Rosa Maria Unda Souki devrait être plongée dans les préparatifs de son exposition à venir. Recluse au Couvent des Récollets, entre vertiges du doute et farouche détermination, elle tarde à rédiger le texte destiné au catalogue, à penser l’agencement des tableaux – toujours en cours d’acheminement depuis le Brésil. Dans l’attente, elle retrace ce qui l’a menée là. Comment elle a consacré cinq ans à la figure emblématique de Frida Kahlo en peignant sa célèbre Maison bleue, constituant une œuvre picturale d’une richesse saisissante. En quête d’elle-même, Rosa Maria renoue avec une Frida intime, comme si les clés pour se retrouver elle-même étaient aussi celles qui permettent de comprendre Frida. Rosa Maria investit les espaces, présents et passés : l’atelier où elle réside à Paris, le lieu de cette exposition en cours, mais aussi la maison de sa propre enfance à Guama, au Venezuela. Elle cherche à rendre l’écho des voix, celle de son père disparu, celle du pays dont elle s’est exilée, celle de Frida.

Éditeur : Zulma

Prix : 22.50€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

9. La vie dissimulée de Marinca Villanova

A qui l’offrir ? Dans ce livre, Marinca Villanova nous raconte une histoire universelle, comme des millions de personnes la vivent chaque jour. Celle d’un divorce et d’une famille en déconstruction. Vous avez sûrement dans votre entourage, des divorcés, enfants de divorcés, parents de divorcés, futurs divorcés, qui s’identifieront à la souffrance de Nina et son grand frère. Mais la sensibilité de l’écrivaine touchera aussi les autres, passés à côté de cette épreuve douloureuse.

Résumé : Et brusquement, le monde rassurant s’écroule. Le père de Nina part, son frère s’endurcit, sa mère se met au lit. Elles vont désormais rester toutes les deux. Nina guette les infimes variations de la présence de sa mère, dans le souffle de sa respiration ensommeillée, dans les silences de sa mélancolie. L’étau se resserre, les instants de joie hors de la maison sont des moments volés. L’enfant le sait, sa mère est devenue incapable de survivre sans elle. Personne ne doit deviner ce qui leur manque. Parfois, lorsque Nina est seule, l’odeur de la forêt revient. Celle de bois pourri, de fougère et de mousse trempée.

Éditeur : Eyrolles

Prix : 16€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

 

10. Paradis perdus d’Eric-Emmanuel Schmitt

A qui l’offrir ? Je vous vois venir ! Vous vous dîtes sûrement que je ne peux véritablement jamais m’empêcher de glisser un livre d’Eric-Emmanuel Schmitt dans mes recommandations. Et vous avez raison ! Pourquoi s’en priver, lorsque l’on sait que mon auteur chouchou vient de sortir le tome 2 de La traversée des temps et que le premier tome est le cadeau idéal pour découvrir sa plume. L’ami à qui vous offrirez Paradis perdus, courra en librairie dès le mois de janvier pour se procurer La porte du ciel, curieux et impatient de découvrir la suite des aventures de Noam. Cet ami, fan d’Histoire, sera heureux de lire un vrai roman créatif, fluide et enrichissant. De la préhistoire à aujourd’hui, la saga en 8 tomes lui promet de belles heures de lecture devant lui !

Résumé : Paradis perdus lance une aventure unique. Noam en est le héros. Né il y a 8000 ans dans un village lacustre, au cœur d’une nature paradisiaque, il a affronté les drames de son clan le jour où il a rencontré Noura, une femme imprévisible et fascinante, qui le révèle à lui-même. Il s’est mesuré à une calamité célèbre : le Déluge. Non seulement le Déluge fit entrer Noam-Noé dans l’Histoire mais il détermina son destin. Serait-il le seul à parcourir les époques ?

Éditeur : Albin Michel

Prix : 22.90€

Mon avis est à retrouver par ici.

 

Et vous, quel(s) livre(s) me conseilleriez-vous d’offrir cette année ?

 

Vous pouvez retrouver les listes des années précédentes par ici.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire